Accueil ACTUALITÉ Réforme retraite : RATP, SNCF, les syndicats continuent la grève

Réforme retraite : RATP, SNCF, les syndicats continuent la grève

Retraite reforme : Grève continue

Mouvements sociaux en France – Après plusieurs semaines de bras de fer, Edouard Philippe a annoncé a aux syndicalistes des compromis sur la réforme des retraites. Si l’idée d’un renoncement au projet est toujours bottée en touche par le gouvernement, l’annonce du retrait de l’âge pivot sous certaines conditions, suscite diverses réactions dans le camp des grévistes. En dépit de cette concession faite par le chef du gouvernement, de nombreux syndicats ont appelés à de nouvelles journées de manifestation en France pour le retrait du projet de réforme.

La réforme des retraites suscite toujours de nombreuses divergences entre les syndicalistes et le gouvernement. Depuis le jeudi 5 décembre dernier, le secteur des transports est fortement paralysé par une grève décrétée par les principaux syndicats, en vue de protester contre ce projet phare d’Emmanuel Macron. Plus d’un mois après le début des mobilisations, le chef du gouvernement français continue d’affirmer sa détermination à aller au bout de cette réforme. Dans le même temps, le gouvernement qui s’est montré ouvert aux discussions a annoncé le retrait, sous certaines conditions, de l’âge pivot. Pour la majorité des syndicats, les annonces du premier ministre restent très peu rassurantes, raison pour laquelle la grève lancée le 5 décembre dernier, a été reconduite à la SNCF comme à la RATP. Le trafic s’annonce encore perturbé pour le lundi 13 janvier, comme d’ailleurs pour les jours à venir, puisque les certains syndicats appellent à des journées de mobilisation dès le mardi 14 janvier dans toute la France.

«Que ce soit sur la suppression des régimes spéciaux, que ce soit sur l’universalité du système, que ce soit sur les nouveaux droits sociaux et sur l’équilibre financier du système, je suis déterminé, l’ensemble du gouvernement et de la majorité le sont. Et nous irons au bout de cette réforme», annonçait sur France 2 le premier ministre Edouard Philippe, au sujet de la réforme des retraites. En dépit de sa détermination, le chef du gouvernement a décidé de faire quelques concessions aux syndicalistes, dans le bras de fer qui est officiellement à son 40e jour ce lundi 13 janvier 2020. Edouard Philippe a annoncé un compromis sur l’âge pivot dans ce projet de réforme des retraites en France, une annonce qui ne réjouit pas pour autant tous les syndicats : «Suite aux annonces d’aujourd’hui, non seulement l’âge pivot n’est pas retiré, mais en plus le Premier ministre confirme sa détermination à reculer l’âge de départ à la retraite en refusant toute augmentation de cotisation sociale», estime l’intersyndicale. Dans un communiqué conjoint, la CGT, FO, la CFE-CGC ont appelé à «organiser des actions de grève, de convergences interprofessionnelles sur tout le territoire, en rejoignant massivement par la grève le mouvement le 14 janvier». Du côté de la SNCF, l’UNSA, l’un des principaux syndicats de salariés, a appelé à poursuivre la grève contre la réforme des retraites, même si le syndicat salue dans une certaine mesure, l’annonce du gouvernement sur le retrait conditionné de l’âge pivot : «l’annonce qui a été faite du retrait de l’âge pivot sous conditions permet peut-être de sortir par le haut…L’Unsa ferroviaire reste dans la grève pour obtenir que les cheminots au statut conservent le calcul sur la base des six derniers mois pour leur départ à la retraite», affirmait Didier Mathis, le secrétaire général de l’Unsa à la SNCF. A la RATP, le mot de grève a été également maintenu pour ce lundi 13 janvier 2020, correspondant au 40e jour de mobilisation contre la réforme des retraites.

> Lire aussi  Grève décembre RATP : voir le calendrier des perturbations

Aucune raison de poursuivre la grève

«C’est vraiment une très bonne chose qu’on ait trouvé un compromis. Je suis fière d’être dans un gouvernement qui sait trouver des compromis avec les organisations syndicales réformistes…Il y avait un sujet de débat, de discussions. Maintenant, on a un compromis qui est sur la table, donc il n’y a plus aucune raison que ce mouvement grève se poursuive. Je le dis clairement aux agents de la SNCF et de la RATP.», a estimé la ministre Elisabeth Borne.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.