Accueil ACTUALITÉ Retour de Soro au RHDP: les plans de Bédié contrecarrés?

Retour de Soro au RHDP: les plans de Bédié contrecarrés?

Guillaume Soro au parti unifié – L’information n’est pas encore officielle, mais à en croire Jeune Afrique, des négociations auraient été entamer entre proches de l’ancien PAN et ceux du président Ouattara, en vue d’un éventuel retour de l’ancien chef du parlement au RHDP. Pour avoir refusé de s’allier au pouvoir en place, l’ancien premier ministre a été débarqué de la présidence du parlement ivoirien. Et l’isolement de l’ex-pan s’est aussi joué sur le terrain diplomatique, puisqu’il a perdu son poste de Vice-président de l’Assemblée Parlementaire de la francophonie, à la faveur de l’élection de son successeur Amadou Soumahoro, à la tête de l’institution parlementaire francophone.

Les plans de Bédié pour la présidentielle de 2020 ne sont un secret pour personne. Dans le cadre de la prochaine élection qui se tiendra dans 13 mois en Côte d’Ivoire, le chef du PDCI prépare une alliance au sein de l’opposition, contre le pouvoir en place. Mais pour inquiéter véritablement le parti unifié lors du prochain scrutin présidentiel, la présence de certains poids lourds de la politique nécessaire est un préalable. En s’assurant du soutien de Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro, le plus ancien parti politique de Côte d’Ivoire aura de grandes chances de surprendre le RHDP lors du prochain vote. Encore faudrait-il que l’ancien chef du parlement et l’ancien président décident d’adhérer à cette plateforme de l’opposition. Selon une information dévoilée par Jeune Afrique des émissaires de Soro auraient échangé avec des proches de Ouattara. Les discussions auraient porté sur un éventuel retour de l’ex-Pan au sein du pouvoir en place, ce qui pourrait contrecarrer les plans de Bédié et de son parti en 2020.

Le retour de Soro au RHDP peut-il avoir des conséquences sur l’alliance politique que tente de mettre en place Bédié ? Théoriquement, la plateforme de l’opposition perdrait à coup sûr un important soutien, si l’ancien chef du parlement ivoirien décidait de retourner au sein du parti unifié. Selon une information transmise par Jeune Afrique, des émissaires de Soro ont rencontré des proches de Ouattara le mois dernier pour tenter de concilier les deux personnalités politiques, mais sans succès. Quand bien même cette tentative se serait soldée par un échec, pour l’instant, un retour de Soro au RHDP peut pousser Henri Konan Bédié à revoir ses plans en 2020. Le sphynx de Daoukro avait annoncé la mise en place d’une coalition qui regrouperait tous les adversaires politiques de Ouattara Alassane. Même si certains cadres RHDP tentent de minimiser l’impact de Soro, son retour au parti unifié pourrait affaiblir le parti d’Henri Konan Bédié dans sa quête du pouvoir d’Etat en 2020 : «La réalité c’est que Soro est aujourd’hui à la croisée des chemins. Il a conscience de ce qu’au-delà du boucan et du tintamarre qui fait sur les réseaux sociaux pour donner l’impression à ses partisans qu’il tient le bon bout c’est Ouattara le maître du jeu, qui, tel un toréador, pourrait lui porter l’estocade, quand et où il voudra…Si Ouattara finit par accepter de le recevoir et le réintègre au RHDP cela isolerait davantage le PDCI qui lui aussi comprendra (tôt ou tard) que les GOR se sont juste acoquinés avec lui pour tenter d’affaiblir Affi ; en vain. Le PDCI risque au final de se retrouver seul dans sa plateforme après la trahison faite à Affi qui lui avait un vrai projet de regroupement de l’opposition sans distinction et sans préalable face à l’ogre RHDP», explique le juriste Jean Bonin, l’un des proches d’Affi N’Guessan.

> Lire aussi  Côte d’Ivoire : Ouattara Gnonzié sans concession pour le régime de Ouattara Alassane

Aucun programme du PDCI

«À ce jour, le FPI est le seul parti politique qui a élaboré un programme de gouvernement. Celui du PDCI semble se résumer à la question de l’orpaillage clandestin. Dans le programme de gouvernement du FPI qui sera incessamment publié, le développement du capital humain et le social priment sur toutes autres considérations», poursuit le juriste Jean Bonin dans son analyse. Le jeu d’alliances sera décisif en 2020, toute la question est de savoir si Bédié réussira à convaincre Gbagbo et Soro de le rejoindre.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.