Elèves tués en Côte d’Ivoire : Silver Konan accuse Kandia

Congés de noël anticipés – Pour aller plus tôt que prévu en congés, des élèves sèment depuis quelques jours le trouble dans certains établissements d’enseignements. Censés aller en vacances de noël officiellement le 22 décembre, ces derniers perturbent les cours dans les écoles pour être mis en congé avant la date officielle indiquée par le ministère. Cette année, ces perturbations de cours ont coûté la vie à trois élèves.

Après la sensibilisation, le ministère de l’éducation nationale a décidé d’adopter le ton de la fermeté face aux élèves qui manifestent pour des congés de noël anticipés. Sur les antennes nationales, Kandia Camara a fait savoir que les semeurs de troubles qui seront interpellés seront sans prévis radiés du système éducatif ivoirien, des mesures qui sont loin d’avoir satisfaits la Fesci. La fédération estudiantine a même proposé à la ministre de l’éducation nationale de démissionner de son poste. Sans exiger la révocation de la ministre ivoirien, André Silver Konan n’est pas passé par quatre chemins pour pointer du doigt la responsabilité de Kandia Camara dans cette situation. Pour le journaliste ivoirien le déni de responsabilité doit impérativement prendre fin, car même si les élèves perturbateurs sont à l’origine de ces troubles dans les établissements, le ministère de l’éducation assume une grande responsabilité dans ces dérapages constatés depuis quelques jours, des dérapages qui ont coûté la vie à trois élèves dans les localités de Daloa, Dimbokro puis Anyama.

En l’espace de cinq jours, trois élèves ont perdu la vie en Côte d’Ivoire, suite à des manifestations dans les établissements pour un départ anticipé aux congés de noël. Selon le calendrier indiqué, le départ des élèves est normalement prévu pour le 22 décembre. Comme c’est le cas depuis plusieurs années, certains refusent d’attendre jusqu’à la période indiquée pour aller en vacances de noël. Pour ce faire, ils sèment le trouble dans certains établissements pendant le déroulement des cours, espérant pousser certains élèves partageant leur vision, à rejoindre le cortège. Malheureusement, ces perturbations ont pris une tournure inquiétante cette année, avec la mort de trois élèves en moins d’une semaine. Face à ces tragédies, le ministère a décidé d’adopter le ton de la fermeté, annonçant la radiation de tout élève perturbateur qui sera arrêté par les forces de l’ordre. Si les perturbateurs de cours sont pointés du doigts dans ces troubles, André Silver Konan souligne pour sa part que les responsabilités sont partagées : «Question à un CFA. Le ministère ivoirien de l’Education nationale aurait-il déclaré son incompétence face à un élève qui refuse de s’acquitter de ses frais de scolarité, au motif que les parents de cet élève ont échoué à bien l’éduquer ? La réponse coule de source : non. Mais alors, pourquoi quand il s’agit d’avoir les idées les plus lumineuses pour faire payer de l’argent aux élèves (on a même trouvé des mécanismes d’inscription en ligne) ou pour ne pas remplacer leurs livres pourris (ce qui induit une incidence financière), le ministère est-il si brillant ? Mais enfin, quelle est cette irresponsabilité constante ? Je répète : arrêtons de dispenser les autorités de leurs responsabilités régaliennes. Elles nourrissent leur incompétence de notre inexplicable complicité», a rappelé le journaliste et analyste politique ivoirien.

Kandia est la seule responsable, dixit Silver Konan

«Sérieusement, comment des troubles de moins d’une heure dans une école, un 10 décembre, peuvent-ils signifier un départ pour un congé qui devrait intervenir un 22 décembre ? Entre le 10 et le 22, quelles mesures sont arrêtées par le ministère, pour s’assurer que les cours reprennent, à défaut d’avoir pris les dispositions pour qu’ils ne soient pas interrompus ? Je répète : arrêtons de dispenser les autorités de leurs responsabilités. Kandia Camara est la seule responsable de cette histoire. C’est elle qui est payée pour que les cours se déroulent normalement jusqu’à leurs termes.», a souligné le journaliste ivoirien dans son analyse. Pour sa part, la Fesci, après avoir exigé l’ouverture d’une enquête, a invité la ministre Kandia Camara à démissionner.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.