in

Serey Dié

Serey Dié est un footballeur international ivoirien qui évolue en ce moment dans le club suisse du FC Bâle en Suisse. Cet ancien jardinier a connu une ascension qu’il n’aurait pas prédite. Arrivé au football un peu par hasard, il réussira à s’imposer dans les différentes formations qui le recruteront.

Son talent lui a alors ouvert les portes de la sélection nationale de Côte d’Ivoire. Avec celle-ci il remporta la Coupe d’Afrique des Nations en 2015 au Gabon et en Guinée Equatoriale. Le milieu décisif est connu pour sa combativité légendaire aussi bien sur le terrain qu’en dehors. Pour la plus part des personnes qui l’ont connu avant que la gloire ne vienne à lui, c’est un homme simple et sympathique. Ce serait aussi et surtout un homme très sensible.
Serey ce n’est pas que le footballeur à la détermination sans pareille sur l’aire de jeu. Son nom rime aussi avec buzz, scandale, love story. L’on se souvient encore de ses fameux pleurs lors du mondial au Brésil en 2014. Aussi, parmi ses histoires les plus remarquables nous retenons celle avec Josey Priscille la chanteuse ivoirienne. Depuis les premières révélations de leur aventure, le quotidien du Bâlois constitue l’actualité croustillante de la presse people. Tantôt dénigré par les uns, tantôt défendu par les autres, le milieu défensif mène sa vie comme bon lui semble. Malgré ses frasques pourtant, le jeune homme réussi à maintenir son couple à flot. Cela aurait été, en grande partie, possible grâce à son épouse qui serait sans façons. Constamment entre Abidjan et Bâle, l’international ivoirien est beaucoup attaché à sa terre natale qu’il ne manque jamais de retrouver à la moindre trêve. Dans le même temps il retrouve aussi les projecteurs de la presse à sensations. Maintenant parcourons ensemble le destin singulier de l’homme parti de rien pour devenir footballeur international.

Sommaire :
Naissance et premiers pas dans le football
Evolution en clubs
Sa carrière en sélection nationale
Polémique autour du joueur
L’histoire avec Josey Priscille

Naissance et premiers pas dans le football

Serey Gonzaroua Dié est un footballeur international ivoirien né le 7 novembre 1984 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Il aurait passé la plus grande partie de son enfance et de sa jeunesse à Abobo, la commune la plus peuplée d’Abidjan. Son histoire avec le football commence en 1998 lorsqu’il se fait recruter par un centre de formation de son quartier. Malheureusement des problèmes financiers obligent le centre à mettre la clé sous le paillasson.

« Je vendais des trucs pour survivre, du pain, des cigarettes au feu rouge. Je faisais cabine téléphonique…Parfois je passais deux jours sans manger. »

Confiera-t-il plus tard. Cette vie de galère il s’en souvient encore aujourd’hui quand les circonstances de la vie le permettent. Lorsque survint des scandales par exemple, les internautes ne manquent pas de lui rappeler ce passé. Selon eux, il devrait s’en souvenir avant de faire des folies dans sa vie actuelle. En 2004, il perd son géniteur et n’a plus que sa mère pour survivre. Le pire c’est que sa mère n’avait pas grands moyens. Elle vivait de sa pension de retraite, ce qui ne suffisait pas pour prendre soin de son fils. Dès lors c’est la porte ouverte à toutes les peines du monde. Le footballeur mènera presqu’une vie de SDF (Sans Domicile Fixe).

« J’habitais même une chambre avec un toit inachevé. Quand il pleuvait il fallait que je rentre avec mes affaires. Quand je m’entrainais je pensais à mon matelas et à mes deux ou trois vêtements que je possédais qui allaient être mouillés en rentrant. ».

