Présidentielle Côte d’Ivoire : Bédié fixé sur sa candidature en juin 2020

Election en Côte d’Ivoire – En octobre 2020, plus de six millions d’électeurs ivoiriens seront attendus dans les urnes pour se choisir un nouveau président de la République. Engagé dans l’alternance depuis l’année dernière, le PDCI n’a toujours pas désigné son candidat officiel pour cette présidentielle. Il faudrait patienter encore six mois avant d’avoir la réponse à cette question.

La candidature d’Henri Konan Bédié à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, est une hypothèse à laquelle se prépare déjà certains ivoiriens. Interrogé à diverses reprises, l’ancien président ivoirien évite de mettre un terme au débat sur sa participation à cette élection en tant que candidat pour le compte de son parti. Pour Henri Konan Bédié, le choix du candidat reste avant tout une prérogative du parti et non une initiative personnelle. Agé de 85 ans, il pourrait être le doyen d’âge des candidats à la prochaine élection ivoirienne s’il se présentait. Pour avoir la position officielle du Pdci sur la candidature de Bédié, les ivoiriens devront patienter encore plusieurs mois. A l’issue du bureau politique qui s’est tenu ce jeudi 19 décembre 2019, une communication relative à la tenue de la prochaine convention du parti a été adopté. Les membres du bureau politique ont proposé le mois de juin 2020 pour la date de la convention du parti, convention qui sera sanctionné par la désignation du candidat du Pdci à la prochaine présidentielle. Mais dévoiler son candidat à seulement quatre mois d’une élection cruciale est perçue comme une erreur politique par le critique ivoirien André Silver Konan.

Le PDCI ne désignera pas de sitôt son candidat à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. A l’issue du bureau politique qui s’est tenu ce jeudi, le parti d’Henri Konan Bédié a dévoilé la date de la tenue de sa prochaine convention durant laquelle son candidat à cette élection tant attendue sera désigné : «Le Président du Parti a, par la suite, redonné la parole au Secrétaire Exécutif du Parti afin d’aborder le troisième point de l’ordre du jour, portant sur l’examen et l’adoption des conditions et modalités d’organisation de la Convention d’investiture du candidat du PDCI-RDA à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.  Le Secrétaire Exécutif du parti a, d’abord, rappelé les dispositions constitutionnelles (art 55), statutaires du parti (art 36) et réglementaires du parti (art 41) qui encadrent la période de la tenue de la prochaine convention du parti. Il a, ensuite, rappelé les orientations données par le Président du parti, lors du précédent bureau politique pour le choix du thème de la convention. Sur la base de ces Considérations, il a proposé au bureau politique la date du samedi 06 juin 2020 pour les conventions locales régionales ; la date du vendredi 12 au dimanche 14 juin 2020 pour la convention nationale à Abidjan», rapporte le PDCI dans son communiqué final. Pour le journaliste André Silver Konan, cette longue attente avant la désignation du candidat pourrait coûter cher au Pdci : «Le PDCI commet une grave erreur stratégique. Je n’ai jamais vu un candidat de l’opposition se déclarer à trois mois d’une présidentielle et gagner. Je pense que tout cela est spirituel, les trois grands partis sont dans le même jeu de « si Yao se présente, Touré sera candidat » et ils préparent, sans se rendre compte, les Ivoiriens à tourner leur page. Ne soyez pas surpris que de nombreux Ivoiriens s’intéressent davantage à Soro, Koulibaly ou Affi.», lance le journaliste et analyste politique ivoirien.

> Lire aussi  Guillaume Soro visé par un nouveau mandat d’arrêt

Bédié déjà plébiscité

Si de nombreuses personnalités du parti font office de potentiel candidat, pour l’heure, c’est Henri Konan Bédié, patron de la formation politique depuis 25 ans, qui endosse le costume de candidat favori au sein du parti : «A la prochaine Convention, nous devons choisir un candidat capable de ramener la victoire et face au niveau d’adversité féroce, nous ne pouvons pas prendre le risque de choisir un candidat poids plume», indiquait Bernard Ehouman, ancien inspecteur général de l’Etat.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.