Relations conjugales, FPI, opposition, international : les grandes manœuvres de Laurent Gbagbo

Publicités

Depuis son retour au pays natal, le jeudi 17 juin 2021, Laurent Gbagbo est très actif comme s’il voulait rattraper le temps perdu. Après un détour par son village natal Mama (Ouest), le weekend dernier, l’ex président ivoirien s’est envolé en début de semaine pour la République démocratique du Congo (RDC).

Il y a rencontré son ami et ancien compagnon de la Cour pénale internationale (CPI) Jean-Pierre Bemba, ainsi que le président congolais Félix Tshisekedi. A son retour à Abidjan, prévu le jeudi 8 juillet, il devrait s’entretenir avec Henri Konan Bédié.

Priorité aux deuils et aux affaires conjugales

Laurent Gbagbo hume à nouveau l’air frais de la liberté, depuis son retour au pays, le jeudi 17 juin 2021. Et il en profite pleinement pour observer quelques coutumes et régler des affaires personnelles. Après avoir lancé la procédure de divorce contre Simone Ehivet, il s’est rendu dans son village natal Mama (Ouest), le dimanche 27 juin dernier. Le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) tenait à donner de ses nouvelles à ses parents et à se recueillir sur la tombe de sa mère, Marguerite Gado, décédée en 2014. A l’occasion de cette visite, il a notamment rendu hommage à sa nouvelle compagne, Nady Bamba. Revenu de son village natal, le mercredi 30, Laurent Gbagbo s’est envolé pour la République démocratique du Congo (RDC), deux jours plus tard, afin d’assister au mariage de Jean Emmanuel, fils de Jean-Pierre Bemba.

D’anciens amis de la prison de Scheveningen

L’ancien président ivoirien et l’ex-chef de guerre congolais se sont liés d’amitié lors de leur détention à la Cour pénale internationale (CPI). Les deux hommes étaient poursuivis notamment pour crimes contre l’humanité. Gbagbo l’était précisément pour son rôle lors des violences post-électorales en Côte d’Ivoire (2010-2011) qui ont fait 3000 morts, et Bemba pour les incursions de ses troupes en Centrafrique en 2002-2003. Ils ont été tous les deux condamnés en première instance puis acquittés par la CPI, respectivement en mars 2021 et en juin 2018. Lors de la cérémonie de mariage à Kinshasa, Laurent Gbagbo a échangé quelques mots avec le président congolais Félix Tshisekedi, lui aussi invité.

Un repas offert par le couple présidentiel

Les deux personnalités se sont entretenues plus longuement le dimanche 4 juillet dans l’une des résidences officielles du chef de l’État congolais. Jean-Pierre Bemba et son épouse étaient également conviés à ces échanges privés autour d’un repas offert par le couple présidentiel. Rien n’a filtré de cette rencontre. Les proches de Félix Tshisekedi ont simplement indiqué qu’il s’agit d’un rendez-vous amical.

Tout ce que l’on sait, c’est que Laurent Gbagbo a bénéficié de tous les privilèges dus à son rang, comme à son arrivée à Kinshasa, avec une prise en charge par le protocole d’État congolais. S’il est arrivé à Kinshasa en toute discrétion, l’ancien président ivoirien a fait la Une des journaux en Côte d’Ivoire et mis en ébullition la toile. Des photos le montrant cajolé par sa nouvelle épouse Nady Bamba ont notamment fait le buzz sur les réseaux sociaux et suscité de nombreux commentaires.

Des retrouvailles fraternelles avec Bédié

Laurent Gbagbo devrait retourner en Côte d’Ivoire ce jeudi 8 juillet. Son retour devrait signer son repositionnement véritable sur l’échiquier politique ivoirien. Il devrait rencontrer à Daoukro l’ex-Président Henri Konan Bédié dans la perspective de la réconciliation nationale et surtout dans le cadre de la relance de la coalition de l’opposition. « Cette visite sera l’occasion de retrouvailles fraternelles entre les présidents, suite au retour du président Laurent Gbagbo, libre, sur sa terre natale », indique un communiqué du cabinet de M. Bédié.

Le président du PDCI-RDA est désormais allié de l’ex pensionnaire de la Haye, après avoir été un grand soutien de l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara, au sein du RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix). Lors des élections législatives, en mars dernier, son parti a monté des listes communes avec EDS (Ensemble pour la démocratie et la souveraineté), une version pro Gbagbo du FPI. Ce duo a gagné cinquante circonscriptions.

Une bataille pour la présidence du FPI ?

L’autre branche du FPI, reconnu comme légal par le pouvoir d’Abidjan, est présidé par Affi Nguessan. Celui-ci ne voudrait pas lâcher la présidence du FPI, malgré le retour de son chef Laurent Gbagbo. Selon certains quotidiens, ce dernier prévoit quelque chose d’important dès la semaine prochaine pour tout reprendre en mai. L’ancien président devrait donc s’apprêter à mener un premier combat véritable contre le député de Bongouanou puisque celui-ci a « l’onction » du régime ivoirien. De deux adversaires politiques, il faut bien favoriser le moins dangereux…Mais Laurent Gbagbo aurait-il assez d’énergie pour reprendre le sceau du FPI à Affi Nguessan ? Tout repose dans la main de la justice ivoirienne, qui recevrait ses décisions depuis le Palais présidentiel. Mais Laurent Gbagbo a une arme redoutable : ses nombreux partisans, ceux qu’on appelle les « Gbagbo ou rien », en abrégé GOR. A son retour à Abidjan, le 17 juin, il leur assuré qu’il restait leur « soldat ». Une déclaration qui était peu croyable vu son état de santé à son retour de la Haye. Il paraissait excessivement fatigué, à peine tenait-il sur ses pieds. Certaines sources disaient même qu’il souffrirait d’un début d’Alzheimer ou d’une sénilité. Mais ces récentes activités nous convainquent que le « Woody de Mama » reste un combattant.

Commentaire

0 Commentaire

Vous pouvez aussi aimer

Publicités