Doumbia Major invite Charles Blé Goudé à se confesser

Charles Blé Goudé – Dans une récente intervention, le président du Cojep, exprimant son désir d’aller au bout de son engagement politique, révélait qu’il ne comptait pas laisser des taches, mais plutôt des traces derrière lui. Pour le président du CPR Doumbia Major, l’ancien leader des jeunes patriotes a laissé derrière lui bien des traces de sang qu’il feint aujourd’hui d’ignorer. Pour le président du congrès panafricain pour le renouveau, Charles Blé Goudé devrait passer aux aveux concernant certains crimes qu’il aurait commis dans les années, notamment lorsqu’ils n’étaient encore tous que de simples étudiants à l’université de Cocody.

Les traces de sang laissées par Charles Blé Goudé seraient encore visibles selon Doumbia Major, le président du congrès panafricain pour le Renouveau. L’année dernière, il faisait des troublantes confessions sur l’ancien leader des jeunes patriotes ivoiriens en l’accusant d’avoir perpétré la toute première attaque terroriste sur le sol ivoirien, une attaque qui aurait été commise à l’université. Pour le président du Cpr, le patron du Cojep draine derrière lui de nombreuses taches de sang, contrairement à ce qu’il a récemment affirmé en évoquant son engagement politique. Malgré son acquittement à la Haye par les juges de la première instance, le président du Cojep a été condamné à 20 ans de prison ferme dans son pays, lors d’un procès qui s’est déroulé au tribunal criminel d’Abidjan.

«Aucune recherche de positionnement politique n’aura raison des valeurs pour lesquelles, très jeune, j’ai fait mon entrée en politique. Rester soi-même n’est certes pas facile, mais je resterai moi-même. Je marcherai toujours la tête haute, sur mon chemin, je laisserai des traces, pas des taches.», confiait jeudi Charles Blé Goudé, le président du CPR. La réponse de Doumbia Major, président du Cpr, aux propos de l’ex-secrétaire général de la Fesci, n’a pas tardé : «L’homme qui dans sa marche a laissé des traces de sang, et qui fait semblant de ne pas savoir que les traces de sang sont des tâches.  Mon frère, le simple fait d’évoquer traces et tâches, est la preuve que ton passé te hante et ta conscience te tourmente.  Réconcilie-toi avec ta conscience, fait un repenti sincère, manifeste publiquement tes regrets pour les assassinats de Bakayoko Memissa, Kouassi Hervé, Kignelman Jonas, Kone Moudoulaye etc… À moins que le tribalisme chronique et congénital qui t’anime, t’amène à considérer ces gens que tu as fait tuer, comme des animaux insignifiants dont la mort peut être banalisée», a fait savoir l’enseignant universitaire. Pour le président du CPR, Charles Blé Goudé devrait avant toute chose se repentir des crimes qu’il aurait commis, pour avoir la conscience tranquille : «Demande pardon au peuple pour l’attaque sanglante du restaurant universitaire de Cocody où ce jeudi 25 mai 2000, tu as fait taillader à la machette tes propres camarades étudiants.  Bouabre Marc Daniel en porte les séquelles à vie. Charles, au lieu de passer ton temps à appeler tes gens de cojep en montant les uns contre les autres, et à écrire des galimatias qui ne sont que le fruit de ton esprit tourmenté, prend ton téléphone et appelle Daniel pour lui présenter tes excuses, demande lui pardon. S’il t’accorde son pardon ce sera un fardeau de moins pour ta conscience.», a souligné Doumbia Major.

> Lire aussi  Doumbia Major en colère contre l’opposition ivoirienne

Assumer ses crimes

«Je t’informe qu’en tant qu’ élément du GAC, tu as laissé des tâches avec tes bidons d’essence à Yopougon nouveau quartier, je ne vais pas augmenter le volume, car tu sais de quoi je parle.  Alors arrête ton petit cinéma, tes jeux de mots et tes mises en scène, en croyant que tu pourras faire avaler tes mensonges toute ta vie à tout le monde… Actuellement tu souffres , tu es tourmenté, les traces de sang te hantent, tu dors d’un sommeil troublé, tu prends des cachets pour te reposer, mais sache que la solution ne se trouve pas dans les médicaments, mais dans le repenti sincère et le pardon.», lance Doumbia Major, le président du Congrès Panafricain pour le renouveau ce vendredi.

Vous pouvez aussi aimer