Candidature de Laurent Gbagbo : les confidences d’un militant FPI

Présidentielle 2020 – Acquitté il y’a plus d’un an par les juges de la première instance de la CPI, Laurent Gbagbo n’a toujours pas encore regagné son pays, même si certaines restrictions imposées à sa liberté ont été levées. Pour l’ancienne mouvance présidentielle, une candidature de l’ex-dirigeant ivoirien est encore possible, alors que nous sommes à environ trois mois de la tenue du premier tour de la prochaine élection présidentielle. Pour l’heure, aucun communiqué de Laurent Gbagbo sur son éventuelle candidature à la prochaine élection en Côte d’Ivoire, mais son entourage croit dur comme fer à son retour sur la scène politique en 2020.

Une candidature de Laurent Gbagbo est-elle encore possible à trois mois du premier tour de la présidentielle d’octobre 2020 ? Son entourage reste persuadé d’un retour de l’ancien président sur la scène politique ivoirienne à la faveur de la prochaine présidentielle ivoirienne. Acquitté par les juges de la première instance il y’a plus d’un an, Laurent Gbagbo n’en a pas encore fini avec la CPI, puisque la Procureure de la Cour a fait appel de la décision d’acquittement prononcé par les deux des trois juges qui composent la chambre de première instance. Proche de Pascal Affi N’Guessan, Jean Bonin est tout naturellement en conflit avec les Gor, partisans de l’aile radicale du front populaire ivoirien. Cette branche qui croit encore au retour de l’ex-président pour la présidentielle a récemment signé un accord cadre avec le PDCI RDA dirigé par Henri Konan Bédié. Sur les réseaux sociaux, Jean Bonin a partagé les confidences d’un partisan de Laurent Gbagbo qui dénonce l’entêtement des Gors sur un éventuel retour de l’ex-dirigeant français.

«GBAGBO candidat alors qu’il est en prison ?  Si le conseil constitutionel par miracle valide la candidature de GBAGBO là c’est en Belgique il va rester pour battre campagne ? Même si GBAGBO ne bat pas campagne et qu’il remporte les élections par miracle c’est a Bruxelles il va rester pour prêter serment ? Pour présider les conseils de ministre ? Ou bien il va diriger le pays par visioconférence ? A un moment donné il faut arrêter de prendre les militants FPI pour des CONS.  C’est quelle façon de faire la politique ça. Comment un parti politique peut il s’obstiner pour désigner un prisonnier comme candidat ?  Oui le président GBAGBO bien que acquitté est toujours prisonnier des colons de la CPI. Il ne peut se rendre nulle part même en Côte d’Ivoire sans l’accord du pays où il désir aller. Il y’a donc entrave à la liberté de mouvement du président. Pour rappel tout candidat doit jouir de sa liberté totale.  Mais pourquoi s’obstine t’on a vouloir faire d’un prisonnier notre candidat ? Vous faites quoi de la saine appréciation des réalités du moment?  Comment le président GBAGBO peut etre candidat dans une élection qui aura lieu dans 3 mois alors que cela fait plus de 8 ans il n’a pas encore mis un seul pied en Côte d’Ivoire. 8 ans qu’il est en prison.», lisons-nous dans une note rapportée par Jean-Bonin, note dont il ne serait pas l’auteur selon ses propres dires. Ce militant anonyme du front populaire ivoirien a également dénoncé l’alliance tissée par l’aile radicale du parti avec le Pdci Rda d’Henri Konan Bédié.

Non à l’alliance avec le PDCI

«Si la candidature du président GBAGBO est rejetée le FPI va faire comment? On va passer encore 5 ans dans l’opposition ? Vous comptez sur l’alliance avec le PDCI? Souvenez-vous de l’alliance PDCI-RDR.  GBAGBO voit tout ça mais s’il ne dit rien et laisse faire c’est qu’il est d’accord pour être candidat. C’est une trahison et c’est dommage.  Hier s’était le RDR qui désignait un homme que tout le monde savait malade du coeur et très fragile comme candidat. Décédé dans la soif du pouvoir, aujourd’hui le RDR veut violer la constitution en réclamant ADO comme candidat.», explique le militant anonyme du front populaire ivoirien.

Vous pouvez aussi aimer