Accueil ACTUALITÉ Présidentielle 2020 : un candidat dénonce un chantage

Présidentielle 2020 : un candidat dénonce un chantage

Scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire – Si les partis traditionnels seront en lice pour cette élection prévue dans un an, il faut s’attendre également à la participation de plusieurs candidats indépendants. Et il y’a quelques semaines, l’un des indépendants qui vise le fauteuil présidentiel ivoirien officialisait sa candidature. S’il est très peu connu sur la scène politique ivoirienne, le professeur Amoa Urbain est bien connu dans le milieu de l’enseignement, car étant le recteur de l’Université Charles Louis de Montesquieu situé dans la commune de Bingerville.

L’avis de fermeture reçu par l’Université Charles Louis De Montesquieu d’Abidjan date du 21 octobre dernier. Dans le courrier adressé à la direction de l’établissement, le service des impôts révèle que l’établissement sera fermé dans quelques jours si les impayés d’impôts qui s’élèvent à 18 millions de francs Cfa, avec les pénalités et autres charges comprises, n’étaient pas réglés dans un délai de trois jours. Pour le recteur de l’université, cet avis de fermeture adressé à la prestigieuse école n’est pas un hasard. Il y’a quelques semaines, le professeur Amoa Urbain annonçait sa candidature à la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire. A en croire le recteur, son établissement subirait des pressions suite à sa décision de se présenter contre le régime actuel au prochain scrutin présidentiel ivoirien. Et le candidat déclaré va plus loin en indiquant que son établissement serait victime d’une tentative de dénigrement de ses diplômes pourtant reconnus par le CAMES.

Le professeur Urbain Amoa n’a pas mis du temps à déclarer sa candidature à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Il y’a de cela trois semaines, l’universitaire et recteur de l’Université Charles Louis de Montesquieu annonçait son désir de briguer le fauteuil président lors de la prochaine échéance électorale prévu dans exactement un an. A en croire le recteur, sa candidature serait à l’origine de plusieurs pressions qu’il subirait depuis quelques jours. Dans un courrier datant du 21 octobre, le service des impôts invitait l’établissement dirigé par le professeur Urbain Amoa à solder ses impayés qu’ils s’élèvent à 18 millions de francs, pénalités y compris, et cela ans un délai maximum de trois jours. Faute de quoi son établissement ferait l’objet d’une fermeture, alors que l’on amorce à peine la nouvelle rentrée scolaire et universitaire en Côte d’Ivoire. Et selon le candidat déclaré, ce ne serait pas le seul moyen de pression auquel il fait face depuis l’annonce de sa candidature à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire : «Trois semaines après la déclaration de ma candidature à la Présidentielle de 2020, ma résidence à N’Douci a été attaquée : vol, produits toxiques à forte dose d’asphyxie; Tentative d’étouffement financier par un simple jeu d’ »omission » de 172 boursiers d’État soit un peu plus de 80 millions de FCFA par des agents du Ministère de l’enseignement supérieur qui, semble-t-il ne sont soumis à aucun contrôle. Tentative de dénigrement de mon Université en jouant sur les diplômes qui y sont délivrés en partenariat de validation des dossiers de CAMES avec l’Université Alassane Ouattara et l’Université Félix Houphouët Boigny , comme cela l’a longtemps été entre l’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan et l’Université de Cocody . Tentative de fermeture de l’Université Charles-louis de Montesquieu par la Direction des Impôts » sur instructions des instances du Premier Ministre.», rapporte le professeur Urbain Amoa.

> Lire aussi  Match France-Angleterre : les Bleus ont bouffé du Lion hier soir au Stade de France

Candidature confirmée en dépit des chantages

«Je suis donc bel et bien candidat à la présidentielle de 2020 et mon Université reconnue par l’Etat autant que ses diplômes ne doit pas servir de champ de bataille. Quand j’y suis pour une activité scientifique comme cela l’a été récemment pour la Conférence interuniversitaire des Études Doctorales qui regroupe une dizaine d’universités. Bientôt je serai sur les tribunes politiques et vous redécouvrirez l’Ancien Président des mouvements et associations de jeunesse de Côte d’Ivoire des années 80 et l’ancien candidat du Parti Ivoirien des Travailleurs de 1995 à Agnibilekrou face à un célèbre candidat appelé Jean Michel Kouao.», a fait savoir le recteur de l’université Charles Louis de Montesquieu d’Abidjan.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.