Le RHDP demande l’extradition de Guillaume Soro vers la Côte d’Ivoire

Tentative de déstabilisation – L’ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne fait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis le lundi 23 décembre dernier. La justice ivoirienne reproche à l’ancien chef du parlement ivoirien d’avoir comploté contre l’Etat de Côte d’Ivoire. Pour sa part, le RHDP s’est prononcé en faveur de l’extradition de Soro.

L’actualité ivoirienne est toujours alimentée par l’affaire opposant Guillaume Soro à la justice ivoirienne, et ce depuis le lundi 23 décembre. Alors qu’il était attendu dans son pays par ses partisans, l’ancien chef du parlement ivoirien a fait route vers une nouvelle destination, annonçant par l’intermédiaire de ses proches que les autorités ivoiriennes l’avaient sommé de ne pas atterrir à l’aéroport d’Abidjan. Très vite, la situation va dégénérer entre les partisans de l’ancien chef du parlement ivoirien et les forces de l’ordre, notamment autour de sa résidence située dans la commune de Marcory. Dans la soirée, le Procureur de la République annoncera sur la chaine nationale qu’un mandat d’arrêt international a été délivré à l’encontre de Guillaume Soro, accusé de plusieurs délits, dont l’atteinte à l’autorité de l’Etat et à l’intégrité du territoire national. Des preuves de cette grave accusation de complot seront présentées trois jours plus tard par le Procureur de la République qui informera l’opinion publique et internationale, qu’un Interpol avait été saisi pour ce mandat d’arrêt émis contre l’ex-chef du parlement ivoirien. Dans son communiqué relatif à cette tentative de déstabilisation du pays, le RHDP a souhaité la plus grande fermeté à l’endroit des auteurs de ce projet. Aussi, le parti unifié demande à ce que Guillaume Soro soit extradé en Côte d’Ivoire.

Le RHDP souhaite l’extradition de Guillaume en Côte d’Ivoire, après le mandat d’arrêt international émis contre lui en début de semaine. Pour l’heure, l’ancien président de l’Assemblée Nationale est donné dans plusieurs destinations. Aux dernières nouvelles, il serait en Espagne, pays où il avait annoncé sa candidature à la présidentielle de 2020 dans son pays. Mais cette information reste à confirmer car Guillaume Soro reste lui-même discret sur sa localisation actuelle. Jeudi soir, le Procureur de la République a présenté un enregistrement audio compromettant dans lequel on identifie clairement la voix de l’ancien chef du parlement ivoirien, en discussion avec un homme d’affaires, des discussions qui portent sur un éventuel projet de déstabilisation visant le pays. Dans son communiqué, le RHDP soutient les déclarations du Procureur qui affirmait qu’il s’agissait d’un projet soigneusement planifié : «En projetant de porter atteinte à la paix et à la stabilité nationale si chèrement acquises après une décennie de crise, les auteurs de ces manœuvres de déstabilisation ont pour objectif en réalité, de porter un coup d’arrêt au développement de notre pays et aux performances économiques remarquables enregistrées par la Côte d’Ivoire, sous le leadership du Président de la République, SEM Alassane OUATTARA et de son gouvernement.  Comme le soulignait, en effet, le Procureur de la République, il s’agissait bien d’une opération planifiée qui a été précédée d’une vaste campagne de dénigrement et d’intoxication contre le régime et ses dirigeants aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’étranger. L’objectif étant de donner une sorte de légitimité à l’insurrection civile ou militaire projetée par M. Guillaume SORO et ses complices.», indique Kobenan Kouassi Adjoumani, le porte-parole du parti unifié.

Vers une extradition de Soro ?

Visé par un mandat d’arrêt international, Guillaume Soro est désormais dans le collimateur des services d’Interpol. Dans son communiqué, le RHDP a invité tous les pays qui collaborent avec la Côte d’Ivoire à œuvrer pour l’interpellation de Soro et son extradition vers son pays pour son jugement : «Le RHDP salue la décision prise par les autorités judiciaires d’émettre un mandat d’arrêt international contre M. Guillaume SORO et invite à étendre cette mesure à tous ceux qui sont impliqués dans cette entreprise de renversement des institutions de la République. Le RHDP invite tous les pays avec lesquels la Côte d’Ivoire entretient une coopération en matière judiciaire à collaborer en donnant une suite favorable au mandat d’arrêt émis par la justice ivoirienne», indique Adjoumani.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.