Héritage de Yodé et Siro : Doumbia Major souhaite un procès contre les chanteurs

Nouvel Album Héritage – La nouvelle sortie des deux chanteurs ivoiriens Yodé et Siro fait depuis plusieurs jours, le buzz sur les réseaux sociaux. Les critiques acerbes du régime actuel dans le nouvel opus des deux zouglouman a suscité diverses réactions en Côte d’Ivoire. Pour le président du CPR, les deux chanteurs ivoiriens sont sortis du cadre de l’engagement artistique pour endosser un rôle beaucoup plus politique.

L’album Héritage de Yodé et Siro n’est pas passé inaperçu à sa sortie en Côte d’Ivoire. Les ivoiriens se sont arrachés le nouvel opus des deux chanteurs comme de petits morceaux de pains. Le succès fulgurant de cet album à sa sortie n’est pas le fruit du hasard. Les deux chanteurs ivoiriens, connus pour leur engagement à travers leurs chansons ont passé au peigne fin la gouvernance actuelle du pays sous le RHDP parti unifié. Les critiques directes du régime actuel expliquent en grande partie, le succès que connaît cette nouvelle sortie du duo Yodé et Siro. Mais selon Doumbia Major, les deux chanteurs ont plutôt versé dans un rôle purement politique avec ce nouvel opus. Pour le président du congrès panafricain pour le renouveau, le gouvernement doit ouvrir un procès en diffamation contre le duo de zouglou pour ces attaques frontales du régime ivoirien.

«Yode et Siro deux garçons mal éduqués qui confondent liberté d’expression, avec la liberté d’injurier.  Des chanteurs font une chanson pour insulter quelqu’un et il y a des gens qui s’en réjouissent, Yode et Siro ont juste montré qu’ils sont mal éduqués. C’est tout.  Leurs amis chantent pour critiquer les tares de la société, eux ils chantent pour insulter, banaliser et ironiser sur la tentative d’assassinat d’un être humain ( Pays Ouattara), par une milice tribale proche de Gbagbo.  De manière préméditée et bien réfléchie, ils dressent la haine contre tout un groupe ethnique et communautaire, en affirmant que tous les emplois publics du pays reviennent aux membres de ce groupe communautaire ou ethnique. Il n’y a pas meilleure façon de créer un consensus tribal haineux qu’on dresse contre un groupe ethnique !  Tu peux t’attaquer au gouvernement sur sa gestion, dénoncer même un clan, s’il le faut, mais tu ne dresses pas la haine tribale contre un pan entier de la population, en citant leurs noms comme étant les seuls bénéficiaires des emplois publics.  Dans ce pays, il y a des bakoyoko, des Coulibaly et des Fofana qui ne parviennent pas à avoir deux repas par jour et qui souffrent autant que des Djédjé ou des koudou ou des Konan. Faire croire que tous les emplois publics du pays sont occupés par les gens d’un groupe ethnique est un mensonge. C’est une propagande qui fait partie de la stratégie des haineux identitaires antidioulas, qui s’en servent pour fédérer, et créer un consensus de haine tribale qu’ils dressent contre les gens de cette communauté.», a déclaré dans un premier temps Doumbia Major, le président du congrès panafricain pour le renouveau. Les partisans de l’ancienne mouvance présidentielle, communément appelés les Gor, ont pour leur part félicité les deux chanteurs pour le nouvel album Héritage. Revenant à la charge, le président du congrès panafricain pour le renouveau a souhaité l’ouverture d’un procès contre les deux artistes ivoiriens.

> Lire aussi  Guillaume Soro dénonce son retrait de la liste électorale

Yodé et Siro poursuivis pour diffamation ?

«Dire que dans ce pays, tous les emplois sont occupés par les Bakayoko et les Coulibaly, est une affirmation mensongère et propagandistes, dont l’objectif clair est une incitation à la haine tribale contre le régime qui est au pouvoir, mais indirectement contre un groupe communautaire donné dont les membres sont supposés être les bénéficiaires exclusifs des emplois publics…Je pense que le gouvernement devrait leur faire un procès en diffamation, pour qu’ils partent expliquer publiquement devant la justice de la nation, quelle est le service de l’administration nationale où « du rez de chaussée au dernier étage », les employés sont tous des Bakayoko ou des Coulibaly.», révèle le président du CPR.

Vous pouvez aussi aimer