Accueil ACTUALITÉ Présidentielle 2020 : Bédié pose ses conditions

Présidentielle 2020 : Bédié pose ses conditions

Scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire – Après avoir soutenu une candidature de son ancien allié du RDR il y’a quatre ans, le Pdci d’Henri Konan Bédié est résolument tourné vers la reconquête du pouvoir d’Etat en 2020. Mais le parti démocratique de Côte d’Ivoire ira à la bataille sans l’aide de son ancien allié, aujourd’hui membre du RHDP. Pour cette prochaine présidentielle, le président du PDCI met en place une stratégie de coalition au sein de l’opposition, afin que les candidats éliminés au second tour accordent leur soutien à celui qui sera le mieux positionné en 2020 pour le second tour. Mais avant d’aller à cette bataille électorale, le chef du PDCI exige du président ivoirien de nombreuses réformes dont celle de la commission électorale indépendante.

S’il n’a pas encore confirmé sa participation à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié a récemment relancé la polémique en indiquant qu’il pourrait bien répondre à l’appel de ses partisans, si ceux-ci venaient à réclamer sa candidature en 2020, pour le compte de son parti. Après un séjour de trois mois passés hors du pays, le président du Pdci Rda a regagné Abidjan dans l’après-midi du mardi. A son arrivée plusieurs militants de son parti se sont mobilisés pour lui rendre un accueil chaleureux. On note aussi la présence de plusieurs cadres du mouvement politique EDS à l’aéroport International d’Abidjan. Faisant le bilan de son séjour, le chef du Pdci a appelé à une grande mobilisation pour exiger la réforme de la commission électorale indépendante, et aussi pour barrer la route à une éventuelle modification constitutionnelle annoncée par Ouattara Alassane.

En Côte d’Ivoire, la présidentielle de 2020 se joue sur tous les fronts. Après son divorce avec le RHDP, le Pdci d’Henri Konan Bédié a décidé d’aller à la conquête du pouvoir d’Etat, en se cherchant de nouveaux alliés politiques. L’alliance entre le Pdci et le FPI prend de plus en plus forme à l’approche de la prochaine présidentielle, même si les deux partis sont idéologiquement opposés. A son retour à Abidjan, le chef du PDCI s’est félicité de cette nouvelle alliance que tente de nouer l’opposition ivoirienne, une alliance qui verrait probablement la participation de Charles Blé Goudé : «J’ai rendu le 29 juillet 2019, une visite de courtoisie et de compassion au Président Laurent Gbagbo à Bruxelles. Cette rencontre fraternelle, au-delà de la charge émotionnelle, a été décisive pour le rapprochement entre le PDCI-RDA et le FPI. En témoigne le meeting tenu conjointement le 14 septembre dernier par nos deux formations politiques… C’est vous dire, également, que contrairement à ceux qui en doutaient, pour des raisons qui leur sont propres, nous avons réussi à regrouper les partis politiques et les forces vives de la nation, épris de paix, d’équité et d’amour, pour notre patrie, pour parvenir à la réconciliation nationale nationale, gage de certain pour le retour d’une paix définitive et durable en Côte d’Ivoire». Malgré cette alliance, le chef du Pdci reste persuadé que la clé de la victoire de l’opposition ivoirienne en 2020 repose sur la prise en compte de certaines revendications par le gouvernement actuel, à savoir la révision de la commission électorale indépendante et la mise en place d’un nouveau redécoupage électoral.

> Lire aussi  DJ Arafat en concert au Zénith de Paris le 29 décembre 2018

Les cinq conditions de Bédié à Ouattara

«Dès aujourd’hui il est urgent et crucial que nous nous mobilisons pour obtenir :

– la Réforme de la commission électorale indépendante,

– le nouveau découpage électoral fondé sur une répartition équitable des sièges des élus entre les différents ressorts territoriaux en fonction de la densité de la population

– le démantèlement définitif de tous les sites d’orpaillage clandestin,

– la cessation de tous les trafics illicites concourant à la fraude sur la nationalité,

– l’empêchememt de la modification de la constitution ivoirienne votée et promulgué en novembre 2016.

Telles sont là les préoccupations qui doivent retenir notre attention dans la conduite des activités de notre parti jusqu’à l’élection présidentielle d’octobre 2020.», a fait savoir le chef du Pdci Rda.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.