Présidentielle 2020 : Bictogo n’exclut pas un retour de Ouattara Alassane

Election en Côte d’Ivoire – Le décès d’Amadou Gon Coulibaly est une immense perte pour toute la Côte d’Ivoire, mais aussi pour sa formation politique le RHDP. Avant son décès il avait été désigné candidat du parti unifié à la présidentielle d’octobre 2020. Avec sa disparition, les cartes sont désormais redistribuées au RHDP qui doit désigner son nouveau candidat à la présidentielle ivoirienne qui se tiendra dans quelques mois. Le directeur exécutif du parti unifié s’est récemment exprimé sur les différentes possibilités et hypothèses à l’étude après le décès de Gon Coulibaly.

La disparition du premier ministre Amadou Gon Coulibaly met le RHDP sous pression à quelques mois de la tenue du premier tour de la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire. Au mois de mars, Ouattara Alassane annonçait son retrait de la course à la présidentielle d’octobre prochain. Son premier ministre qui lui voue une fidélité depuis 30 années a été désigné comme candidat du RHDP à cette élection. Avec son décès survenu le 8 juillet dernier, le parti unifié doit désormais se trouver un autre candidat pour le prochain scrutin présidentiel. A la question de savoir qui sera le nouveau candidat investi par le RHDP, le directeur exécutif du parti met sous la table toutes les options possibles. Pour Adama Bictogo, un retour de Ouattara Alassane, qui avait pourtant renoncé à un troisième mandat, figure parmi les différentes hypothèses envisagées par le RHDP désormais.

La disparition du premier ministre Amadou Gon Coulibaly contraint le RHDP à modifier ses plans pour la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire. Après le décès du candidat désigné, le parti unifié doit désormais se trouver un autre candidat pour les échéances électorales prévues dans quelques mois. Si pour l’heure l’organisation des obsèques du premier ministre reste la priorité du gouvernement, le directeur exécutif du parti a déjà livré quelques indices sur le choix du futur candidat du RHDP : «La situation est une cause de décès. Comme dans tous les événements, c’est un cas de force majeure et là, c’est clair que nous devons revisiter l’analyse qu’il avait faite à l’époque et en tant que parti, nous lui ferons part de la position du parti. Le parti se fera fort de faire son analyse et si l’option c’est que ce soit lui ou que ce soit un autre, le parti se fera fort de le lui traduire…tout est possible y compris la candidature de Ouattara…Il y a eu un événement majeur. Le parti va se réunir et va analyser car le contexte, il est nouveau, mais l’enjeu demeure le même. Jusqu’au 1er septembre prochain, il y a beaucoup de temps pour déposer une candidature. Quel est le le candidat qui sied au contexte nouveau qui s’impose à nous? C’est ce que nous allons analyser», a déclaré le directeur exécutif Adama Bictogo. L’homme d’affaires ivoirien n’exclut donc pas un retour de Ouattara Alassane dans l’arène politique dans quelques mois, alors que le président ivoirien avait officiellement renoncé à se présenter pour un troisième mandat.

> Lire aussi  Candidature de Ouattara : l’opposition ivoirienne se déchaine

Gagner la présidentielle pour Gon Coulibaly

«Ce sont des moments difficiles que nous passons tous actuellement. La Côte d’Ivoire vient de perdre un digne fils, un combattant infatigable tombé au front, les armes à la main. Nous sommes tristes.  Pour les Ivoiriens ce sont des moments de profondes tristesses. PERSONNELLEMENT ce sont 30 ans de ma vie politique qui viennent de s’en aller avec lui. 30 années d’amitié et de fraternité.  Je voudrais en tant que Directeur Exécutif du Rhdp demander aux militants de rester dignes et combatifs dans la douleur pour le Premier Ministre. Pour lui, nous devons rester debout.  Je voudrais présenter mes condoléances au Président de la République qui vit des moments, très douleureux. Mes sincères condoléances à la famille Gon, à sa mère.  En tant que Directeur Exécutif du Rhdp, j’ai le devoir de faire triompher sa vision. Gagner cette élection présidentielle pour lui, reste un devoir.», expliquait Adama Bictogo.

Vous pouvez aussi aimer