Présidentielle ivoirienne : les observateurs saluent la tenue du scrutin

Publicités

Election présidentielle ivoirienne – La victoire proclamée de Ouattara Alassane par la commission électorale indépendante suscite diverses réactions en Côte d’Ivoire. Si les partisans du parti présidentiel saluent la réélection de leur leader, on ne peut en dire autant de l’opposition ivoirienne, excepté Kouadio Konan Bertin, l’unique opposant qui a accepté d’aller aux élections malgré l’appel au boycott lancé par l’ensemble des opposants. De leur côté, les missions d’observation internationales ont confirmé la tenue des élections, en dépit de plusieurs violences qui ont émaillé la journée électorale.

A l’occasion de la présidentielle ivoirienne, plusieurs missions d’observation ont été dépéchées pour s’assurer du bon déroulement du scrutin présidentiel. Les communiqués très attendus de ces organisations internationales alimentent une vive polémique. Si la majorité des missions d’observation ont confirmé la tenue du scrutin, malgré l’appel au boycott lancé par l’opposition, deux organisation américaines ont remis en cause, du moins en partie, la crédibilité du vote qui s’est déroulé samedi sur l’ensemble du territoire national et au niveau de la diaspora ivoirienne. En dépit de l’important dispositif sécuritaire déployé dans le cadre de la sécurisation du scrutin présidentiel, plusieurs bureaux de vote ont été dans l’incapacité d’ouvrir, car pillés et saccagés par des manifestants opposés à la tenue du scrutin présidentiel. Dans son communiqué relatif aux résultats de la présidentiel, la commission électorale a comptabilisé les votes de quelques 17 000 bureaux de vote, sur environ 22 000 prévus à l’occasion du scrutin.

La crédibilité du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire est-elle remise en cause par la communauté internationale ? La majorité des missions d’observation semblent saluer le déroulement du scrutin présidentiel qui s’est tenu samedi dernier : «Une consolidation des différentes déclarations des 12 missions d’observateurs nationaux et internationaux permet de résumer ainsi les différents rapports publiés entre dimanche et lundi :  1-La campagne électorale s’est déroulée de façon démocratique, dans le respect de la réglementation ;  2-Dans les localités et bureaux de vote où l’on a pu voter, les observateurs ont noté la présence des représentants des deux candidats véritablement en lice, tout comme aucune tentative de fraude n’a été observée ; ce qui a amené les observateurs à qualifier la présidentielle « de juste et transparente ».  3-Les violences orchestrées par l’opposition n’ont pas permis à certains Ivoiriens de voter, soit parce qu’ils ont physiquement été empêchés, soit par crainte d’agressions et/ou de représailles, quand certains, découragés par la psychose découlant des menaces proférées par les opposants, ne se sont pas rendus dans les bureaux de vote. 4- Nonobstant les violences qui ont émaillée le scrutin dans quelques localités, les observateurs notent que la majorité des Ivoiriens a pu s’exprimer librement.  5-les observateurs appellent le gouvernement à mener des enquêtes sur les violences dont certaines ont occasionné des pertes en vie humaine et de réserver des suites judiciaires appropriées aux auteurs et à leurs commanditaires.», explique le journaliste Said Penda. Malheureusement, deux organisations américaines venues observer le déroulement du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire, ne sont pas de cet avis.

Deux missions américaines doutent de la crédibilité du scrutin

«Seules fausses notes dans cette unanimité d’appréciations positives tant africaines qu’internationales, deux missions d’observation financées par des lobbies américains : fondation Carter et NDI : Elles ont manqué de crédibilité en servant des réquisitoires anti-troisième mandat et en reprenant certaines récriminations de l’opposition. En somme, tout sauf une observation d’élection basée sur des éléments factuels. On aimerait bien entendre ces deux organisations sur la présidentielle dans leur propre pays où, avant même la proclamation des résultats, les deux candidats revendiquent la victoire. Le catastrophique trump (bien en minuscules…) crie à la fraude et menace de faire arrêter le dépouillement dans les États où cela n’a pas encore eu lieu.», poursuit l’homme de médias dans son analyse. De son côté l’opposition ivoirienne a décidé de la mise en place d’un comité national de transition dirigé par Henri Konan Bédié.

Commentaire

0 Commentaire

Vous pouvez aussi aimer

Publicités