Assoa Adou convoqué devant la Cour de Cassation

Convocation d’Assoa Adou – Il y’a environ une semaine, le secrétaire général de l’aile dissidente du FPI avait reçu une citation à comparaitre à la préfecture de police d’Abidjan. Contre toute attente, le SG du FPI tendance Gbagbo ne s’est pas présenté le lundi 23 mars à la préfecture de police comme cela avait été indiqué dans sa convocation. Dans un communiqué rendu public, le collectif des avocats du cadre FPI avait dénoncé des vices de procédures dans la démarche du Procureur.

Assoa Adou va-t-il fouler au pied cette citation à comparaitre devant la Cour de Cassation ? Nous le saurons d’ici la fin de la journée. Ce lundi 31 mars, une semaine après la convocation adressée au secrétaire général du FPI tendance Gbagbo, le Procureur aurait adressé une saisine à la Cour de Cassation, suite au refus d’Assoa Adou de répondre à la convocation du 23 mars dernier. C’est en tout cas l’information rapportée ce mardi 31 par le service de communication de l’aile dissidente du front populaire ivoirien. Pour l’heure, le parti ne précise pas si le proche de Laurent Gbagbo répondra au non à cette nouvelle convocation devant l’instance judiciaire. Tout laisse penser que cette convocation serait liée à des propos tenus par le secrétaire général de l’aile dissidente du front populaire ivoirien il y’a de cela quelques semaines, devant des militants et sympathisants. Le 10 mars dernier Assoa Adou invitait les ivoiriens à envahir les centres d’enrôlement pour réclamer gratuitement leur carte nationale d’identité, une opération qui coute la bagatelle de 5000 frs suite à l’instauration des frais de timbre. Ces déclarations ont été suivies plusieurs jours après par des manifestations contre le paiement des frais de timbre lors de l’enrôlement pour les nouvelles CNI.

«Le Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien (FPI), Dr ASSOA Adou, est convoqué ce mardi 31 mars 2020 à 11heures devant la Cour de Cassation à la demande du Ministère Public.  Cette saisine de la Cour de Cassation par le Procureur est consécutive à la convocation erronée émise le samedi 21 mars 2020 par la Préfecture de police d’Abidjan qui voulait auditionner le Secrétaire Général le lundi 23 mars 2020 à 10 heures.  Le collectif des Avocats du Dr ASSOA Adou, par ailleurs ancien Ministre de la République, avait alors levé une exception de droit pour signifier à la Préfecture de police qu’elle n’avait pas cette compétence, en vertu des dispositions de la loi 2005-201 du 16 juin 2005 portant statut d’anciens chefs d’Etat, chefs d’institution et ministre.  Le Procureur a donc été contraint de se conformer à la loi en saisissant préalablement la Cour de Cassation à l’effet d’autoriser la justice à ouvrir une enquête sur l’ancien Ministre qu’est le Dr ASSOA Adou, Secrétaire Général du FPI.», rapporte le service de communique du front populaire ivoirien, tendance Laurent Gbagbo, ce mardi. Officiellement les motifs de cette convocation adressée à Assoa Adou n’ont pas été dévoilés. Mais son parti reste convaincu qu’elle serait liée à des récentes déclarations du proche de Laurent Gbagbo sur la gratuité des cartes nationales d’identité en Côte d’Ivoire.

> Lire aussi  Fonds du coronavirus : Jean Bonin dénonce la mauvaise gestion

Assoa Adou poursuivi pour trouble à l’ordre public?

«Il semblerait qu’il soit reproché au Secrétaire Général du FPI d’avoir, par ses déclarations, incité les populations à des manifestations de rue dans plusieurs villes de l’intérieur du pays en vue de casses et saccages des centres d’enrôlement et de matériels d’enrôlement pour les cartes nationales d’identité (CNI).  Il est bon de rappeler que lors de la conférence de presse qu’il a animée le 11 mars 2020 au siège de son parti, le Secrétaire Général du FPI avait lancé : ‘‘le Front Populaire Ivoirien demande instamment à tous les ivoiriens d’envahir tous les centres d’enrôlement afin d’obtenir leur carte nationale d’identité pendant que nous nous battons ensemble pour obtenir sa gratuité’’… Aucun mot d’ordre appelant à de quelconques violences ou à des saccages des centres d’enrôlement et de matériels d’enrôlement, n’a été à ce jour lancé par le Secrétaire Général du FPI.», rapporte le SERCOM du parti.

Vous pouvez aussi aimer