Chloroquine : des résultats encourageants contre le covid-19

Traitement Covid-19 – Toujours pas de vaccins contre le nouveau coronavirus qui touche aujourd’hui plus de 2002 pays au monde, mais les recherches du professeur Didier Raoult pourraient révolutionner la lutte contre cette épidémie qui a déjà fait plus de 10 000 morts, rien qu’Italie. L’un plus des connus des parmi les virologues français propose de guérir certains malades avec la chloroquine, un traitement qui fait l’objet d’une vive polémique en France entre spécialistes de la santé, en raison des effets secondaires.

Faut-il administrer la chloroquine comme traitement aux personnes atteintes du Covid -19 ? En France la communauté scientifique est divisée sur la question, en dépit des résultats encourageants produits des études menées par le professeur Didier Raoult sur certains malades. Après une première étude controversée sur 24 patients dont près d’une vingtaine ont été guéris, le virologue français a fait l’objet de nombreuses critiques de la part de ses pairs, ayant remis en cause sa méthodologie, d’autres l’accusant même de vouloir donner de faux espoirs à certains malades atteints du nouveau Coronavirus. En dehors de la France, une étude réalisée en Chine sur plus d’une trentaine de patients a donné des résultats plutôt encourageants dans la lutte contre le Covid-19. Histoire de confirmer ses premiers résultats, le virologue français a mené un nouvel essai clinique qui portait cette fois sur 80 patients. Une fois encore les résultats satisfaisants de cette nouvelle étude continuent toujours d’alimenter les débats au sein de la communauté scientifique française. Aux Etats-Unis, la chloroquine vient d’être autorisée comme traitement face à cette épidémie, autant de raisons de croire que le remède miracle tant attendu par l’humanité dans cette crise sanitaire existe probablement déjà.

«Je suis très affecté en tant que chercheur, enseignant et médecin par la polémique sur la chloroquine et l’hydroxychloroquine. Je passe sur l’étude pilote, à propos de quelques patients seulement, présentée par le professeur Didier Raoult, qui est méthodologiquement délirante. Ce n’est pas un essai thérapeutique randomisé, avec des patients tirés au sort, ils sont sélectionnés sans qualité, certains sont asymptomatiques et n’ont pas à recevoir un traitement, certains évoluent défavorablement vers la réanimation ou la mort et sont exclus de l’étude, etc. C’est une honte scientifique. Un chercheur peut avoir des convictions, mais pas de certitude. Le doute doit le guider.», réagissait ainsi le professeur à l’essai clinique du professeur Didier Raoult, dans un entretien accordé au quotidien Le Point. Le virologue français fait depuis des semaines la une des plusieurs grands journaux en France pour avoir proposé la chloroquine comme traitement à administrer aux malades du Covid-19. En attendant un vaccin qui mettra probablement plusieurs mois, voire même une année avant de voir le jour, Didier Raoult plaide pour l’utilisation de la chloroquine contre le Covid-19, fondant sa certitude sur deux essais cliniques réalisées à ce jour.

Deux essais concluants avec la chloroquine

«Une première étude dévoilée mi-mars par le scientifique et réalisée sur 24 patients testés positifs au Covid-19 faisait état de la guérison de trois quarts des patients au bout de six jours. La chloroquine comme traitement des malades touchés par le coronavirus a été remise en cause par certains spécialistes et l’essai de Didier Raoult a été jugé « insuffisant », mais le scientifique précise que ce médicament ne présente pas de risque puisqu’il est connu depuis longtemps.  Vendredi 27 mars, le Pr Raoult a publié un deuxième essai mené cette fois sur 80 patients (dont 50% âgés de moins de 52 ans) suivis pendant 6 à 10 jours courant mars à l’IHU et à qui on administré une association de chloroquine et un antibiotique pulmonaire appelé azithromycine.  Les résultats de cette étude mentionnent « une évolution favorable » pour 65 patients (81%), tandis que douze ont été mis sous oxygénothérapie (soit 15%). Trois sont passés en soins intensifs et un autre âgé de 86 ans est décédé (soit 5%)…. des chiffres très superposables à ce qui est observé sans le fameux traitement donc.», rapporte PourquoiDocteur dans un sujet consacré aux études du Pr Raoult Didier.

Vous pouvez aussi aimer