Meeting PDCI – FPI : les dessous d’une alliance politique

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

ALLIANCE PDCI ET FPI – Après les chaleureuses rencontres de part et d’autres, les deux formations politiques envisagent désormais de passer à une autre étape de la future alliance politique qui se dessine à l’horizon. Pour la première fois depuis les discours de réconciliation, le parti d’Henri Konan Bédié et le front populaire de Laurent Gbagbo animeront un meeting le samedi 14 septembre prochain à Abidjan. Initialement prévu pour se tenir au stade Robert Champroux, la manifestation aura finalement lieu au palais des sports de la commune de Treichville, selon les informations que nous venons de recevoir.

Après les paroles de réconciliation, place désormais aux actes sur le terrain entre le PDCI et le FPI tendance Laurent Gbagbo. Le 14 septembre prochain, les deux partis politiques, avec le soutien d’autres groupements politiques, tiendront un meeting dans la zone d’Abidjan Sud. Selon une information de dernière minute qui vient de nous parvenir, le meeting entre les deux formations politiques devrait avoir lieu dans la commune de Treichville, plus exactement au palais des sports. Les organisateurs avaient une première fois sollicité les autorités pour l’obtention du stade Robert Champroux de Marcory, une requête refusée puisque le stade en question est fermé pour des travaux. Au-delà de cette volonté affichée d’aller à la réconciliation entre le Pdci et le Fpi, les deux partis politiques ont en ligne de mire le fauteuil présidentiel, à la faveur des élections prévues pour octobre 2020 en Côte d’Ivoire.

Le meeting conjoint entre le PDCI et le FPI en Côte d’Ivoire sera un pas important vers la consolidation des relations entre les deux formations politiques. Adversaires il y’a quelques années, les deux partis politiques ont décidé de se donner la main avant la prochaine échéance électorale en Côte d’Ivoire. Pour la présidentielle d’octobre 2020, le PDCI et le FPI, tous deux dans l’opposition, pourraient se donner la main pour faire face à l’actuelle coalition au pouvoir, à savoir le RHDP. Le meeting du 14 septembre au palais des sports de Treichville revers de nombreux enjeux pour l’opposition ivoirienne. Cette manifestation conjointe entre les deux formations politiques, soutenues par EDS et le CDRP, vise avant la réconciliation au niveau nationale entre les deux formations politiques : «C’est dans la mise en œuvre de cet appel conjoint, bien compris par le FPI, le PDCI et tous les partis et organisations membres des plates formes Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) et la Coalition pour la Démocratie, la Réconciliation et la Paix (CDRP), que ces partis ont entrepris depuis quelques temps de mener des actions communes sur le terrain et de se soutenir mutuellement dans le combat pour l’avènement d’une vraie réconciliation en Côte d’Ivoire. Plus qu’une urgence, la réconciliation nationale est devenue aujourd’hui une nécessité vitale pour notre pays, comme l’oxygène l’est pour le corps humain ; tant la Côte d’Ivoire est sinistrée et gravement malade de la gouvernance des dirigeants actuels.», déclarait Koné Aboubakar, l’un des vice-président du FPI tendance Laurent Gbagbo. L’urgence de cette réconciliation annoncée par les deux partis s’explique aussi par «la décrépitude de notre système éducatif au fardeau de la dette qui aliène davantage la Côte d’Ivoire en passant par la déliquescence du système sanitaire, la détérioration continuelle de notre écosystème aggravée par le phénomène de l’orpaillage clandestin et l’adoption, au forceps, d’une commission électorale non consensuelle, ce sont autant d’indicateurs sociopolitiques qui plantent un lugubre décor d’une nouvelle crise, peut être plus grave, à l’horizon 2020, si rien n’est fait avant».

> Lire aussi  Alassane Ouattara 3e mandat: le président inéligible selon André Silver Konan

Un nouveau départ pour le PDCI et le FPI

«Le meeting du 14 septembre prochain, à Abidjan Sud, est donc une occasion solennelle d’un nouveau départ que nous voulons prendre ensemble pour sauver la Côte d’Ivoire du chao dans lequel les gouvernants actuels veulent l’enfermer. Il s’agit de nous engager avec courage, détermination, amour pour la patrie et sans calcul politicien dans un sursaut national pour l’avènement d’une réconciliation qui brise définitivement la glace de méfiance, artificiellement installée entre les filles et les fils de ce pays du fait de la politique de rattrapage ethnique.», a confié le vice-président Koné Aboubakar.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.