Attaque de Kafolo : Guillaume Soro dénonce les accusations contre Sidibé Saïdou

Attaque en Côte d’Ivoire – Il y’a trois semaines des positions de l’armée ivoirienne étaient prises pour cible par des terroristes dans la localité de Kafolo, dans le nord du pays. Une dizaine de soldats ivoiriens sont tombés pendant cette attaque terroriste dont le présumé cerveau a été interpellé. En attendant savoir davantage sur cette affaire, l’un des partisans de Guillaume Soro a été cité par un cyberactiviste comme l’un des instigateurs de cette attaque contre l’armée ivoirienne. Ce lundi, le président du GPS a dénoncé les accusations contre son partisan qui réside aux Etats-Unis.

L’attaque de Kafolo s’invite toujours à la une de l’actualité ivoirienne du moment. La riposte de l’armée ivoirienne prise pour cible dans la localité du nord n’aura pas tardé. A l’issue d’une vaste opération militaire, le principal cerveau de l’attaque qui a fait une dizaine de morts dans les rangs des forces armées ivoiriennes, a été interpellé. L’identité du terroriste a été rendue publique il y’a quelques jours. Mais l’enquête est loin d’être terminée puisque du côté ivoirien, l’on s’interesserait désormais aux personnes qui ont fourni des informations aux terroristes sur les positions de l’armée ivoirienne dans le nord. Pour l’heure, aucune information officielle n’a été livrée sur ces personnes de l’ombre qui auraient tenté de déstabiliser le pays il y’a environ trois semaines. Mais selon un cyberactiviste, l’un des partisans de Guillaume Soro qui se trouve aux USA, pourrait être impliqué dans cette attaque. Depuis Paris, le président du GPS n’a pas tardé à réagir aux accusations sur les réseaux sociaux contre son partisan vivant au pays de l’Oncle Sam.

«Générations et Peuples Solidaires (GPS) constate, avec indignation, que sur les réseaux sociaux, des individus clairement identifiés portent des accusations d’une extrême gravité contre l’un de ses militants. En effet, des activistes dont certains appartiennent aux structures formelles du parti au pouvoir accusent Monsieur Sidibé SAÏDOU, membre officiel de la délégation GPS-USA d’être impliqué dans l’attaque terroriste dirigée contre la position avancée de Kafolo dans la nuit du 10 au 11 juin 2020, et qui a causé la mort de plusieurs militaires et gendarmes ivoiriens.  Ces accusations calomnieuses préjudicient gravement à l’honneur, à la réputation et à la dignité de Monsieur Sidibé SAÏDOU. Elles mettent également en danger sa vie et celle de sa famille.  Sur instruction de son Président, Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, Générations et Peuples Solidaires annonce sa décision d’engager une procédure judiciaire en Côte d’Ivoire et aux Etats-Unis d’Amérique où réside Monsieur Sidibé SAÏDOU, aux fins d’obtenir réparation. Un collège d’avocats a été constitué à cette fin.», a révélé ce lundi Guilllaume Soro, le président du GPS. Outre le chef du commando qui a été interpellé, le ministère ivoirien de la défense n’a pas encore livré des détails sur les présumés complices des terroristes. Dans son communiqué de presse, le président du GPS a réaffirmé sa volonté d’être candidat à la prochaine élection présidentielle ivoirienne : «Générations et Peuples Solidaires réaffirme son attachement aux valeurs de la République et de la Démocratie, ainsi que son engagement irréversible dans le processus de conquête démocratique du pouvoir d’Etat. Il réaffirme que Monsieur Guillaume Kigbafori SORO demeure candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire et réitère son appel à la mobilisation de toutes ses bases dans l’atteinte de cet objectif.», poursuit l’ex-PAN.

> Lire aussi  Rejet de candidature : KKB dénonce un attentat contre la démocratie

Le chef du commando aux arrêts

«Ils veulent nous désorganiser, nous diviser. Sinon quel est le but de venir tuer et repartir ? Comment quelqu’un peut avoir comme objectif de vie, je viens tuer des gens, je ne revendique rien et je m’en vais ?  (…) Il y’a des gens qui se permettent (alors qu’ils disent qu’ils aiment leur pays) de donner quelques informations à des terroristes sur les positions et le mouvement des hommes. Tout cela est retracé. Je peux vous dire que le chef du commando qui a mené l’action a été pris hier», révélait Hamed Bakayoko.

Vous pouvez aussi aimer