Ces propos du footballeur donne un apperçu de sa vie de galère. Pourtant cette vie de galère allait durer quelque temps encore. Il jouera d’abord au Volcan Junior en 2001/2002 puis au CO Korhogo lors de la saison 2002/2003. Malgré une certaine notoriété du club korhogolais, Serey Dié ne gagnera pas son pain quotidien. Les deux clubs sont de modestes formations de Côte d’Ivoire après tout donc il ne pouvait pas y trouver la vie qu’il recherchait. A force de travail et d’abnégation, Serey Dié réussit à rejoindre la Tunisie où il joue à l’As Sétif tout en arrondissant les fins de mois avec le métier parallèle de jardinier. Bien que dans un championnat un peu plus relevé que celui de sa Côte d’Ivoire natale, Serey Dié n’échappe donc pas à la galère. En effet, Il aurait été victime de maltraitance malgré les bons et loyaux services qu’il offrait au club. Les supporters lui auraient tenu des propos racistes pendant des rencontres. Toujours selon le footballeur, les dirigeants payaient à peine son salaire. Les arriérés s’accumulaient sans cesse. Il s’accroche tout de même car, dit-il, il en voulait beaucoup. Malheureusement c’est sur cette expérience amère qu’il quitte la Tunisie à la saison 2007/2008 pour la Suisse. Le milieu défensif se fait remarquer par son talent mais également par son excès d’engagement et sa fougue.

Evolution en clubs

En 2008, une lueur d’espoir apparait au bout du tunnel pour Serey Dié. Il quitte la Tunisie et l’As Sétif pour FC Sion qui joue en première division de Suisse. Avec ce club, il remporte deux coupes de Suisse, une en 2009 et une autre en 2011. Il jouera pour ce club de la saison 2008/2009 à la saison 2012/2013. Fort de sa renommée en championnat de suisse, il rejoint le FC Bâle, l’un des clubs phares de la nation helvétique. Au FC Bâle, il gagne ses premiers grands trophées notamment le championnat national. Il aura remporté avec les Bâlois, le championnat de suisse les trois saisons qu’il a jouées dans ce club (2012/2013 – 2013/2014 – 2014/2015). L’expérience au FC Bâle fait de lui un professionnel accompli. En Suisse il gagne bien sa vie, plus qu’il ne l’aurait espéré. Petit à petit son passé difficile s’éloigne et les promesses d’un avenir radieux apparaissent. Il arrive à présent à se prendre en charge et à se permettre certains plaisirs. Ensuite, il rejoint le voisin allemand pour faire montre de ses talents dans la Bundesliga. Il est sollicité par le VFB Stuttgart où a évolué son compatriote Arthur Boka vers la fin des années 2000. Il y joue deux saisons (2014/2015 et 2015/2016) sans gagner aucun trophée. Le VFB n’était plus que l’ombre de lui-même à cette époque. Le club descendait progressivement vers les profondeurs du classement, au point de surfer avec la relégation. A l’issue de la deuxième saison en Bundesliga, il revient au FC Bâle la saison suivante (2016/2017). Il y joue encore à ce jour. L’Eléphant y retrouve un autre pachyderme, en l’occurrence l’ex attaquant de CSK Moscou, Seydou Doumbia. Cette saison 2017/2018 est plutôt bien partie pour son équipe. Après les 19 premières journées, le club est logé à la 2e place avec 38 points derrière les Young Boys de Berne qui possèdent 40 points. Le 3e, le FC Zurich est à 10 points d’eux, ce qui leur donne une avance confortable. En Ligue des Champions, le FC Bâle jouera les 8e de finale face à Manchester City, l’une des équipes les plus performantes de cette saison. Pour en arriver là, Serey Dié et ses copains ont dû batailler dur pour finir 2e de la poule A derrière l’autre club mancunien, Manchester United. C’est une évolution assez notable pour Serey Dié quel que soit le sort que son club connaitra au soir du 7 mars prochain. Serey Dié peut alors mesurer la distance qu’il a parcourue depuis son centre de formation précaire d’Abidjan au FC Sion en passant par la mésaventure tunisienne. Ce sera une autre victoire dans sa vie que de côtoyer l’élite du football européen. En outre, le bonheur de Serey Dié se construira aussi avec l’équipe nationale de Côte d’Ivoire. Son pays natal lui fait également appel pour défendre ses couleurs dès ses premiers exploits au FC Bâle.

