Accueil ACTUALITÉ Pdci Rda : à la recherche du candidat idéal en 2020

Pdci Rda : à la recherche du candidat idéal en 2020

Pdci Rda : à la recherche du candidat idéal en 2020

Présidentielle en Côte d’Ivoire – En dépit des nombreuses défections enregistrées au sein du Pdci RDA, le parti poursuit toujours sa marche vers la reconquête du pouvoir d’Etat en Côte d’Ivoire, face au parti unifié de Ouattara Alassane. Sur le plan stratégique, le parti de Bédié prépare une alliance avec plusieurs forces de l’opposition ivoirienne, une alliance qui devrait voir la participation du Front populaire ivoirien tendance Laurent Gbagbo. En interne, le parti doit avant tout désigner un ticket gagnant pour la présidentielle à venir. Si ce ne sont pas les compétences qui manquent au sein de cette formation politique, désigner le candidat idéal pour l’élection à venir sera une tâche laborieuse, d’autant plus que le parti table sur une victoire au sorti des urnes en octobre 2020.

Le Pdci, à l’instar des autres formations politiques, est toujours à la recherche du candidat idéal pour la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire. Parmi les présidentiables, des cadres de l’ancienne génération comme ceux de la nouvelle génération. S’il incarne la jeunesse au sein de sa formation politique, Jean-Louis Billon est encore en quête de popularité sur le terrain et auprès des instances du parti, du moins comparé à Henri Konan Bédié, le président du parti depuis un quart de siècle. Agé de 85 ans, il en aura 86 lorsque les ivoiriens seront appelés à se faire élire un nouveau dirigeant. Pour certains, il serait temps que le sphinx de Daoukro passe la main à la nouvelle génération. Avec le soutien du conseil des Sages et des autres instances du parti, Henri Konan Bédié apparait à ce jour comme le candidat idéal pour le compte du Pdci en 2020, quoique sa candidature fait polémique en raison de son âge.

«Il n’y a pas d’âge pour diriger», indiquait Henri Konan Bédié dans une interview. A l’approche de la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire, le patron du Pdci reste ouvert à toutes les éventualités, y compris celle d’une candidature l’année prochaine. Mais elle reste toutefois à confirmer, puisque le parti devra avant tout se prononcer sur cette candidature, lors de son prochain congrès. Parmi les potentiels adversaires que Bédié pourrait croiser sur son chemin, au sein de son parti, l’ancien député Kouadio Konan Bertin. Candidat malheureux en 2015, il s’était dressé contre le chef du pdci, en dénonçant le refuse de celui-ci de présenter un candidat contre Ouattara Alassane. Après avoir renoué avec sa formation politique, KKB a déjà dévoilé ses ambitions pour 2020. L’ancien député de la circonscription de Port-Bouët envisage de briguer la magistrature suprême une seconde fois, mais précise toutefois que sa candidature dépendra du parti, qui se prononcera lors de son prochain congrès sur son ticket pour la présidentielle. Aujourd’hui les soutiens se multiplient autour de la candidature d’Henri Konan Bédié au sein du Pdci Rda. Depuis la France, une coordination du parti a apporté son soutien à la candidature du sphinx de Daoukro en 2020 : «Les membres de la Coordination PDCI-RDA Paris LA FAYETTE encouragent également le Président H.K. BEDIE et le Secrétariat Exécutif à maintenir le cap sur la victoire du Pdci-Rda En 2020.  Ils réitèrent de façon non négociable, la candidature à la Convention du Pdci-Rda, du Président H.K. BEDIE pour la présidence de la république en 2020. Ils soutiennent le candidat naturel, le président du Pdci-Rda, Sem H.K. Bédié, l’homme de la situation, celui qu’il faut».

Vers le choix d’un technocrate ?

En dépit de son immense expérience de la vie politique ivoirienne, le Pdci pourrait décider de se passer d’une candidature d’Henri Konan Bédié en 2020, pour privilégier celle d’un technocrate du parti. Dans le lot des technocrates qui pourraient éventuellement défendre les couleurs du parti vert, l’ancien ministre Thierry Tanoh. A la tête du Crédit Suisse depuis quelques années, le financier Tidjiane Thiam fait partie des solutions que le parti pourrait envisager, si Bédié n’était pas candidat en 2020. Reste à savoir si le magnat des finances renoncera à sa carrière politique pour son engagement en faveur de son parti, car la course à la présidentielle de 2020 exigera d’énormes sacrifices sur le terrain.

> Lire aussi  Sénégal : Les élections législatives, entre satisfaction et protestation

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.