Accueil ACTUALITÉ Une pro-Gbagbo attaque le Cojep de Blé Goudé

Une pro-Gbagbo attaque le Cojep de Blé Goudé

FPI et Cojep – Si nombre de militants ont parfois tendance à confondre les deux entités politiques, il faut cependant rappeler que le FPI et le Cojep sont deux formations politiques potentiellement adversaires, même si elles restent liées par un même destin à la Cour Pénale Internationale à ce jour. C’est cette confusion de la représentante du front populaire ivoirien (tendance Gbagbo) en France Métropolitaine, a tenté de faire comprendre il y’a quelques jours, à l’occasion de la rentrée politique de la section politique.

Hanny Tchelley n’a pas mis du temps à réagir aux invectives d’une pro-Gbagbo à l’endroit de la représentante du FPI en France métropolitaine. A l’occasion de la rentrée politique du front populaire ivoirien en France, Mdme Nékako a particulièrement mis l’accent sur une confusion qui régnait dans l’esprit de plusieurs militants de l’ancien régime, en l’occurrence ceux qui pensaient militer pour la cause de Gbagbo même en étant au sein du Cojep créé par Charles Blé Goudé. Erigé en formation politique il y’a quelques années, le mouvement de l’ancien leader des jeunes patriotes implante progressivement ses comités de base dans les régions et villes du pays. Mais cette opération se fait, selon la représentante du FPi en France métropolitaine, dans un contexte de confusion entretenu par le parti de Charles Blé.

Le FPI et le COJEP sont bel et bien deux formations politiques différentes, quoique liées par un destin commun à la Cour Pénale Internationale. Reconduit à la tête de sa formation politique il y’a quelques mois, l’ancien leader des jeunes patriotes Charles Blé Goudé continue son ascension politique depuis la Haye, volant désormais de ses propres ailes. Pour la représentante du front populaire ivoirien en France métropolitaine, Charles Blé Goudé entretient encore dans l’esprit des partisans de certains militants du FPI une grosse confusion, puisqu’il n’insisterait pas véritablement sur le fait que son parti n’est pas aux ordres du front populaire ivoirien, encore moins une frange du parti socialiste, comme certains pourraient le croire. Pour avoir dénoncé cette confusion, Mdme Nékako a été prise pour cible par Hanny Tchelley, la productrice ivoirienne en exil depuis plusieurs années : «A 10 mois de l’élection présidentielle, comment la représentation d’un parti tel que le Fpi peut-elle faire sa rentrée politique sur des querelles ? Mme Nékako, représentante du Fpi en France au lieu, de rassembler, réunir toutes les forces aussi petites soient-elles, de comprendre que 1 + 1 font 2, vous invectivez une personnalité de 1er plan comme Charles Blé Goudé qui a fait ses preuves depuis 2002, au motif qu’il a créé son parti politique ? Vous le désignez comme un ennemi pour ça ? C’est une faute politique, un recul des libertés et c’est choquant ! Donc désormais pour avoir de la valeur au Fpi, il faut dénigrer, insulter Simone Gbagbo et Charles Blé Goudé ? Mais Madame, je vous informe que le Cojep, d’abord mouvement de la société civile, a été mué en parti politique le 15 août 2015 et le président Gbagbo en a été dûment informé. Fin de l’histoire», a fait savoir la productrice ivoirienne. Comme il fallait s’y attendre, le droit de réponse de la concernée n’aura pas tarder.

> Lire aussi  Décès de Papa Wemba : Koffi Olomidé s’exprime sur sa mort

La représentante du FPI met les choses au clair

«Chère madame, établir les choses dans le bon ordre n’est ni invectiver, ni faire des querelles ! Comme vous le dites si bien, le Cojep est désormais un parti politique depuis 2015. Donc il faut éviter de faire l’amalgame entre ces deux partis,! en faisant croire aux uns et aux autres que le FPI et le COJEP sont pareils ! ou encore c’est la même chose ! Certains militants et sympathisants semblent un peu perdus, vu le passé du Cojep en tant que mouvement de soutien…  Madame, nous partis politiques, pourront arriver à faire des alliances sur des bases assez CLAIRES et définies , pour l’instant, cela n’est pas à l’ordre du jour. Nous avons donc l’obligation et l’honnêteté de dire la vérité à nos militants, sympathisants ou autres nouveaux reçus», fait savoir Mdme Nékako.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.