Accueil ACTUALITÉ Bédié : «Jacques Chirac m’a sauvé la vie»

Bédié : «Jacques Chirac m’a sauvé la vie»

Disparition de Jacques Chirac – Les hommages à l’ancien président français décédé le 26 septembre 2019 en France se succèdent. En Côte d’Ivoire, de nombreuses personnalités politiques ont réagi à la disparition de l’ancien dirigeant de la République française. Mort à 86 ans, l’ex-président de la France a largement contribué à la résolution de la crise politique et militaire qui a divisé la Côte d’Ivoire en deux, en septembre 2002. C’est sous sa supervision que les premières discussions entre forces nouvelles, pouvoir en place et opposition, ont été engagées à Linas Marcoussis. Dans son hommage à l’ancien dirigeant français Guillaume Soro n’a pas manqué de rappeler le rôle joué par ce dernier pour la résolution de la crise ivoirienne.

La mort de l’ancien président français suscite une vague de réactions en Côte d’Ivoire. Outre les relations séculaires qui lient la France à la Côte d’Ivoire, Jacques Chirac s’est particulièrement investi dans la résolution de la crise politico-militaire de septembre 2002. Mais bien avant, l’ex-président français avait joué un rôle majeur dans l’exfiltration de l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié, lors du coup d’Etat de décembre 1999, la toute première tentative de putsch réalisée en Côte d’Ivoire. En réaction au décès de l’ancien président français, le chef du Pdci Rda a révélé qu’il doit aujourd’hui la vie à Chirac. L’ancien président français est mort à l’âge de 86 ans, affaibli par la maladie qui l’avait tenu à l’écart de la vie politique française et à l’abri des caméras.

En Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié n’a pas perdu du temps pour rendre hommage à l’ancien président français Jacques Chirac. Dirigeant de la France de 1995 à 2007, il avait été d’une aide précieuse au président du Pdci pendant le tout premier coup d’Etat perpétré en Côte d’Ivoire. Jacques Chirac avait participé à l’exfiltration de l’ancien président ivoirien en décembre 1999. Pour Henri Konan Bédié, l’ancien président français décédé jeudi l’a sauvé de la mort ce jour en l’exfiltrant après la prise du pouvoir par les hommes en arme : «Je viens d’apprendre la douloureuse nouvelle du décès du Président Jacques Chirac… Ensemble dans la ligne tracée par le Général De Gaulle et le Président Félix Houphouet-Boigny, nous avons intensifié et élargi la coopération entre la France et la Côte d’Ivoire… Je me souviens que le Président Chirac m’a sauvé la vie après le complot qui a abouti au coup d’Etat militaire de 1999, le premier en Côte d’Ivoire qui développe encore des effets négatifs sur la vie politique en Côte d’Ivoire. C’est avec tristesse que j’apprends la disparition de cet Grand Homme d’ État qui demeure un modèle de courage, de lucidité et de persévérance en dépit d’échecs répétés. Je lui rends un Hommage digne de son Rang et de ses Grandes qualités. À sa famille et à son épouse Bernadette en particulier, j’adresse mes plus sincères condoléances.», a révélé l’ancien président de la République de Côte d’Ivoire dans un communiqué officiel. Ouattara Alassane, l’actuel dirigeant ivoirien, a lui aussi réagi à la mort de l’ancien dirigeant français, considéré comme l’un des meilleurs présidents de la Ve République en France.

> Lire aussi  Internet Côte d’Ivoire: quels sont les avantages de l’accès illimité en portable ?

Chirac, un acteur majeur de la résolution de crise de 2002

Outre l’exfiltration de l’ancien dirigeant ivoirien, Jacques Chirac a aussi contribué à la résolution de la crise militaire qui a divisé la Côte d’Ivoire en deux parties. C’est sous la houlette de l’ex-président français qu’ont eu lieu les discussions entre acteurs politiques et forces nouvelles, autour de la table ronde de Linas-Marcoussis : «Je salue la mémoire de ce grand homme d’Etat que j’ai eu le privilège de connaître. En effet fraîchement arrivé à Paris courant janvier 2003 pour les négociations de l’Accord de paix de Linas-Marcoussis, je rencontrai le Président Chirac par l’intermédiaire de l’ancien Ministre des Affaires Étrangères et ancien Premier Ministre de la République Française d’alors, M. Dominique de Villepin.», a confié l’ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, Guillaume Soro, dans son hommage à Jacques Chirac.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.