Accueil ACTUALITÉ Procès Jacques Mangoua : une affaire politique?

Procès Jacques Mangoua : une affaire politique?

Cadre Pdci en prison – A l’issue d’un procès qui s’est tenue en une seule audience, Jacques Mangoua a été condamné à cinq ans de prison pour détention illégale de munitions d’armes de guerre à sa résidence. Après son audition par la brigade de gendarmerie une première fois, l’élu Pdci avait été placé en garde à vue. A l’expiration de cette mesure, il sera transféré à la Maison d’arrêt et de correction de Bouaké, en attendant le déroulement de son procès. Poursuivi pour détention de munitions d’armes de guerre de plusieurs calibres, le Vice-président du parti de Bédié sera condamné à cinq ans de prison ferme. Pour la justice ivoirienne, le président du conseil régional du Gbeke n’a pas été en mesure de prouver son innocence après la découverte de ces munitions d’armes de guerre à sa résidence.

Le PDCI RDA fait une toute autre lecture du procès de Jacques Mangoua, cadre du parti jugé il y’a quelques jours pour détention de munitions d’armes de guerre à sa résidence. Le Gbeke étant l’une des régions les plus vastes du pays, elle sera décisive dans la course à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. Pour certains militants du parti de Bédié, la condamnation du président du conseil régional du Gbeke est un procès purement politique visant à arracher le contrôle de la circonscription au Pdci. C’est l’une des raisons pour lesquelles des tensions ont éclaté dans la ville de Bouaké jeudi dernier lors de l’ouverture de l’audience du procès du Vice-président du Pdci. Koné Braman, le Procureur du tribunal de première instance de Bouaké, a fait une mise au point sur le jugement prononcé dans l’affaire Jacques Mangoua.

Le procès de Jacques Mangoua s’est déroulé la semaine dernière au tribunal de première instance de Bouaké. Les partisans du vice-président du PDCI avaient pris d’assaut plusieurs quartiers de la grande ville, pour exiger la libération du président du conseil régional du Gbeke, la plus grande région de Côte d’Ivoire. Et nombreux sont les sympathisants du Pdci qui s’étonnent de la rapidité avec laquelle l’affaire a été conclue. Le jugement qui a eu lieu le jeudi dernier s’est achevé le même jour par une condamnation de l’élu ivoirien. La justice ivoirienne a décidé de condamner à cinq ans de prison ferme le président du conseil régional du Gbeke, une peine de prison assortie d’une amende de 5 millions de francs Cfa également. L’élu a aussi écopé d’une privation de droits pour les cinq prochaines années, une sentence et un jugement qui alimentent la polémique en Côte d’Ivoire. Pour le PDCI, il s’agit purement d’un procès politique, puisque le président du conseil régional s’est de lui-même présenté à la justice après la découverte de munitions à son domicile. Mais le procureur soutien que cette affaire est un procès ordinaire et non politique : «Ce procès était purement et simplement un procès ordinaire et non un procès politique comme veulent le faire croire certaines personnes.  Si les avocats de Mangoua Jacques estiment qu’ils ne sont pas satisfaits du verdict, et qu’ils vont faire un appel, c’est vraiment leur droit . Mangoua Jacques a été traduit devant un tribunal correctionnel. Il n’a été en mesure de justifier de la présence des munitions d’armes de guerre découvertes à sa résidence de N’guessankro, son village natal».

‘‘Le droit a été dit’’

Parmi les arguments avancés par les proches de Jacques Mangoua, des traces d’effraction présentes sur la cloture, comme pour dire que ces munitions avaient été probablement déposées à sa résidence par l’un de ses détracteurs. Mais pour le Procureur Koné Braman, le droit a été été dit dans ce procès : «J’avais l’avantage d’avoir été sur le terrain contrairement à ses avocats qui se sont basés sur des photos. Pour ma part, le droit a été dit.  Nous allons continuer de travailler au respect des droits de tous les ivoiriens. Il ne faut pas sacrifier le droit au profit de la cohésion sociale. Nous appelons chaque ivoirien au calme», a poursuivi le Procureur.

> Lire aussi  Manifestations des anglophones au Cameroun : plus de 100 personnes arrêtées à Bamenda

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.