Côte d’Ivoire : La mission UA-Nations Unies appelle à des élections apaisées

Processus électoral en Côte d’Ivoire – Plus de 7 millions d’ivoiriens seront appelés aux urnes pour se faire élire leur nouveau président de la République. Mais la posture de l’opposition ivoirienne laisse planer le doute sur la tenue du scrutin. Après de nombreuses manifestations contre la candidature du président ivoirien, l’opposition ivoirienne a plaidé dans son ensemble pour un report du scrutin, estimant que toutes les conditions n’étaient pas réunies pour des élections transparentes, un avis que ne partage visiblement pas la Communauté Internationale.

Le communiqué final de la mission conjointe UA-Nations Unies laisse l’opposition ivoirienne sur sa soif. Depuis plusieurs jours, les opposants à Ouattara Alassane multiplient les appels en vue d’un report de l’élection présidentielle prévue pour le samedi 31 octobre prochain, évoquant un manque de transparence. Pour mettre la pression sur le pouvoir en place, l’opposition ivoirienne a décidé de retirer ses représentants des commissions électorales locales. Mais la commission électorale indépendante entend bien maintenir son calendrier électoral pour l’organisation du scrutin présidentiel dans quelques semaines. Avant l’ouverture officielle de la campagne électorale, une mission conjointe CEDEAO-UA et Nations Unies s’est rendue à Abidjan pour des consultations avec l’opposition ivoirienne et le président de la République. Après avoir écouté toutes les parties, la mission conjointe a appelé dans un communiqué, à des élections transparentes et inclusives le 31 octobre prochain.

Les élections du 31 octobre en Côte d’Ivoire auront-elles lieu ? Pour l’opposition ivoirienne, l’élection prévue dans quelques semaines devrait être reportée. Pascal Affi N’Guessan, président du front populaire ivoirien, a même proposé l’idée de mise en place d’une transition politique en Côte d’Ivoire, pour parvenir à un consensus pour des élections apaisées. La mission conjointe des Nations Unies, de la CEDEAO et l’UA, écarte pour l’heure, l’hypothèse d’un report du scrutin. C’est l’information qui ressort de la rencontre entre la mission et les différents protagonistes de la politique ivoirienne : «La Mission conjointe s’est félicitée de l’engagement et de la volonté des  autorités à promouvoir une élection inclusive, transparente, crédible et apaisée en Côte d’Ivoire. Elle s’est également félicitée des progrès réalisés dans la préparation des différents volets techniques pour une élection présidentielle dont les résultats seraient acceptés par tous.  La Mission conjointe a exprimé sa vive préoccupation quant à l’absence de confiance entre les acteurs politiques ivoiriens. Elle a condamné fermement les actes de violences et les discours de haine aux relents communautaires, qui se sont malheureusement invités dans le champ de la compétition politique et qui sont susceptibles d’impacter négativement les progrès réalisés jusqu’à ce jour dans le pays. La Mission conjointe a encouragé la CEI à poursuivre les rencontres avec les différents candidats pour trouver des solutions aux questions en suspens.  La Mission conjointe a invité l’ensemble des parties prenantes à favoriser le dialogue et à s’engager pour l’organisation et la tenue d’une élection, crédible, transparente, inclusive, respectueuse des droits de l’homme et qui tient compte des mesures barrières pour contenir la propagation de la pandémie à la Covid-19.», lisons-nous dans le communiqué final de la mission.

Un camouflet pour l’opposition ivoirienne ?

«Elle les a encouragées à sécuriser le processus électoral tout comme la protection de l’intégrité physique des candidats et de leurs militants avant, pendant et après l’élection du 31 octobre 2020. Elle les a exhortées à adhérer au Code de Bonne Conduite des Partis Politiques, Forces Politiques et Candidats aux Élections, pour favoriser la création d’un environnement propice à la tenue d’une élection démocratique gage de paix, de cohésion nationale et de développement de la République de Côte d’Ivoire. La Mission conjointe a informé les autorités et les acteurs politiques ivoiriens du déploiement d’observateurs électoraux de la CEDEAO et de l’Union Africaine dans le cadre de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 afin de contribuer à sa crédibilité.», rapporte la mission conjointe de la communauté internationale dans son communiqué officiel.

Vous pouvez aussi aimer