Convention du PDCI : Adjoumani accusé Bédié d’exclusion

Investiture du candidat PDCI – Le parti démocratique de Côte d’Ivoire tiendra un bureau politique cette semaine à l’issue duquel la date de la convention du parti. Mais d’ores et déjà, les conditions d’éligibilité de cette convention suscitent une vive polémique. De nombreuses personnalités politiques de l’opposition soupçonnent Henri Konan Bédié de vouloir exclure de la course à l’investiture de son parti certains rivaux, dans le but de se positionner comme le candidat naturel du Pdci à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire.

La prochaine convention du PDCI RDA désignera le candidat à la prochaine élection présidentielle. Le parti démocratique de Côte d’Ivoire a dévoilé les critères d’éligibilité à la prochaine convention, pour tout candidat souhaitant bénéficier de l’investiture de son parti à la prochaine élection présidentielle qui aura lieu en Côte d’Ivoire. A la lumière des critères énumérés, très peu de candidats auront l’occasion de se présenter pour exiger l’investiture de la plus ancienne des formations politiques ivoirienne. Parmi les critères requis, le candidat doit être membre du bureau politique pendant les dix dernières années, un critère qui écarte d’office certains potentiels candidats comme Tidjane Thiam, banquier ivoirien qui signe timidement son retour sur la scène politique, ou encore l’homme d’affaires ivoirien Jean-Louis Billon. Porte-parole du RHDP parti unifié, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani n’a pas manqué de réagir aux critères d’éligibilité fixés pour la convention de son ancien parti. Pour l’actuel ministre de l’agriculture, Henri Konan Bédié envisage d’exclure certains rivaux au sein de son parti en vue d’être naturellement désigné comme le candidat Pdci à la prochaine élection présidentielle ivoirienne.

«L’on pourrait, sans exagération, parler de véritable séisme de magnitude 10 sur l’échelle de l’étonnement et de l’indignation politique. Tant l’émoi suscité auprès de l’opinion par cette information qui a fuité et qui continue de circuler abondamment sur les réseaux sociaux depuis le week-end écoulé est grand.  En effet, dans la perspective de la future convention qui doit désigner le candidat du PDCI à la présidentielle d’octobre 2020, le Président Bédié, candidat déclaré a fait élaborer des critères d’éligibilité plus contraignants que ceux édictés par la Constitution elle-même. Des critères qui s’apparentent à des critères-barrières, pour confiner et faire barrage à des adversaires potentiels.  Ainsi, comme par l’effet d’une baguette magique, les conditions d’éligibilité édictées par le maître d’œuvre M. Guikahué écartent systématiquement de la course à l’investiture des candidats comme Jean Louis Billon, Thierry Tano, Tidjane Thiam, KKB, KKP et d’autres soupirants à l’investiture du parti.  L’exigence des «dix années de présence continue au Bureau politique » par exemple est une clause qui élimine de facto la plupart des candidats déclarés. Ainsi, avant même d’ouvrir les portes de la Convention, le PDCI a déjà choisi son candidat à la présidentielle.», a déclaré le ministre de l’agriculture Kobenan Kouassi Adjoumani, par ailleurs porte-parole du parti unifié RHDP. Pour le ministre de l’agriculture, «Par conséquent, ceux qui croyaient que le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire était encore le creuset de la démocratie devraient vraiment se raviser. J’en viens encore à me demander aujourd’hui qu’aurait fait M. Bédié s’il se trouvait à la place du Président Alassane Ouattara dans la mise en œuvre des réformes du code électoral et de la Constitution avant l’élection présidentielle d’octobre.

Le RHDP, un parti responsable

«Je voudrais faire observer que contrairement à ce qui a cours au PDCI, le candidat du RHDP a fait l’objet d’un large consensus au cours d’une grande rencontre de concertation, à l’occasion de laquelle les personnalités et cadres du parti se sont exprimées librement et publiquement en faveur du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly.  Au regard de cette adhésion massive, le Président du parti n’a fait qu’entériner le choix et la volonté des militants.  Le PDCI et sa coalition avaient fait sonner leur trompette aux quatre coins du pays pour dénoncer une prétendue « candidature imposée ». On avait dès lors pensé qu’ils feraient mieux. Hélas, mille fois hélas», a révélé le porte-parole du parti unifié RHDP.

Vous pouvez aussi aimer