in

Bebi Philip

Biographie de Bebi Philip : que sait-on de l’homme qui fabrique les numéros Un ? Bebi Philip Amessan, Mister BBP, Mr Oneshot voilà quelques pseudos qui ne sont pas étrangers à la plus part des Ivoiriens.

Ce chanteur, compositeur, arrangeur musical et guitariste de talent a fait son chemin dans le milieu du showbiz ivoirien. Il se fait appeler « Celui qui fabrique les Numéros Un ». Ce titre, bien qu’en apparence vantard, n’est pourtant pas usurpé. Depuis le milieu de la première décennie des années 2000, Bebi Philip fait des merveilles en révélant des artistes de renom. Ce n’est pas exagéré de dire que la plus part des sommités musicales actuelles de la Côte d’Ivoire sont sorties de son labo. Cet ancien élève de l’Institut National des Arts et de l’Action Culturelle, a arrangé les morceaux de grands artistes comme DJ Arafat, Debordeau Leekunfa, DJ Lewis, Molare, DJ Lewis et même Koffi Olomidé. Au niveau de sa carrière musicale, il connaitra semblable succès au point de se positionner comme l’une des grosses pointures du coupé décalé actuel.
L’auteur de « Balaumba » ou encore de « La Vraie Force » est un homme qui a toujours eu avec la musique des liens très forts. Comme il le dit haut et fort à ses rivaux, il n’a pas appris la musique sur le tas, mais dans le plus grand laboratoire de la Côte d’Ivoire l’INSAAAC. Après cet institut, il a eu pour mentor une grande figure de la musique ivoirienne en la personne de Freddy Assogbah, surnommé le « Sorcier du son ». Bebi Philip est un homme respecté de ses collègues, dont le plus proche est Serge Beynaud. Arrangeur, compositeur et artiste accompli, « Kôrô Bebi » essaye de son mieux de diversifier son horizon au-delà du coupé décalé. C’est ainsi qu’il serait aujourd’hui capable d’arranger n’importe quel artiste de Côte d’Ivoire, quel que soit son genre musical. Parcourons ensemble la carrière et la vie de cet artiste multidimensionnel.

Sommaire :

Enfance et jeunesse de Bebi Philippe

De son vrai nom Nguessan Bebi Philippe Amessan, Bebi Philip est né le 18 mai 1988 à Treichville, une commune située au sud-est de la ville d’Abidjan. Il est né d’un père musicien, ce qui le prédisposait déjà au métier qu’il embrassera plus tard. Comme on le dit, il ne l’a pas volé, sa passion pour le monde de la musique, il l’a hérité de son père. Cette influence du père, il le chantera dans son morceau « La vraie force » en ces termes : « Le virus de la musique était en moi depuis tout petit. Papa au son de sa guitare… ». Comme un certain Arafat DJ, il se familiarisera avec les premières notes musicales au sein même de la demeure paternelle. De plus, il est issu d’une famille chrétienne, très engagée dans l’église qu’elle fréquentait. Très vite, le petit Bebi Philip prend ses repères et, déjà à l’âge de quatre ans, il intègre l’orchestre de l’église en tant que guitariste. L’aventure commence donc avec cet instrument qu’il ne lâchera plus. De fil en aiguille, il intègre bientôt le groupe musical dont est issu son père. L’initiation à la maîtrise des instruments commencent véritablement. Au sein de ce groupe, il apprend à composer des cantiques chrétiens. S’étant découvert une passion musicale, il passe en 2003, le concours d’entrée au Lycée d’Enseignement Artistique (LEA) établi au sein de l’Institut National Supérieur des Arts et de l’Action culturelle. C’est dans ce temple de la musique ivoirienne qu’il apprendra tous les rudiments de la composition, de l’arrangement et de la chanson. Son diplôme en poche, il songe à se perfectionner au contact de ses devanciers, plus expérimentés. Ainsi, il travaillera, de 2004 à 2007, avec Freddy Assogbah dit le « Sorcier du son ». Ce passage dans les studios du virtuose, va lui permettre d’apprendre les rouages du métier d’arrangeur et de compositeur. Plus tard, l’influence de Freddy Assogbah se fera ressentir dans ses arrangements. Au sujet de son long apprentissage il dira dans une de ses interviews :

« Il faut prendre ce qu’on fait au sérieux. Moi par exemple j’ai travaillé pour être à ce niveau. J’ai un talent inné certes, mais j’ai également perfectionné ce talent. J’ai fait l’école de musique pour atteindre un meilleur niveau et ça c’est le travail. Il faut travailler car c’est à la sueur de son front que l’homme gagne son pain. ».

