Violences scolaires : La Fesci appelle Kandia Camara à démissionner

Congés de noël anticipés – Le bilan des récentes violences en milieu scolaires ont suscité l’émoi chez certains parents d’élèves. Depuis le début du mois, des élèves, souhaitant aller en congé de noël avant les dates officielles indiquées, sèment le trouble dans certains établissements. Si ces perturbations de cours ne datent pas d’aujourd’hui, la situation cristallise aujourd’hui toutes les attentions, après le décès de trois élèves dans ces violences en milieu scolaire.

Les récentes violences constatées en milieu scolaire ont causé la mort de trois élèves dans des conditions encore troubles. Le ministère de l’éducation nationale a décidé d’adopter le ton de la fermeté face aux élèves qui souhaitent aller un peu plus tôt que prévu en congés de noël. Après avoir dénoncé l’attitude de ces perturbateurs de cours, Kandia Camara a indiqué que tout élève responsable de perturbation de cours dans un établissement sera radié du système éducatif ivoirien, une mesure qui fait encore polémique. Mise sur la touche depuis quelques années par le ministère de l’éducation nationale, la Fesci, fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, n’a pas manqué de réagir aux récents troubles en milieu scolaire. Dans un premier communiqué, la Fesci a d’abord déploré les pertes en vies humaines, avant de durcir le ton dans un nouveau communiqué, après la mort de deux autres élèves, toujours dans les mêmes circonstances. Pour l’association estudiantine, la ministre de l’éducation nationale, avec qui le syndicat d’étudiants entretient des relations conflictuelles, devrait démissionner, étant donné son incapacité à faire promptement aux troubles qui perturbent la nouvelle année scolaire.

Le bilan actuel des violences en milieu scolaire s’élève à trois morts, trois élèves tués pendant des manifestations pour des congés de noël anticipés dans les établissements. Dans un premier communiqué rendu suite à la mort d’un élève poignardé dans la commune de Daloa, l’association syndicale a d’abord dénoncé l’attitude des élèves qui anticipent les congés scolaires, au mépris du calendrier officiel dévoilé chaque année par le ministère de l’éducation nationale : «Au moment où la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) est résolument engagée dans une campagne contre la violence en milieu scolaire ainsi que dans une vaste tournée de sensibilisation au respect du quantum horaire dans l’ensemble des établissements secondaires du pays, elle ne saurait accepter cet acte ignoble perpétré par des individus sans foi ni loi au vu et au su de tous.  La FESCI condamne avec la dernière énergie cette barbarie d’un autre âge, Exige avec véhémence qu’une enquête soit diligentée dans un bref délais afin que les responsabilités soient rapidement situées et que les auteurs de cet acte crapuleux soient mis à la disposition des autorités judiciaires». En dépit des mises en garde du ministère de l’éducation nationale, la tension est encore montée d’un cran malheureusement. De nouvelles perturbations de cours ont été signalés dans plusieurs établissement du pays, pour exiger des congés de noël en avance. Fort malheureusement, deux élèves ont encore payé le prix fort dans ces perturbations, faisant passer le nombre d’élèves tués à trois. Dans son nouveau communiqué, la fédération estudiantine et scolaire hausse le ton et exige la démission de Kandia Camara, actuelle ministre de l’éducation nationale.

> Lire aussi  Présidentielle 2020 : Mabri Toikeusse annonce sa candidature

Kandia Camara doit démissionner selon la Fesci

«Les 29 et 30 novembre derniers, la FESCI est allée en séminaire pour définir une politique d’anticipation sur le phénomène des congés anticipés. Parce qu’il y a quelques années que cela se produit. Le ministère en charge de l’école a essayé beaucoup de recettes mais vous avez vu que cela n’a rien donné. Et la FESCI a, depuis le 5 décembre 2019, déployé tout le bureau national sur l’ensemble du territoire pour sensibiliser les élèves sur le respect du calendrier scolaire…Elle a employé le terme de fermeté avec l’action de la police. Et l’action de la police n’a en aucun cas freiné ce phénomène. Nous avons vu tous ces morts…Devant cette situation, il faut que les responsabilités soient situées. Mieux la ministre doit démissionner…», écrit la Fesci dans un communiqué.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.