Présidentielle 2020 : Mabri Toikeusse annonce sa candidature

Candidature de Mabri en 2020 – Après avoir géré plusieurs portefeuilles ministériels dans le gouvernement du RHDP, Albert Mabri Toikeusse a finalement annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. L’annonce  a été faite officiellement lors d’une rencontre entre le président de l’UDPCI et les membres de sa formation politique. L’annonce de cette candidature confirme officiellement le divorce entre Ouattara Alassane et l’ancien ministre de l’enseignement supérieur. Comme il fallait s’y attendre, cette candidature annoncée en grande pompe a suscité de nombreuses réactions sur la toile.

Albert Mabri Toikeusse  vient officiellement d’annoncer sa candidature à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Cette annonce fait suite à celle de l’ancien ministre ivoirien des affaires étrangères, un autre proche de Ouattara Alassane qui avait quitté le gouvernement quelques mois plutôt. Pour l’heure, le RHDP n’a pas encore désigné son nouveau candidat pour cette élection qui aura lieu dans trois mois selon le calendrier électoral mis en place. Les réactions ont été nombreuses suite à l’annonce de la candidature de Mabri qui devrait désormais affronter son ancienne famille politique dans quelques mois, si sa candidature était toutefois acceptée. Pour le président du CPR, Albert Mabri Toikeusse n’a pas les compétences nécessaires pour occuper le poste de président de la République.

Doumbia Major n’a pas mis du temps à réagir à la candidature d’Albert Mabri Toikeusse à la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire. Après avoir pris ses distances avec le RHDP, le président de l’UDPCI a finalement décidé de se lancer dans la course au fauteuil présidentiel, une annonce qui a suscité diverses réactions dans le paysage politique ivoirien. Pour le président du CPR, le candidat désigné par l’UDPCI s’est illustré ces dernières années par son incompétence aux nombreux postes ministériels qu’il aura dirigés : «Toi un gars qui gère un petit parti tribal, qui n’a aucun background professionnel, et auquel les gens donnent des postes juste pour satisfaire des exigences géopolitiques.  Tous les ministères que tu as occupés, soit ça été des détournements, soit tu t’y illuste par ta médiocrité.  Un mec qui, en tant que ministre de l’enseignement supérieur, ne sait même pas se servir d’un ordinateur, et qui a été incapable de faire reprendre les cours en ligne dans les universités, face au COVID 19.  Quelqu’un qui demandait 47 milliards juste pour mettre en œuvre des applications zoom ou team…toi qui a été incapable de gérer efficacement, juste un ministère de la recherche et l’enseignement supérieur, c’est un pays que tu peux gérer ?  Vraiment pays là est en souffrance ! N’importe qui se lève et il dit il veut être Président..,mais mon frère il faut regarder ton parcours, et tes compétences avant de manquer de respect au peuple, en disant que tu veux être notre Président ! Il faut quand-même nous respecter ! La Côte d’Ivoire n’est pas un pays d’aveugles ou les borgnes et médiocres peuvent être rois ! Ce pays là produit quand-même des cerveaux, des gens qui réfléchissent, des citoyens qu’il faut respecter !», révèle le président du congrès panafricain pour le renouveau.

Major recadre Guirao

A la tête du CROU, Blé Guirao, cadre de l’UDPCI, a tout naturellement annoncé son soutien à Albert Mabri Toikeusse pour cette candidature à la présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire. Doumbia Major n’a pas manqué de recadrer Blé Guirao qui selon lui s’est également illustré par son incompétence dans la gestion du CROU : «Quant à l’autre baveux qui le suit comme un clébard, qui a été incapable de gérer le CROU où plus de 60% des chambres des cités sont occupées par des gens qui n’ont pas droit, avec un taux de recouvrement de moins de 16%, lui il va nous dire quoi ? KO secrétaire général ! lui il croit encore qu’il est à la FESCI.  Mon frère quand on quitte une coalition politique, la conséquence immédiate, c’est de quitter les fonctions politiques qu’on a obtenues du fait de cette coalition.», lance le patron du CPR.

Vous pouvez aussi aimer