Accueil ACTUALITÉ Reforme CEI : Soro appelle à reprendre les discussions

Reforme CEI : Soro appelle à reprendre les discussions

Commission électorale indépendante – les discussions vont-elles reprendre entre le pouvoir en place et l’opposition ivoirienne sur la question de la réforme de la CEI ? Difficile de le savoir, même si l’opposition croit que de nouvelles discussions s’imposent pour une commission électorale beaucoup plus équilibrée en Côte d’Ivoire. Ouattara Alassane qui s’est engagé à réviser la CEI a pourtant déjà mis une place une nouvelle équipe, équipe dirigée par le représentant du conseil supérieur de la magistrature en Côte d’Ivoire. Mais l’opposition juge insuffisante les réformes entreprises par le pouvoir en place. Depuis l’Espagne, Guillaume Soro qui est désormais dans l’opposition ivoirienne, s’est lui aussi adressé au président ivoirien sur ce sujet. Pour l’ex-PAN, il est important de reprendre les discussions avant la présidentielle de 2020.

La nouvelle commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire a déjà été mise en place, malgré le refus d’une partie de l’opposition à vouloir s’associer au projet mis en place par le président Ouattara. En début d’année des premières discussions avaient eu lieu entre pouvoir en place et opposition, des discussions qui se sont déroulées en présence du chef du gouvernement, Amadou Gon Coulibaly. Mai en cours de route, certains partis de l’opposition, en l’occurrence le PDCI, se retireront du projet. Le front populaire ivoirien dirigé par Pascal Affi N’Guessan figure lui dans la nouvelle commission électorale, une commission qu’il a d’ailleurs salué, même s’il admet qu’elle n’est pas encore parfaite. Guillaume Soro dont la candidature se précise pour 2020 s’est depuis l’Espagne exprimé sur la commission électorale indépendante. Pour l’ancien chef du parlement ivoirien, il y’a lieu de reprendre les discussions avec toutes les forces politiques du pays.

L’opposition ne baisse pas d’un ton sur la question de la réforme de la commission électorale indépendante en Côte d’Ivoire. Pour le pouvoir en place, la question semble avoir déjà été résolue, puisqu’un nouveau président a été désigné, mettant ainsi fin aux fonctions du controversé Youssouf Bakayoko qui dirigeait l’insitution depuis une dizaine d’années. Le PDCI qui refuse de s’associer à l’actuelle commission électorale a saisi la Cour Africaine des droits de l’homme et du peuple. Candidat en 2020 selon ses partisans, Guillaume, Soro se dit lui aussi inquiet de la tournure que prennent les discussions sur la commission électorale indépendante : «Je suis extrêmement inquiet pour la Côte d’Ivoire. Parce que généralement en Afrique, les guerres partent des élections mal organisées. C’est pourquoi la Cei est un instrument stratégique capitale pour la paix dans nos pays. C’est un homme d’expérience qui vous parle… La Cei actuelle, telle qu’elle est mise en place, contient en son sein les germes d’une déflagration future, et les chefs d’Etat de la sous-région font comme s’ils ne voient pas, Macron, l’Union européenne aussi. Les présidents africains de la sous-région, je parle de Macky Sall, Akufor Ado, Faure Gnassimgbé, Roch Kaboré, IBK, Georges Weah…vous faites comme si vous ne voyez pas que ça ne va pas en Côte d’Ivoire. Issouffou, toi tu as fait une bonne déclaration à Niamey, mais il faut continuer. C’est maintenant qu’il faut dire à Alassane que la Cei doit être consensuelle», a indiqué à ses invités Guillaume Soro, depuis Valence lors d’une crush Party. Le président du comité politique est allé jusqu’à interpeller le président français sur la réforme de la CEI en Côte d’Ivoire.

> Lire aussi  FDJ : résultat et tirages des l'Euromillions avec des « cagnottes des super riches» en euro

Le message de Soro à Ouattara

«Alassane aujourd’hui, qui est président, il sait que c’est comme ça qu’on a fait pour mettre la Cei en place. Pourquoi aujourd’hui, lui qui est président, et qui n’est pas candidat pour 2020, il ne prend pas le temps pour que tout le monde discute de la Cei et que tout le monde signe. Non, il veut forcer. Il prend une Cei, il met ce qu’il veut dedans…D’Espagne, je demande au président Ouattara, il est le garant de l’unité nationale. Cette Cei n’est pas bonne. Il n’a qu’à reprendre cette Cei-là. Il appelle les acteurs comme on a fait en 2010.», a indiqué l’ex-Pan.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.