Fort de ce bagage donc, Bebi Philip se lance dans la composition et l’arrangement d’artistes.

Le talentueux arrangeur de l’ombre

Bebi Philip entre dans la musique par l’arrangement et la composition. De nombreux artistes solliciteront son aide pour produire des morceaux, parfois devenus mémorables. Mais avant de s’installer à son propre compte, il fréquentera le studio de Freddy Assogbah. Ce dernier manageait, en 2007, un groupe appelé Akwaba Groove. Bebi Philip intègrera ce groupe, puis quittera Freddy Assogbah et son studio pour ouvrir le sien. C’est dans son laboratoire qu’il commencera à fabriquer des artistes qui auront plus tard une renommée nationale voire africaine et mondiale. Dans cet ordre, il a arrangé le célèbre morceau « Kpangor » du duo Arafat DJ – Debordeau Leekunfa. Ce titre fit fureur dans les années 2008 – 2009. Entre 2007 et 2010, il contribua fortement à la notoriété de ce duo qui deviendra quelques années après l’une des grandes rivalités qui n’aient jamais existé en Côte d’Ivoire après la guerre des rappeurs Steezo et Almigthy. L’un des morceaux phares arrangés par Mister BBP c’est aussi « Bobaraba » de Dj Mix et Dj Elow. C’est le titre qui révéla DJ Mix actuelle plus belle voix du coupé décalé ivoirien. Bebi Philip « l’arrangeur aux doigtés retrouvés » (phrase d’introduction d’Arafat au morceau « Kpangor ») apportera sa touche à bien d’autres artistes de l’époque. Retenons, parmi tant d’autres, Francky Dicaprio, l’auteur du fameux son « Fatigué Fatigué ». Il a aussi arrangé le titre « On va piétiner » de Koffi Olomidé et l’album, «Au nom de quel amour » du rappeur Suspect 95. Avant 2010, Bebi Philip se limitait, pour beaucoup, à l’arrangement et à la production des morceaux d’artistes. Comme un certain Serge Beynaud ou encore Shado Cris, Mister BBP voudra sortir de l’anonymat pour montrer toute l’étendue de son talent. L’arrangeur aux doigtés magiques ne voulait plus se contenter d’un rôle, à la limite ingrat, d’arrangeur. Non il avait mieux à montrer, il n’avait pas le droit de laisser mourir sa voix et ses mélodies bien particulières. Au sujet de sa maestria vocale, son ami Serge Beynaud dira cette année, après la sortie de « Zepele » que Bebi Philip n’avait pas sa place dans le coupé décalé. Il l’a comparé à la légende Meiway, le professeur Awôlôwô, grand « ambianceur » devant l’éternel et l’un des tous premiers ivoiriens à avoir été couronné aux Kora Awards.

