Accueil ACTUALITÉ Rentrée scolaire: Kandia Camara évoque le sort des 6000 fraudeurs

Rentrée scolaire: Kandia Camara évoque le sort des 6000 fraudeurs

Rentrée scolaire: Kandia Camara évoque le sort des 6000 fraudeurs

ANNEE SCOLAIRE 2019-2020 : Officiellement, la nouvelle rentrée scolaire en Côte d’Ivoire a démarré depuis le lundi 9 septembre 2019. Mais la reprise effective n’est prévue que pour la semaine prochaine, le temps de permettre aux parents de régulariser la situation des élèves au niveau de l’inscription. A l’occasion d’une rencontre avec les acteurs du système éducatif ivoirien, la ministre Kandia Camara a annoncé les couleurs pour la prochaine rentrée scolaire en Côte d’Ivoire. Dans son discours, la ministre de l’éducation nationale, a particulièrement mis l’accent sur la fraude aux examens passés et les grèves qui ont perturbé le déroulement de l’année scolaire 2018-2019.

La nouvelle rentrée scolaire en Côte d’Ivoire a été placé sous le signe du succès par la ministre de l’éducation nationale. Lors d’une rencontre avec les acteurs du système éducatif ivoirien, Kandia Camara a particulièrement mis l’accent sur le bon déroulement de la nouvelle année scolaire. La précédente a été émaillée par plusieurs séries de grèves initiées par des enseignants qui réclamaient une revalorisation salariale et l’intégration de certains enseignants renvoyés pour faits de grève il y’a quelques années. Le taux de fraude records aux examens à grand tirages, notamment le baccalauréat 2019, est un sujet qui a été abordé par la ministre durant la rencontre avec les acteurs du système éducatif. Pour l’heure, aucune réponse concrète n’a été donnée par la ministre concernant les 6000 élèves concernés qui visiblement souhaitent reprendre le chemin des classes pour tenter une nouvelle fois d’avoir leur examen de fin d’année.

Selon les informations fournies par le ministère de l’éducation nationale, plus de 6000 candidats ont été recalés aux examens à grands tirage pour délits de fraude. A en croire les informations qui circulaient sur les réseaux sociaux, ces candidats malheureux sur les bulletins desquels figuraient la mention fraude en gros caractère, allaient être radiés du système éducatif ivoirien. Officiellement, le ministère de l’éducation nationale, dirigé par Kandia Camara, n’a pas encore statué sur le sort des 6000 élèves concernés par ces fraudes aux examens à grands tirages en Côte d’Ivoire. A l’occasion d’une réunion avec les acteurs du système éducatif ce mercredi, Kandia Camara s’est brièvement penché sur la situation des élèves concernés par ces cas de fraude : «comment comprendre qu’en dépit des instructions fermes données et des textes réglementaires en vigueur, des candidats se soient laissés aller à la facilité, à la tricherie et à la fraude. Plus de 6000 cas de fraudes ont été enregistrés lors de la dernière session du Baccalauréat. En liaison avec les juridictions compétentes, ces cas sont traités avec une rigueur exemplaire. Il est déplorable de constater qu’au fil des ans, le mal gagne du terrain, les fraudeurs rivalisent d’ingéniosité pour contourner les dispositifs de contrôle. Il nous faut impérativement inverser cette tendance à la fraude. J’invite tous les membres de la communauté éducative, notamment les parents d’élèves, à alimenter la réflexion afin de dresser ensemble une digue morale pour exalter le goût de l’effort personnel.», a souligné Kandia Camara. La ministre de l’éducation nationale s’est également penchée sur l’éventualité des nouvelles grèves dans le système éducatif ivoirien, d’autant plus que la Cosefci, principal syndical à l’origine des revendications des enseignants l’an passé, prévoit d’accentuer de nouveau la pression sur le gouvernement si rien n’est fait pour satisfaire leurs revendications.

> Lire aussi  Didier Drogba offre la première école primaire de sa fondation

Kandia Camara ouverte au dialogue

«Nous avons pris les mesures conservatoires et des décisions administratives idoines pour protéger et sauvegarder le droit à l’éducation de nos enfants. Pour sa part, le Gouvernement créera toujours des conditions d’un dialogue constructif avec les partenaires sociaux. Vous en avez eu la preuve cette année encore où malgré les tensions, le fil des discussions n’a jamais été rompu…Mon Cabinet qui a mené des réflexions et analyses profondes sur les revendications des syndicats du secteur, est disposé à continuer sur cette lancée, dans le cadre d’un travail collaboratif, impliquant tous les acteurs directs et indirects de l’institution éducative.», a indiqué la ministre de l’éducation nationale au cours de son allocution ce mercredi.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.