Attaque de Kafolo : le chef du commando qui a mené l’action arrêté

Attaque terroriste – Il y’a une dizaine de jours, des individus armés non identifiés attaquaient une position des forces armées ivoiriennes dans la localité de Kafolo. L’attaque a coûté la vie à une dizaine de soldats ivoiriens et fait de nombreux blessés. A l’occasion d’une cérémonie d’hommage aux courageux soldats tombés sur le front il y’a une dizaine de jours, le ministre de la défense a annoncé l’interpellation du chef commando qui a mené l’attaque terroriste en question. Son identité n’a pas pour l’instant pas été rendue publique par les autorités ivoiriennes.

Qui se cache derrière l’attaque de Kafolo dans le nord ivoirien ? Si toutes les pistes sont actuellement envisagées, certains émettent des doutes sur la théorie selon laquelle les djihadistes seraient à l’origine de cette attaque qui a fait une dizaine de morts dans les rangs des forces armées de Côte d’Ivoire. Par ailleurs aucun groupe djihadiste n’a encore revendiqué la paternité de cette attaque meurtrière dans le nord du pays. Si elle est qualifiée d’acte terroriste par le Procureur et aussi le ministre de la défense, les coupables pourraient être bien ailleurs. A l’occasion d’une cérémonie d’hommage aux soldats tombés il y’a une dizaine de jours, Hamed Bakayoko a annoncé l’interpellation du chef commando qui a orchestré la sanglante attaque de Kafolo ? S’agit-il d’un soldat ivoirien ? Aucune réponse pour l’instant, mais l’étau semble se resserrer autour des vrais auteurs de l’attentat, après cette interpellation de taille faite par les forces armées de Côte d’Ivoire.

«Beaucoup de ces personnes qui ont commis cet acte terroriste sont sous les verrous. On a retrouvé des images dans leurs portables qui montrent qu’ils ont filmés l’attaque (…) Je suis très fier de la capacité de réaction et d’investigation des forces ivoiriennes. Quand quelqu’un touche la Côte d’Ivoire, on réagit. Les actes terroristes n’ont pas milles raisons. Ils veulent nous désorganiser, nous diviser. Sinon quel est le but de venir tuer et repartir ? Comment quelqu’un peut avoir comme objectif de vie, je viens tuer des gens, je ne revendique rien et je m’en vais ?  (…) Il y’a des gens qui se permettent (alors qu’ils disent qu’ils aiment leur pays) de donner quelques informations à des terroristes sur les positions et le mouvement des hommes. Tout cela est retracé (…) Il n’y a pas pire dans la vie d’un homme que parce que vous avez tel ou tel problème, vous devenez l’ennemi de votre pays et après vous faites la manipulation . Je peux vous dire que le chef du commando qui a mené l’action a été pris hier», a révélé ce lundi Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien chargé de la défense. Poursuivant, le premier ministre intérimaire a adressé une sévère mise en garde à ceux qui nourriraient des projets de déstabilisation du pays : «Il faut qu’on reste solidaire. Notre Pays continue sa marche, n’en déplaise à ceux qui cherchent des problèmes où il n’y en a pas. Chacun de vous est témoin des avancements du Pays. Le Pays qui est là aujourd’hui, n’est pas le même pays qu’il y a 10 ans à tout point de vue. Celui qui nous cherche , il nous trouvera», a poursuivi le ministre ivoirien chargé de la défense.

> Lire aussi  Rejet de candidature : KKB dénonce un attentat contre la démocratie

Des pro-Soro impliqués ?

«Guillaume Soro n’a pas renoncé à son projet de déstabilisation de la Côte d’Ivoire. Alors que l’instruction sur le volet déstabilisation des institutions de l’affaire soro se poursuit, l’ex-rebelle n’a visiblement pas abandonné son projet de renversement du régime. L’homme sur cette photo, c’est le commandant fofana abdoulaye (en minuscule…), déserteur de l’armée ivoirienne, actuellement aide de camp de l’ex-président de l’Assemblée Nationale ivoirienne. Il a enregistré en vidéo un texte que son patron a écrit pour lui. L’objectif de cette déstabilisation est double. Il s’agit, pour l’opinion, de créer l’illusion d’un profond malaise au sein de l’armée avec des risques de troubles graves.», a confié le journaliste Saïd Penda.

Vous pouvez aussi aimer