Des tables de mixage à la chanson

Bebi Philip ne tarde pas à prendre le micro lui-même pour connaître un peu les délices des feux de la rampe. Le fabricant des numéros 1 de la musique ivoirienne se sent une autre aptitude, celle de la chanson. Il va pousser la chansonnette à un tel seuil qu’aujourd’hui l’on le classerait facilement parmi le top 10 des artistes coupé décalé, voire des artistes ivoiriens actuels tout court. Le coup d’essai en la matière date de 2009 avec «Swinguita » en featuring avec Serge Beynaud, son copain de toujours. Le son fait 100.000 vues, puis sort une collaboration, cette fois avec Debordeau Leekunfa. C’est « On s’éclate » qui fera 200.000 vues, la température monte doucement mais surement, dira-t-on. Après ces essais fructueux, l’arrangeur se lance véritablement avec deux singles que sont « Faut bara » et « Liberté » en 2011 qui récoltent un large succès auprès du public. L’artiste semble désormais confirmé dans son nouveau costume de chanteur. Après ces singles, de nombreux autres sortiront que sont : La rue n’est pas une mère, 1990 et Il est merveilleux en 2013, Koumoulé et Espoir en 2014, Balaumba, Move Dadass et Mamalôkô en 2015, Casse Casse, On va piétiner et La Vraie Force en 2016 et Hors-Série en 2017. Il a aussi collaboré à des albums et des singles dont Au nom de quel amour en 2015 de Suspect 95, Venant du ciel en 2015 de Suprême Pat Cool et Dans la joie en 2017 de Tiness la Déesse. Bebi Philip est considéré comme l’un des artistes les plus inspirés du fait de ses compositions. Elles seraient épurées et bien élaborées au point de le sortir du genre qu’il pratique. L’on pourrait aussi bien le classer dans la catégorie de la variété aussi bien que dans celui du coupé décalé. C’est justement à ce propos que Serge Beynaud déclare qu’il n’a pas sa place dans le genre qu’il pratique. Des morceaux comme « Zepele », « Balaumba » voire « Il est merveilleux » lui confère un registre propre. Il est en effet, un artiste complet car son genre est au carrefour du coupé décalé, de la techno, de la pop, de l’ambiance et même du rap, genre pour lequel il aurait eu le béguin dans ses débuts. Aujourd’hui il s’est aussi lancé dans la production avec Triomphe Production et la BBP Team Records un peu comme ses collègues Shado Cris avec la Team Shado et Arafat avec la Yorogang pour ne citer que ceux-là. Cette Team est composée des artistes comme Francky Dicaprio et Suspect 95 le rappeur. Malgré ces talents indéniables, l’artiste ne parvient toujours pas, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, à décrocher des prix nationaux tels que celui du Meilleur artiste coupé décalé des Awards. La faute à un certain Arafat DJ qui rafle tout sur son passage.

Clashs Bebi Philip Vs Arafat DJ

Mister BBP a beaucoup contribué à l’ascension d’Arafat DJ au sommet de la musique coupé décalé et de la musique ivoirienne dans son ensemble. C’est bien lui qui a arrangé le titre « Kpangor », le featuring entre cet artiste et Debordeau Leekunfa. Pourtant des années plus tard, la relation entre l’arrangeur et son artiste sera aux antipodes de celle qu’on a connue à la fin des années 2000. Après leurs premières collaborations, Bebi Philip avait arrêté d’arranger les morceaux d’Arafat DJ en 2015. C’est ce conflit qui a poussé Arafat à se lancer dans l’arrangement de ses propres sons. Berus Sama s’est expliqué à propos de cette séparation en affirmant :

« Si je suis devenu arrangeur c’est à cause de Bebi Philip qui ne voulait plus arranger mes sons parce que je suis sorti avec son ex. ».

Quant à Bebi Philip, il se contente de jouer de l’ironie à travers des publications sur les réseaux sociaux. Il s’attaque à l’image du Berus Sama qu’il accuse de plagiat. Bebi Philip estime qu’il lui a volé les surnoms qu’il utilise aujourd’hui pour se vanter. Il s’agit notamment du pseudo « Kôrô » qui viendrait de lui. De fait, on appelle aussi Bebi Philip, « Kôrô Bebi » depuis un certain temps. Après les affaires de l’ex petite amie, jamais confirmé par Mister BBP, et des surnoms volés, vient l’affaire du « Numéro Un ». Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux en 2017, Mister One Shot déclare qu’il est le fabricant des numéros 1 de Côte d’Ivoire. En affirmant cela, il fait référence à Arafat DJ qui se vanterait par-dessus le marché. Arafat répond à Mister BBP en disant qu’il « crée et les autres copient ». Après cette déclaration Arafat DJ et son ancien arrangeur s’adonneront à une série de petites vidéos sur les réseaux sociaux pour se moquer l’un de l’autre. Sans surprise l’arrangeur fera partie de la destruction du Yorobo jusqu’en décembre. Arafat DJ invite Bei Philip à son concert du jour de l’an à l’Ivoire Golf Club. De plus, il y a quelques heures Arafat l’a retiré de sa liste noire, à la demande d’Alpha Blondy. D’autres bénéficieront de cette grâce à savoir Debordeau Leekunfa et Serge Beynaud entre autres.

