Electricité : Doumbia major dénonce la monopolisation du marché

Electricité en Côte d’Ivoire – A ce jour, la compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), reste la seule structure chargée de la distribution de l’énergie sur le territoire ivoirien. Pourtant, il y’a quelques années, de cela, le président Ouattara Alassane annonçait la fin de la monopolisation de ce marché qui représente des milliards par la Cie. Si un décret a été pris pour faciliter la libéralisation du marché de l’énergie, sur le terrain ne fait face à aucune concurrence à ce jour, quatre ans après l’annonce de cette promesse par le chef de l’Etat.

Pour Doumbia Major, il est d’une impérieuse nécessité de mettre fin au monopole du marché de l’électricité en Côte d’Ivoire. Depuis des décennies, la CIE est la seule structure chargée de la distribution de l’électricité en Côte d’Ivoire. A l’occasion de la fête du travail en 2016, le président ivoirien annonçait aux syndicats de travailleurs la libéralisation du marché de l’énergie. Un décret avait été adopté la même année par le gouvernement. Mais quatre ans après cette annonce en grande pompe, aucun concurrent sur le marché de l’électricité en Côte d’Ivoire. Doumbia Major, président du congrès panafricain pour le renouveau, a appelé à mettre fin au monopole du marché par la CIE, la compagnie ivoirienne d’électricité.

«Nous devons mettre un terme au monopole de la SODECI et de la CIE. J’invite tous ceux qui souhaitent investir dans ces deux secteurs à le faire de sorte que s’instaure une saine concurrence qui permettra de contrôler et réduire les prix de l’électricité», indiquait le président de la République, lors de son traditionnel discours de premier mai. Cet appel à la libéralisation du marché de l’électricité en Côte d’Ivoire, lancé en 2016, ne s’est pas encore matérialisé sur le terrain. L’année dernière, le premier ministre ivoirien évoquait la question en affirmant que les discussions en cours avancent bon train : «Les négociations dans le cadre de la convention avec la compagnie ivoirienne d’électricité sont en cours, et dans le cadre de ses négociations, la problématique de la libéralisation est bien inscrite à l’ordre du jour des discussions qui ont cours en ce moment». Ce mercredi , Doumbia Major est monté au créneau pour dénoncer la mainmise de la CIE sur le marché de la distribution de l’électricité en Côte d’Ivoire : «Je ne comprends pas pourquoi on peut laisser l’exclusivité de la distribution de l’électricité à une seule compagnie, qui en plus ne fait rien pour réduire les coupures d’électricité.  Nous sommes dans un pays libéral et le libéralisme devrait commencer par casser le monopole de la distribution de l’eau et de l’électricité et lutter contre les ententes illicites des compagnies de téléphonie qui ne font rien pour réduire la fracture numérique en baissant le prix de la connexion internet.», a lancé le président du CPR ce 22 avril.

> Lire aussi  Des anciens du Barça apportent leur soutien à Luis Suarez

La concurrence sur le marché de la téléphonie mobile

«En France la connexion est illimitée pour un montant donné ici orange se sucre sur les ivoiriens en vendant des pass de connexion. Il faut ouvrir tous ces secteurs à la concurrence d’autres compagnies, comme le Sénégal l’a fait pour réduire le coût de la communication par Internet. Empêcher les gens de communiquer et d’échanger des biens et services à des coûts réduits grâce à INTERNET est l’une des causes de notre retard de développement. Orange et les autres compagnies se sucrent , mais le pays reste en retard de développement.  Si aujourd’hui tous les ménages avaient internet en illimité dans notre pays, le COVID 19 et le confinement n’aurait pas pu empêcher la continuité de l’école car les enseignements auraient pu se poursuivre par Internet. Dans un pays , Il ne faut jamais laisser la production et la distribution de l’énergie entre les mains d’entreprises étrangères , il en est de même pour le secteur de la communication, ce sont des secteurs stratégiques.», a conclu Doumbia Major.

Vous pouvez aussi aimer