Guikahué menacé de mort : Doumbia Major dément et s’explique

Menaces de mort – Depuis quelques jours, circule sur la toile certains propos tenus par le président du CPR à l’endroit du numéro deux du PDCI RDA. A en croire certains, Doumbia Major aurait dans une certaine mesure, adressé des menaces de mort voilées à Maurice Kacou Guikahué, information que le président du CPR n’a pas tardé à démentir.

Maurice Kacou Guikahué a-t-il fait l’objet de menaces de morts ? Seule certitude, ses révélations sur la nouvelle carte nationale d’identité en Côte d’Ivoire attisent de plus en plus les tensions entre certains militants de l’opposition et le pouvoir actuel. Il y’a plus d’une semaine, le secrétaire exécutif en chef du parti d’Henri Konan Bédié, accusait un dignitaire du RHDP de donner gratuitement la CNI aux militants du nord, alors que ceux du sud devraient payer la somme de 5000 frs pour acquérir cette pièce. Plusieurs dignitaires du RHDP sont montés au créneau pour démentir cette information de l’ancien ministre de la santé. Président du congrès panafricain pour le renouveau, Doumbia Major a adressé de sévères mises en garde au secrétaire exécutif en chef du PDCI RDA, des mises en gardes que certains considèrent comme des menaces de mort proférées à l’endroit de l’ex-ministre de la santé. En réaction à ses détracteurs, Doumbia Major a une nouvelle fois indiqué qu’il n’avais jamais menacé l’opposant ivoirien dans ses propos.

«Guikahue dans sa volonté constante et irresponsable de diviser le pays sur une base tribale, doit comprendre que cette fois-ci si ça commence, rien ne dit qu’il s’en sortira vivant, puisque tout le monde sait qu’il est l’un des principaux instigateurs de la poussée haineuse tribale et xénophobe dans laquelle ils formatent les esprits et conditionnent une partie du peuple.», a révélé le président du CPR, Doumbia Major, il y’a de cela quelques jours. Très rapidement, ses propos tenus par le président du CPR ont été considérés par certains comme des menaces de mort adressés à Maurice Kacou Guikahué, le secrétaire exécutif en chef du parti de Bédié. L’ex-ministre de la santé est à l’origine de glaçantes révélations sur le financement de l’opération d’enrôlement pour les nouvelles cartes nationales d’identité. Il y’a plus d’une semaine, Guikahué affirmait qu’un dignitaire du régime rhpd offrait gratuitement la CNI aux militants du nord, une région favorable au pouvoir actuel, tandis que les militants du sud étaient soumis à l’obligation du droit de timbre lors de leur enrôlement pour la nouvelle CNI. L’ancien ministre ivoirien est revenu à la charge en indiquant que la Banque Mondiale avait financé cette opération pour laquelle les ivoiriens payaient la somme de 5000 frs chacun. Accusé d’avoir menacé Maurice Kacou Guikahué, Doumbia Major est revenu à la charge en précisant clairement le sens de ses propos : «Moi, je n’ai pas menacé Guikahue de mort, j’ai simplement dit que si la guerre tribale dont il est en train de poser les bases,  en faisant croire qu’il y a un Nord du pays qui est privilégié contre un SUD et qu’on prendrait l’argent de lui ses parents exclusivement pour offrir des CNI aux habitants du Nord du pays… je dis que si cette guerre commence, qu’il sache simplement qu’il peut y laisser sa peau , dans la mesure où quand les gens vont commencer à s’entretuer, lui Guikahue qui est l’un des principaux instigateurs de cette poussée de haine tribale, cette poussée xénophobe et de division ethniques du pays, je dis qu’il peut lui aussi être pris pour cible, surtout que le peuple sait qu’il est l’un des idéologues de la fièvre haineuse qui est en train de s’emparer du pays.»

Assumer les conséquences

«Ce n’est pas une menace de mort, c’est juste une invitation de Guikahue à assumer les conséquences de ce qu’il est en train de créer.  Il ne faut pas qu’il croit qu’il va pousser les gens à s’entretuer et que lui-même sera épargné par les conséquences de ce qu’il est en train de mettre en place», lance le président du CPR.

> Lire aussi  Rejet de candidature : KKB dénonce un attentat contre la démocratie

Vous pouvez aussi aimer