Présidentielle 2020 : l’opposition ivoirienne rejette le calendrier électoral

Calendrier électoral ivoirien – A quelques mois de la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire, l’opposition et le gouvernement ont du mal à aplanir leurs divergences. Après avoir dénoncé la révision du code électoral ivoirien, l’opposition ivoirienne s’est réunie pour statuer sur le calendrier électoral proposé par la CEI, la commission électorale indépendante. Pour la révision de la liste électorale, un délai de 14 jours a été accordé aux ivoiriens en âge de voter, un délai jugé court par les opposants. Tout en dénonçant le calendrier proposé par la commission électorale indépendante, les opposants ont appelé leurs partisans à se mobiliser pour la réussite de cette étape.

A l’approche de la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire, l’opposition continue toujours de tirer la sonnette d’alarme. Malgré la révision de la commission électorale et du code électoral, les opposants au régime Ouattara en Côte d’Ivoire affichent leur inquiétude sur le bon déroulement du prochain scrutin présidentiel, une élection qui suscite déjà quelques tensions. Le calendrier électoral met une nouvelle fois en branle les divisions entre le gouvernement et l’opposition ivoirienne. Selon la commission électorale indépendante, un délai de deux semaines sera accordé aux ivoiriens pour se faire inscrire sur les différentes listes électorales. Pour conduire cette étape, ce sont 11 000 centres d’enrôlement qui seront déployés sur l’ensemble du territoire national. Mais le délai de deux semaines pose problème selon l’opposition ivoirienne. Dans un communiqué conjoint, les opposants ivoiriens ont invité la commission électorale indépendante à accorder un délai d’un mois aux ivoiriens pour se faire inscrire sur les listes électorales.

«Au titre du Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation ; Le Conseil a adopté deux (02) décrets : Le premier décret fixe la période et les modalités de révision de la liste électorale. Conformément à la législation électorale nationale et sur proposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI), ce décret fixe la révision de la liste électorale sur la période du 10 au 24 juin 2020. A cet effet, environ 11 000 centres d’enrôlement seront ouverts pour permettre aux requérants d’être le plus proche possible de leur lieu d’inscription sur la liste électorale. Aussi, compte tenu de la pandémie de la COVID-19, la CEI offre la possibilité aux électeurs qui souhaitent changer de lieu de vote de le faire en ligne. Le mode opératoire de cette innovation sera précisé par la CEI.», lisons-nous dans le communiqué du conseil des ministres. Le délai de 14 jours est donc confirmé pour la révision de la liste électorale en Côte d’Ivoire. Pourtant, l’opposition ivoirien avait jugé court ce délai accordé aux ivoiriens pour se faire inscrire sur les listes électorales. Réunis il y’a quelques jours, les opposants ivoiriens ont dénoncé le calendrier électoral dévoilé par la commission électorale indépendante : «C’est avec surprise que les Partis politiques de l’opposition ivoirienne ont pris connaissance à travers la presse, du calendrier de l’opération de révision de la liste électorale publié par la Commission chargée des Élections en Côte d’Ivoire.  La programmation ainsi annoncée ne reflète en rien les conclusions des discussions qui se sont déroulées le 06 mai 2020 lors de l’atelier d’information et d’échanges sur le processus électoral organisé par le programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Les partis politiques de l’opposition notamment, le PDCI-RDA, EDS, l’USD, l’URD, le RPP, l’UPCI, le RPCI, CAP-UDD, et LIDER ont relevé qu’ils récusaient l’organe électoral actuel parce qu’il est inféodé au pouvoir, non consensuel et donc incapable de garantir des élections transparentes et crédibles».

Nouvel appel lancé au gouvernement

«Par ailleurs, les Partis politiques de l’opposition rappellent que l’opération des audiences foraines lancées par le Gouvernement afin de faciliter l’inscription des nouveaux majeurs sur la liste électorale s’achève le 1er août 2020…les Partis politiques de l’opposition ivoirienne, signataires de la présente déclaration rejettent le calendrier annoncé par le Président de la CEI qui n’est pas consensuel, dénoncent et condamnent une fois encore, les attitudes cavalières et méprisantes adoptées par le Gouvernement et ses démembrements», rapportent les partis d’opposition.

Vous pouvez aussi aimer