Transfert d’argent aux ménages vulnérables : une erreur fatale selon Doumbia Major

Riposte sociale Covid-19 – Pour venir en aide aux foyers vulnérables impactés par cette crise sanitaire, une vaste opération de distribution de dons a été initiée sur l’ensemble du territoire ivoirien. Alors que cette opération suit toujours son cours, le gouvernement ivoirien a soulagé environ 300 000 ménages du paiement des factures d’électricité, en leur offrant gratuitement du crédit d’énergie à hauteur de 16000 francs Cfa. Depuis le jeudi 23 avril, des transferts d’argents sont effectués sur les comptes mobiles des foyers les plus vulnérables.

Le transfert d’argent aux ménages vulnérables en Côte d’Ivoire s’inscrit dans la continuité des mesure sociales annoncées par le gouvernement dans son plan de riposte contre le Covid-19. Pour renforcer leur résilience dans cette période de crise sanitaire, le gouvernement a décidé d’offrir la somme de 25 000 francs Cfa à plus de 177 000 ménages en Côte d’Ivoire. Les bénéficiaires entreront en possession de cette somme grâce à des transferts mobiles moyen effectués sur leurs comptes. Si les ivoiriens ont été nombreux à saluer cette nouvelle mesure, ils sont en revanche nombreux à s’interroger sur le processus de sélection des 177 000 foyers concernés par cette opération. Président du congrès panafricain pour le renouveau, Doumbia Major a livré ses impressions sur cette opération de transfert d’argent aux foyers les plus impactés par la crise sanitaire du Covid-19 en Côte d’Ivoire. Pour le patron du CPR, le gouvernement commettrait une erreur fatale en procédant par des envois sur les comptes mobiles money, et cela pour plusieurs raisons.

«Sur instruction du Président de la République SEM Alassane Ouattara et du Premier Ministre Amadou GON Coulibaly, nous avons procédé ce jour, au lancement officiel des transferts monétaires aux ménages vulnérables.  177 198 ménages vulnérables recevront 75 000 FCFA par trimestre soit 25 000 FCFA par mois, afin de renforcer leur résilience face au Covid-19», rapportait la ministre de la solidarité Mariatou Koné sur la toile. Cette opération a été officiellement lancée le jeudi 23 avril sur toute l’étendue du territoire national. Doumbia Major n’a pas mis du temps à réagir à cette nouvelle mesure sociale mise en place par le gouvernement pour venir en aide aux personnes vulnérables dans cette crise sanitaire. Pour l’enseignant universitaire ivoirien, le gouvernement commettrait une terrible erreur en procédant par des transferts électroniques pour remettre cette assistances aux bénéficiaires : «Ce sera une erreur politiquement fatale pour le gouvernement que d’envoyer de l’argent sur des comptes orange money de citoyens, sous prétexte que c’est une assistance à des citoyens pauvres ou économiquement vulnérables.. Un citoyen réellement vulnérable possède rarement un téléphone, à plus forte raison un compte Orange money qui nécessite d’avoir une pièce d’identité pour l’ouvrir.  Comment reconnaître que deux numéros de téléphones différents appartiennent à un ménage, quand des gens vivent en concubinage ou en polygamie ?  Il y a de nombreuses personnes qui ont des comptes orange money qu’ils n’utilisent plus, mais pourtant qui restent ouverts. Envoyer de l’argent sur ces comptes consisterait à renflouer indirectement les comptes de la société de téléphonie qui aura à sa disposition un stock monétaire qu’il pourra utiliser à sa guise.  Bref je suppose que ce que j’entends ici et là n’est pour l’instant que rumeurs, et que le gouvernement, ne fera pas cette erreur fatale.», a indiqué le président du CPR.

Des mesures sociales déjà visibles

«Des crédits consommation d’électricité de 16.000 FCFA ont été transférés sur les comptes orange money de plus de 300.000 Ivoiriens pour une action qui apportera la gratuité de l’électricité pendant trois à environ 6 millions d’Ivoiriens. La même opération de gratuité de la consommation pendant un trimestre a été conduite au niveau de l’eau. Le gouvernement ivoirien a débloqué 20 milliards de CFA pour couvrir ces deux mesures sociales. En Côte d’Ivoire, on passe donc de la parole aux actes. Vivement que les autres pays africains concrétisent les nombreuses promesses qui ont été faite.», rapporte Said Penda.

Vous pouvez aussi aimer