Accueil ACTUALITÉ Réforme du Franc Cfa : ce qui change avec ECO

Réforme du Franc Cfa : ce qui change avec ECO

Nouvelle monnaie UMOA – Les huit pays de l’espace monétaire ouest africain ont convenu de la mise en circulation de cette nouvelle devise dès l’année. Avec l’ECO, c’est la fin des comptes d’opérations des états membres en France, mais également la fin de la présence française dans les différentes instances de décision sur la devise africaine.

La réforme du Franc Cfa a été annoncée par le président Ouattara lors de la visite d’Emmanuel Macron en Côte d’Ivoire le week-end dernier. Si plusieurs sujets étaient à l’ordre du jour de cette rencontre entre les deux chefs d’Etats, l’actualité est depuis quelques jours dominée par cette transition monétaire que les huit pats membres de l’UMOA s’apprêtent à faire dès l’année prochaine. Si le calendrier n’est pas encore connu dans sa globalité, la Côte d’Ivoire et les autres pays membres de la zone monétaire ont décidé d’anticiper les choses concernant la monnaie unique de la CEDEAO. Avec cette nouvelle devise, l’on assiste d’abord à un changement de nom, signe d’une rupture avec l’ancienne colonie sur le plan monétaire. Mais les états membres de la zone monétaire sont allés au-delà de ce simple changement de nom en décidant d’adopter l’Eco comme nouvelle devise des huit pays en Afrique de l’ouest. L’un des changements majeurs annoncés, c’est la fin de la centralisation des réserves des pays membres au Trésor Français. Pour la stabilité de l’ancienne devise, les pays membres étaient dans l’obligation de déposer 50% de leurs réserves au Trésor sein du trésor français, une situation que nombres d’économistes africains ont vivement dénoncé.

> Lire aussi  France-Afrique: quel partenariat pour une croissance partagée?

La réforme du franc Cfa a été enclenchée depuis quelques jours par les huit pays membres de la zone UMOA. Annoncé comme une monnaie commune de la CEDEAO, l’ECO, la nouvelle devise qui remplacera le Cfa, sera d’abord adopté par les huit pays membres de la zone monétaire ouest africaine : «Par un accord avec les autres chefs d’État de l’UEMOA, nous avons décidé de faire une réforme du franc CFA avec les trois changements majeurs suivants : tout d’abord, le changement du nom de la monnaie du franc CFA à l’éco. Deuxièmement l’arrêt de la centralisation de 50% de nos réserves de change au Trésor et la fermeture du compte d’opération. Troisièmement le retrait des représentants de la France de tous les organes de décision et de gestion de l’UEMOA.», annonçait le président ivoirien il y’a quelques jours lors de la visite de Macron en Côte d’Ivoire. Comme indiqué par le président ivoirien, l’ECO n’est pas qu’un simple changement de dénomination. Cette transition monétaire est marquée par une profonde réforme du Franc Cfa, considéré comme un symbole vivant de la Françafrique par plusieurs intellectuels du continent africain. Dans une entretien exclusif accordé à Abidjan. Net, le ministre béninois Romuald Wadagni, qui préside le conseil des ministres de la zone UMOA, est revenu en détail sur cette revolution monétaire enclenchée par les huit pays dont la Côte d’Ivoire.

Trois changements majeurs avec l’ECO

«Trois évolutions majeures sont actées : le changement du nom de la monnaie de l’UEMOA, qui deviendra l’« ECO »; la fin de la centralisation des réserves de change de la BCEAO au Trésor français ; le retrait des représentants de la France du Comité de Politique Monétaire, du Conseil d’Administration et de la Commission Bancaire. Le rôle de la France est transformé en celui de garant financier. Les accords de coopération monétaire entre l’UEMOA et la France prévoyaient jusqu’ici d’une part la centralisation d’une partie des réserves de change de la BCEAO sur un compte d’opérations, ouvert dans les écritures du Trésor français, d’autre part la présence de la France dans un certain nombre d’instances. Ces deux aspects vont disparaître. La centralisation en France d’une partie des réserves de change sera supprimée dans le cadre de la réforme. La France ne nommera plus aucun représentant dans les instances de l’Union où elle était présente», rapporte le ministre béninois des finances. Malgré les trois changements d’envergures annoncés, la nouvelle monnaie sera encore arrimée à l’Euro.

> Lire aussi  Guillaume Soro attaque Ouattara depuis Paris

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.