Réforme constitutionnelle : la plateforme de Bédié prépare la riposte

Modification de la constitution ivoirienne – Le président de la République a annoncé l’année dernière son désir de procéder à une réforme de la Constitution adoptée il y’a quelques mois. En début d’année, Ouattara Alassane indiquait que la révision en question interviendrait durant le premier trimestre de l’année 2020. L’opposition ivoirienne s’interroge encore sur les réelles motivations du président ivoirien sur cette révision d’une législation adoptée il y’a seulement trois ans. Pour la plateforme de Bédié, ce réajustement annoncé par Ouattara viserait tout simplement à donner une certaine légitimité au troisième mandat évoqué par le président ivoirien.

La réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire était récemment au centre d’une rencontre entre les différentes formations politiques qui composent la plateforme d’Henri Konan Bédié. L’annonce d’une modification de la Constitution adoptée il y’a trois ans a suscité diverses réactions au niveau de la classe politique ivoirienne. Pour l’opposition ivoirienne, le président actuel chercherait à évincer de la course à la présidentielle certains candidats, en procédant à des réajustements, notamment l’instauration d’une limite d’âge dans les conditions d’éligibilité à la fonction présidentielle. Pour certains, le président Ouattara envisagerait de revenir à l’ancienne limite d’âge qui était de 75 ans, un retour qui mettrait hors course des potentiels candidats dont Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo. A travers cette mesure, le président s’auto-excluerait aussi de la course à la présidence qui aura lieu dans quelques mois. En attendant de savoir l’ampleur de cette réforme constitutionnelle, l’opposition ivoirienne, réunie au sein de la plateforme d’Henri Konan Bédié, a décidé d’user de tous les moyens juridiques légaux pour barrer la route à ce projet porté par le président Ouattara.

La modification de la Constitution ivoirienne n’est plus un secret de polichinelle. A l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux, le président ivoirien a réaffirmé sa volonté d’apporter quelques réajustements à la législation ivoirienne adoptée à plus de 95% par les ivoiriens lors d’un référendum qui a eu lieu en novembre 2016. Réunie ce mardi, la plateforme de Bédié, la CDRP, a examiné sous divers angles l’intérêt de cette révision constitutionnelle annoncée par Ouattara Alassane, une réforme qui devrait avoir lieu durant le premier trimestre de l’année : «Nous avons entendu et lu la déclaration du Président de la République de Côte d’Ivoire, Monsieur Alassane OUATTARA relativement à sa volonté affirmée de modifier la Constitution ivoirienne adoptée au référendum de 08 Novembre 2016. Une telle déclaration publique de la part du chef de l’Etat garant de la constitution, de son bon fonctionnement, de sa stabilité et sa durée, ne laisse guère de surprendre autant qu’elle intrigue. On ne peut manquer de s’en étonner, voire s’indigner et s’en inquiéter dans ce contexte d’une année électorale constitutionnelle ouverte, des candidatures déclarées sources de tension politique déjà perceptible.», rapporte la CDRP dans un communiqué rendu ce mardi. Pour la plateforme de Bédié, cette réforme «n’est envisageable qu’au terme de longues périodes, ayant permis d’éprouver conséquemment le fonctionnement des institutions et le regard commun que les citoyens posent sur l’évolution de la Nation. L’étalon communément retenu pour la mesure de ces périodes est la législature. Il n’est donc pas bon, légitime et démocratique pour un chef d’Etat de recourir plusieurs fois au cours d’une même législature ou chaque fois qu’il le désire, à une modification de la loi fondamentale».

Une réforme pour légitimer le troisième mandat de Ouattara ?

«A l’occasion de sa déclaration de modification de la constitution, le Président OUATTARA a gardé un silence étonnant sur les vœux d’un troisième mandat émis par une certaine chefferie traditionnelle et certains de ses collaborateurs. A la vérité un troisième mandat n’est guère envisageable au regard des articles 55 et 183 de la constitution actuelle. En proposant une nouvelle constitution le Président de la République veut s’offrir la possibilité de recourir à l’argument facile et fallacieux, de pouvoir se représenter à la prochaine élection présidentielle», rapporte la plateforme d’Henri Konan Bédié ce mardi dans son communiqué sur la réforme constitutionnelle en Côte d’Ivoire.

> Lire aussi  Doumbia Major en colère contre l’opposition ivoirienne

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.