Accueil ACTUALITÉ Gestion de l’église catholique : Doumbia Major s’attaque au Cardinal Kutwa

Gestion de l’église catholique : Doumbia Major s’attaque au Cardinal Kutwa

Eglise catholique ivoirienne – Aux commandes depuis quelques années, le cardinal Kutwa s’est récemment invité à la une de l’actualité ivoirienne en annonçant une marche des chrétiens en faveur de la paix. Cette initiative, si elle a reçu la caution de certains hommes politiques, a en revanche été dénoncée par quelques figures de l’opposition. Doumbia Major a été l’une des personnalités politiques ivoiriennes qui s’est le plus réjoui de l’annulation de cette manifestation du clergé.

La gestion de l’église catholique est depuis quelques années, confiée et assurée par le Cardinal Kutwa, l’archevêque d’Abidjan. Le premier responsable du prélat s’est récemment illustré en invitant ses fidèles à sortir pour une marche prévue le 15 février prochain dans la commune de Plateau. Suite à des menaces proférées contre certains fidèles chrétiens sur les réseaux sociaux, le clergé a décidé d’annuler cette manifestation pacifique pour donner en lieu et place une séance de prière en faveur de la paix, à la cathédrale d’Abidjan. Pour Doumbia Major, cette marche annoncée par les évêques ivoiriens soutenait une cause politique, celle d’une partie de l’opposition qui souhaiterait, par tous les moyens, discréditer le pouvoir en place avant la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire. Après avoir chaleureusement accueilli la décision de l’annulation, le président du Congrès Panafricain et pour le renouveau, s’est interrogé sur le bilan de l’actuel archevêque d’Abidjan. Pour lui, le Cardinal Kutwa devrait faire la lumière sur se gestion de l’église catholique, d’autant plus que le mécontentement gagnerait certains prêtres catholiques selon l’opposant ivoirien.

Doumbia Major est visiblement en guerre contre le cardinal Kutwa, archevêque d’Abidjan et premier responsable de l’église catholique en Côte d’Ivoire. A l’origine des tensions entre le président du CPR et le religieux, une marche annoncée par les évêques ivoiriens dans la commune de Plateau, pour le 15 février prochain. Selon l’opposant ivoirien, cette marche initiée par le prélat catholique nourrissait un dessein politique, celui de discréditer le pouvoir actuel en faveur de l’opposition avant la tenue de la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Mais cette manifestation pacifique qui divisait tant en Côte d’Ivoire, a finalement été annulée par le prélat catholique ivoirien, à priori pour des menaces proférées sur la toile à l’endroit des fidèles par des internautes. Le Procureur qui s’est saisi de l’affaire a ouvert une enquête dans le but de retrouver les auteurs de ces menaces. Pour sa part Doumbia Major, s’est toujours opposé à cette initiative du cardinal Kutwa, estimant que celui-ci s’engageait pour une cause politique. Aujourd’hui, le président du CPR appelle le cardinal à faire la lumière sur sa gestion de l’église catholique en Côte d’Ivoire : «Au lieu de s’ingérer dans les affaires politiques avec un parti pris flagrant contre un camp, au nom de Dieu, il devrait plutôt songer à l’amélioration des conditions de vie des prêtres qui vivent pour la plupart dans la déchéance, alors que l’église pouvait garantir un salaire digne à chaque prêtre avec ce que le cardinal perçoit comme donations annuelle et l’argent qu’il reçoit du patrimoine et des commerces de l’église.  Kutwa et un groupuscule d’évêques vivent dans un luxe insolent avec des salles de sport et de cure thermale, alors que les prêtes vivent dans un dénuement indicible, certains ayant à peine de quoi s’acheter du savon, en étant contraints d’aller manger, comme des mendiants, chez des fidèles pour vivre.  Des hommes dits hommes de Dieu, qui sont incapable de partager avec leurs subalternes hiérarchiques ce qu’ils reçoivent comme dons et ce qu’ils perçoivent comme richesses provenant du patrimoine de l’église.», rapporte l’opposition ivoirien.

> Lire aussi  Les smartphones les plus performants du moment

Des prêtes catholiques en colère contre Kutwa ?

«Il suffit de mettre le nez dans la gestion de KUTWA du patrimoine et des ressources humaines de l’église, pour que la foi de tout fidèle soit ébranlée. J’invite d’ailleurs les journalistes d’investigation à s’intéresser à ce dossier, car les retours que je reçois, venant de nombreux prêtres, ne sont pas faits pour présenter Kutwa comme un homme au bon cœur.», rapporte le président du CPR.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.