Accueil ACTUALITÉ Féminicide : ouverture d’une plateforme (VBG) des violences sur les femmes

Féminicide : ouverture d’une plateforme (VBG) des violences sur les femmes

Plate forme de Sécurite anti-fémicide Côte d'ivoire

Sécurité Bouaké – La Côte d’Ivoire dans sa quête de réduire les violences basées sur le genre, entré prend des actions pour réduire ce phénomène et dans ce cadre.

C’est le centre social du quartier Zone qui a abrité l’atelier de formation des acteurs de la lutte contre la violences basées sur les femmes et enfants et ce quartier bénéficiera d’une plateforme anti-féminice pour endiguer les violences basées sur le genre et c’est le deuxième centre ouvert à Bouaké. Ayant pour partenaire technique et financier le fond des Nations Unies pour la population (Unfpa), ensuite le ministère de la femme, de la famille et de l’enfant et le ministère de l’emploi et de la protection sociale. Cet atelier c’est ouvert du 23 au 26 septembre 2019 au centre social de la zone en présence des points focaux des structures techniques de lutte contre les VBG, des leaders communautaires et des autorités administratives issues des localités ciblées et avait pour objectif général de renforcer les capacités des différents acteurs et en vue de renforcer le système de réponse contre les VBG. Dans leurs prises de paroles M. Kouakou Alphonse directeur régional du ministère de l’emploi et de la protection sociale et M. M’Bra Yao Benoît directeur régional du ministère de la femme, de la famille et de l’enfant ont exprimés leurs soutiens à lutter contre les VBG : « On dit souvent dans les violences basées sur le genre (vbg) se sont les hommes qui battent les femmes c’est le contraire des fois. Pour dire que c’est pas une bonne chose de violenter une femme ou un enfant parce que en portant la main, vous ne savez pas ce qui peut arriver. Donc je veux vous encourager à mettre en pratique sur le terrain tout ce que vous avez appris au cours de cet atelier de sorte que le jour qu’il y aura ces problèmes, avec les leaders religieux, les chefs traditionnels et les forces de l’ordre on puisse véritablement mettre fin à ces pratiques dans nos communautés comme les violences conjugales et les maltraitances sur des enfants dans nos quartiers, dans nos villages et nous en ce qui nous concernent on sera là à vos côtés pour que ensemble on puissent faire ce travail » . Ont conseillés. Avant de laisser la parole à Mme Kouyé Pauline, représentante du Unfpa a traduit le message de son hiérarchie aux participants : « Vous avez reçu durant ces trois jours une formation la prévention et la prise en charge des VBG afin d’aider vos communautés à mettre fin à ces pratiques dégradantes qui portent atteinte aux droits humains. L’unfpa s’engage à vous accompagner dans la mise en œuvre de vos activités. A cet effet, nous mettrons à votre disposition un ordinateur portable, 5 mégaphones et des fournitures de bureau pour vos activités » à t’elle dit avant de rassurer : « Il reste encore du chemin à faire et l’Unfpa sera toujours aux côtés du gouvernement de la Côte d’Ivoire pour ce noble combat en faveur de la promotion du genre et pour l’élimination des violences basées sur le genre y compris les pratiques néfastes » , a lancé Mme Kouyé chargée de programme genre , culture et Droit humains.Au rappel la Côte d’Ivoire compte au total 62 plateformes de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG).

> Lire aussi  Attaque de Ouagadougou : l’Ambassade de France, la Primature et l’Etat-major visés

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.