Accueil ACTUALITÉ Johnny hallyday nouvel album, pas vraiment nouveau

Johnny hallyday nouvel album, pas vraiment nouveau

johnny hallyday album 2019

Album posthume Hallyday – Un an après le succès de son premier opus sorti à titre posthume, le rockeur français décédé il y’a près de deux dans les bacs depuis quelques jours. Si l’on est encore loin des 300 000 ventes réalisées lors de la sortie de «mon pays c’est l’amour», le second opus de la légende française du rock réalise pour l’instant le meilleur démarrage de l’année 2019 avec 150 000 disques écoulés en l’espace d’une semaine, mieux que le dernier album des Enfoirés qui s’était écoulé à 133 000 exemplaires en l’espace de 7 jours.

Le deuxième album posthume de Johnny Hallyday est dans les bacs depuis le vendredi 25 octobre dernier. Une semaine après sa sortie, le nouvel opus remixé et réarrangé par les soins d’Yves Cassar surfe déjà sur une vague de succès. L’opus «Johnny», composé de 12 titres, détient pour l’instant le record du meilleur démarrage de l’année 2019 avec 150 000 disques écoulés en l’espace d’une semaine. Mais les avis et critiques se font de plus en plus entendre sur ce tout nouvel album du sorti à titre posthume. Sur les traces de son père, David Hallyday s’est lui aussi exprimé sur ce deuxième opus posthume de son père. Si le fils du Taulier a apprécié l’opus, il n’a pas manqué d’apporter quelques observations sur cette nouvelle sortie. Et il n’est d’ailleurs pas le seul à apporter quelques critiques négatives sur le nouvel opus du chanteur français décédé il y’a deux ans de cela.

Le deuxième album posthume de Johnny Hallyday a réalisé le meilleur démarrage de l’année avec 150 000 ventes en 7 jours. Mais l’on est encore loin du record de 300 000 ventes réalisées en 24h lors de la sortie de «Mon pays c’est l’amour», il y’a un peu plus d’un an. Difficile pour l’instant de savoir si le deuxième album posthume du Taulier atteindre les 1,7 millions de disques écoulés par son premier opus sorti à titre posthume. Mais les critiques se font de plus en plus entendre une semaine après la sortie du tout nouveau «Johnny», arrangé par les soins de son collaborateur Yves Cassar. La critique littéraire Sophie Delassein a consacré un éditorial à la nouvelle œuvre musicale posthume du Taulier. Pour la journaliste et critique littéraire du Nouvel Observateur, «Alors, rien. Ou pas grand-chose. Enfin si. Il sort quand même un album ce vendredi 25 octobre, avec une photo de Johnny Hallyday sur la pochette, vivant et même souriant – il n’y a pourtant pas de quoi se réjouir. Sur le communiqué de presse qui l’accompagne, c’est marqué en gros et en gras tout en haut : « Johnny Hallyday inédit avec grand orchestre ? ». On ne comprend pas bien la phrase, il manque sûrement un mot ou il y en a un de trop. Quoi qu’il en soit, le mot « inédit » est lâché. Mais pourquoi ce point d’interrogation ? Pourquoi ce chien de point d’interrogation vient-il gâcher la fête?». Sophie Delassein a également été impressionnée par le nombre important de collaborateurs sollicités pour la réalisation du Nouveau Johnny, «les 70 musiciens du London Symphony Orchestra et quarante-deux chanteurs de London Voices. Ce qui fait quand même pas mal de monde, et tant qu’à les rémunérer, autant qu’ils bossent», lance la critique littéraire dans les colonnes du Nouvel Obs.

> Lire aussi  Doumbia Major: «le seul parti qui a planifié est génocide est le FPI»

David juge le nouveau Hallyday

Chanteur comme son père, David Hallyday a lui aussi donné ses impressions sur le deuxième album posthume de son père. Et les sentiments du fils semblent apparemment mitigés : «J’aime l’artiste qu’on représente. Après, je pense qu’un héritage artistique, c’est une question de qualité et pas nécessairement la quantité. J’ai écouté… Ça ne me dérange pas. J’aime beaucoup Yvan Cassar…Là, ils ont enlevé les bases rythmiques, ils ont remixé, remasterisé. C’est joli mais j’aurais bien aimé, d’un point de vue musical, que ça aille plus loin. Quitte à sortir quelque chose, autant que ça soit différent. Mais ça n’enlève rien à la beauté des arrangements symphoniques d’Yvan Cassar», confie David dans un entretien accordé à 7sur7.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.