Côte d’Ivoire : l’expulsion de Nathalie Yamb fait polémique

Nathalie Yamb expulsée – La conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire, a été expulsé lundi du territoire ivoirien, une expulsion qui fait suite à des propos indécents qu’elle aurait tenus à l’égard du peuple ivoirien. Chassé quelques mois plutôt de la Côte d’Ivoire, Kemi Seba n’a pas manqué de réagir à la situation vécue par la conseillère de MK.

Très active sur les sujets qui font la une de l’actualité ivoirienne, Nathalie Yamb poursuivra probablement son militantisme pour la cause de Mamadou Koulibaly hors du territoire ivoirien désormais. Convoquée dans la journée du lundi à la préfecture de police d’Abidjan, la conseillère et activiste a été, après son audition, conduite directement à l’aéroport où elle a embarqué dans un vol pour la Suisse. Son expulsion a suscité une vive polémique en Côte d’Ivoire, d’autant plus qu’elle était très critique à l’égard des actions gouvernementales du régime actuel. Mamadou Koulibaly, candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle, a vivement dénoncé l’expulsion de sa conseillère dans la journée du lundi. Le territoire ivoirien semble être pour l’instant une terre interdite à l’activiste proche de l’ancien président de l’Assemblée Nationale sous l’ère de Laurent Gbagbo. Si certains ivoiriens n’ont pas hésité à indexer le régime actuel, il y’a également ceux qui soutiennent l’expulsion de la conseillère exécutive de l’ancien chef du parlement ivoirien. Bien que cela puisse surprendre plus d’un, une proche partisane de Guillaume Soro a d’ailleurs salué la décision prise par le gouvernement ivoirien à l’égard de Nathalie Yamb.

Nathalie Yamb n’est plus la bienvenue en Côte d’Ivoire, du moins sous le pouvoir actuel. Conseillère de Mamadou Koulibaly, un des premiers candidats déclarés au prochain scrutin présidentielle, l’activiste suisse a été expulsée lundi du territoire ivoirien après une audition à la préfecture de police d’Abidjan. Si rien n’a filtré du contenu de cette audition, l’activiste proche du Lider a été par la suite conduite directement à l’aéroport pour embarquer à bord d’un vol pour la Suisse. Comme on peut déjà l’imaginer, l’expulsion de Nathalie Yamb a été saluée par les partisans du RHDP. Cette décision a également été accueillie avec ferveur par une proche de Guillaume Soro, ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne. Pour la pro-Soro, la conseillère de Mamadou Koulibaly aurait dû faire profil bas : «Position délicate. Je n’ai jamais apprécié le verbe de cette dame avec qui j’ai eu des débats houleux sur la toile. Grande défenseuse de son mentor. Je dis toujours que la politique rime avec diplomatie. J’ai écouté son discours écrit, je ne sais pas qui l’a rédigé, mais le discours n’était pas courtois et était fortement agressif. J’aurai eu un tel discours, je l’aurai corrigé avant de prendre une telle responsabilité mondiale même si le fond était censé. Je connais certains ivoiriens qui sont conseillers dans d’autres pays mais ils font leur boulot dans être des activistes dans ces pays. Mme Yamb aurait dû faire profile bas. C’est mon avis.», a commenté Ouattara Taitcha Therese. Expulsé aussi du territoire ivoirien quelques mois plutôt, Kemi Seba a lui aussi réagi à l’expulsion de la conseillère de Mamadou Koulibaly du territoire ivoirien.

> Lire aussi  Côte d’Ivoire : un centre de dépistage du Coronavirus vandalisé

Le soutien de Kemi Seba à Nathalie Yamb

«Ma chère sœur ainée et amie Nathalie.  Pour avoir été ces 24 derniers mois, expulsé du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Togo, de Guinée, dans le seul cadre de la lutte contre le néocolonialisme Français (Françafrique/Bases militaires/Franc Cfa) et de la mal-gouvernance de nos élites endogènes, je ne peux que comprendre ce que tu ressens, toi qui avait fait ta vie, par amour de l’Afrique, en Cote d’Ivoire. Être arraché de sa terre africaine pour être renvoyé en Occident rappelle tragiquement le trajet que les meilleurs de nos aieux faisaient lorsqu’ils étaient capturés puis déportés dans les Amériques afin d’y être détenu pendant 400 ans.», a fait savoir l’activiste franco-béninois Kemi Seba. Outre la Côte d’Ivoire, il a aussi été expulsé de la Guinée, du Sénégal.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.