Sa carrière en sélection nationale

A l’instar de sa carrière, très enviable en club Serey Dié a connu un parcours plus qu’honorable en sélection nationale de Côte d’Ivoire. Il commence à être régulièrement appelé en sélection dès sa première saison avec le FC Bâle en Suisse. Les prestations du Bâlois sont très appréciées des Ivoiriens. Il a le sens de l’engagement, une valeur que les supporters ivoiriens ne retrouvaient pas beaucoup dans l’équipe nationale. En 2014, il est de l’aventure brésilienne avec certains cadres comme Didier Drogba, Yaya Touré, Kolo Touré ou encore Copa Barry, Salomon Kalou. L’équipe nationale se fait éliminer alors qu’elle avait toutes les cartes en main. Lors du dernier match contre le favori de la poule, la Colombie, un fait anodin marque a jamais l’esprit des Ivoiriens. Alors que les joueurs sont alignés pour la traditionnelle séance des hymnes nationaux, Serey Dié se met à pleurer à chaudes larmes. D’emblée les Ivoiriens ne comprenaient pas pourquoi leur milieu défensif, si solide d’apparence était en train de fondre en larmes. Toutes les rumeurs, parfois méchamment moqueuses, ont circulé pendant un certain temps. La principale voulait que Serey Dié ait fondu en larmes parce qu’il était dépassé par les événements comme un certain Tizié Jean Jacques au mondial allemand de 2006. Une autre voulait qu’il pleurât en mémoire de son père qui venait de décéder. Et pourtant il avait perdu son père depuis dix ans plus exactement. Finalement le joueur apportera des précisions dans une interview de l’époque. Le Bâlois expliqua que son comportement était lié aux émotions qu’il ressentait en ce moment-là sur la pelouse. Il aurait revu, défilant devant lui comme un film, son parcours parsemé d’embûches. Il avait vu à nouveau sa misère, sa galère, ses déboires. Tous ces souvenirs l’auraient submergé et poussé à fondre en larmes devant les caméras du monde entier. Quoiqu’il en soit, les images firent le tour du monde et principalement de la Côte d’Ivoire où cette histoire est devenue sujet à dérision. Comme les gardiens Gnanhoua Gérard en 2005, Tizié Jean Jacques en 2006, Serey Dié a eu droit à son lot de chansons et de blagues moqueuses. L’une des plus célèbres fut celle de l’humoriste Le Magnifique. En 2015, Serey Dié aura l’occasion d’effacer quelque peu cet épisode de sa carrière en sélection. L’équipe de Côte d’Ivoire a remporté sa 2e CAN après celle de 1990 qui, dit-on, prenait de la poussière dans les placards de la FIF. Avec un excellent Serey Dié, les Eléphants de Côte d’Ivoire sont montés sur la plus haute marche du podium en battant, encore une fois (comme en 1990) les Black Star du Ghana. Coup du sort, ce fut à l’issue d’une longue séance de tirs au but, certes plus courte cette fois-ci, mais plus rocambolesque. En 2017 par contre, l’expédition tourna court. Les Eléphants sont rentrés plus tôt que prévu du Gabon. Les Ivoiriens ont estimé que cette élimination précoce n’honorait pas leur statut. Serey Dié et ses coéquipiers ont alors subi une nuée de critiques. En cette même année, l’élimination de la coupe du monde 2017 a provoqué un désamour encore plus profond des Ivoiriens pour leur équipe nationale. Désormais les joueurs des Eléphants de Côte d’Ivoire sont perçus comme des fanfarons qui ne viennent au pays que pour faroter (faire le malin). En tête d’affiche figure bien sûr Serey Dié dont les aventures avec Josey Priscille font la Une des médias. Le joueur ne fait pourtant pas profil bas. Bien au contraire il assume sa vie hors des terrains de football.