Crises de froid avec Serge Beynaud et Debordeau Leekunfa

Bebi Philip est un artiste très effacé comme son compère de toujours Serge Beynaud. L’on ne leur connait pas de polémiques hormis celles qui les opposent à Arafat DJ. Ce sont les meilleurs amis que le coupé décalé n’a surement jamais eus. Pourtant une querelle viendra jeter un froid entre les auteurs de « Swinguita ». Serge Beynaud a dit à la radio que Champi Kilo était le meilleur arrangeur coupé décalé. Ce tweet n’aurait pas plu à Bebi Philip qui se serait mis à bouder son ami. « Parce que j’ai dit à la radio que Champi Kilo est le meilleur arrangeur de coupé décalé, le gars me boude ? » s’est interrogé Serge Beynaud dans un tweet daté 26 août 2017. Pour rattraper le coup, l’arrangeur Sexinini a été obligé de caresser son ami dans le sens du poil lors de l’émission 100% coupé décalé qu’il anime sur la RTI2 en affirmant qu’il est l’un des meilleurs arrangeurs de sa génération. Pendant ces mêmes vacances, une autre querelle, les séquelles de la première, les avait encore opposés. Cette fois ci, c’était plutôt une querelle de bonne humeur, où Serge Beynaud accusait Bebi Philip de faire des arrangements « baoulé » (de l’ethnie de l’artiste). Bebi Philipe a alors dit la même chose à propos de Serge Beynaud (il est de l’ethnie bété). Il a aussi suggéré à Debordeau Leekunfa, avec qui il était en froid, d’aller voir Serge Beynaud pour faire arranger ses morceaux. Mais il l’avertira que ses morceaux seront faits avec des « boîtes de tomates et beaucoup d’autotunes ». En effet, comme avec Arafat, Mister BBP a rompu les liens avec Debordeau Leekunfa qui s’est aussitôt mis à apprendre l’arrangement. La Yôrôgang, en conflit éternel avec Debordeau Leekunfa avait alors récupéré l’affaire. Dans une vidéo Ariel Sheney, le désormais ex membre de la Yorogang, avait ri du sort du Wiz Agara qu’il encourageait vivement à apprendre le piano car personne n’arrangerait plus aucun de ses morceaux. Bebi Philip reproche, en fait, à Debordeau Leekunfa de ne pas être professionnel. Le Wiz Agara aurait informé le public, de la sortie prochaine du morceau qu’il préparait avec Bebi Philip sans en avertir celui-ci. Mister BBP aurait aimé apprendre la nouvelle par la bouche de l’artiste au lieu que ce soit sur les réseaux sociaux. « Je n’ai reçu aucun appel de Debordeau Leekunfa m’informant d’une œuvre que nous préparions. C’est sur la toile que j’ai appris cela, est-ce normal ? », s’était-il indigné. Suite à ce comportement, il a décidé de ne plus arranger les sons de l’auteur de « Pikimin » et de se concentrer sur sa propre carrière. Quant à Debordeau Leekunfa il demande à l’arrangeur de faire le travail pour lequel il est payé au lieu de prendre en compte des considérations qui n’ont rien à voir avec la musique. A ces mots, Bebi réplique qu’il choisit librement avec qui il travaille. Le divorce est consommé et Debordeau est obligé de se trouver un autre artiste bon gré mal gré.

Maître Gims

Sénégal : l’armée aux trousses des commanditaires de la tuerie en Casamance