Polémique autour du joueur

Serey Dié comme l’on le sait est un footballeur au tempérament très chaud. Sur le terrain, son excès d’engagement lui fait prendre régulièrement des cartons rouges. Par exemple, lors de ses deux dernières saisons au FC Sion, le joueur a écopé de cinq cartons rouges. C’est un milieu défensif au jeu rugueux et au tempérament bien trempé. Impulsif sur le terrain, il a la réputation d’un joueur agressif. Deux faits majeurs lui vaudront l’antipathie de certains supporteurs des clubs dans lesquels il évoluait. En mai 2012, à la fin d’un match contre le FC Lausanne Sport, Serey Dié gifle un ramasseur de balles de 13 ans. C’est la stupeur dans les tribunes et sur le banc de touche. C’est un acte intolérable dans le football moderne et le joueur le sait pertinemment. Pourtant sur un coup de tête, il l’a fait ! Par conséquent il en a subi les conséquences. Selon lui, le petit ramasseur de balle ne rendait pas assez vite le ballon alors que le temps jouait en défaveur de son équipe. Bien que Serey Dié se soit excusé auprès de l’adolescent, son père porte plainte. Serey Dié doit passer, devant la commission de discipline. Déjà en 2010, alors qu’il jouait toujours au FC Sion, le milieu défensif de l’équipe de Côte d’Ivoire fut soupçonné de truquer des matchs. Le joueur se défendra contre les accusations et s’en sortira à bon compte. L’étoile qu’il porte continue de briller tout autant au-dessus de sa tête.

L’histoire avec Josey Priscille

L’aventure amoureuse de Serey Dié avec la chanteuse ivoirienne Josey Priscille est tombée dans le domaine public. A l’instar de tous les peoples du monde entier, Serey Dié n’a pas échappé à la curiosité, parfois excessive de la presse à sensation. Pour obtenir de menus détails de sa vie amoureuse, celle-ci va jusqu’à jouer les paparazzis en faisant une chasse au scoop et à l’image. Il épie le coupe jusque dans ces retranchements. De fait, l’histoire d’amour de Josey Priscille et de Serey Dié passionne le public ivoirien depuis au moins deux ans maintenant. Tout a commencé par une rumeur propagée sur les réseaux sociaux, à propos d’une relation entre le footballeur et l’artiste. Les concernés ont beau avoir porté des démentis, la réalité viendra les rattraper. Pourtant, quand la chanteuse tombe enceinte, l’un et l’autre a continué de semer le flou autour de leur relation. Quand Josey révèle en 2016 qu’elle est enceinte, la toile s’enflamme et demande l’auteur de la grossesse. Malgré la pression, la chanteuse n’en dira rien. De fil en aiguille certaines rumeurs ont tôt fait de se répandre. D’abord c’est le gardien des Eléphants de Côte d’Ivoire, Copa Barry, qui est pointé du doigt. Mais très vite le doigt se rédirige sur Serey Dié, le coéquipier de Copa Barry en sélection nationale. Tandis que Josey fait attendre le public, Serey Dié, lui, attend de voir l’enfant avant de se prononcer. Finalement quand le bébé vient au monde en janvier 2017, le football du FC Bâle reconnait son œuvre. Enfin, peut-on dire, la curiosité des fanatiques est assouvie. Par contre, les deux concubins sont bientôt traités de tous les noms. Les Ivoiriens ne pardonnent pas leur relation adultérine puisque le footballeur était déjà en couple. Serey Dié se retrouve obligé de s’expliquer auprès de son épouse. Finalement cette dernière accepte l’évidence et le joueur s’en sort, encore une fois, à bon compte. Après cette aventure, l’homme se culpabilise et essaie de rattraper le coup en jouant le mari dévoué et aimant. Mais il commet d’autre bévue dont cette publication dans laquelle il se vante d’avoir eu une aventure avec Josey Priscille. Là encore le champion d’Afrique 2015 s’attire les foudres des internautes. Maintenant, à chacune de ses apparitions à Abidjan c’est la ruée aux infos pour savoir où en est son love story madame “Diplôme”.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Diaba Sora déclare sa flamme à Alassane Ouattara

PDCI RDA : Bédié nomme Kassaraté, tout savoir des nouvelles nominations