in

Jeune Afrique : Scanner d’un gros média de l’actualité africaine

Jeune Afrique est un hebdomadaire panafricain édité à Paris et publié par le Groupe Jeune Afrique constitué de magazines et d’un site internet.

Aujourd’hui, le groupe est considérablement comme l’un des cadors de la presse francophone d’Afrique avec TV5 Monde et RFI. Il doit cette place à l’extrême richesse de son contenu constitué de sujets de réflexion sur l’actualité politique et économique du continent africain.

Jeune Afrique l’Intelligent en 2006, le média fait aussi la part belle aux entrepreneurs et aux décideurs du continent noir. Le sérieux avec lequel il traite les informations et le souci de l’exactitude ont porté le site internet au premier rang des sites web les plus visités d’Afrique francophone. Constamment à l’affût des nouvelles tendances du point de vue thématique, Jeune Afrique l’Intelligent a intégré au fur et à mesure de son évolution d’autres rubriques telles que les médias, la culture et le life style consacré aux personnalités du showbiz africain. Jeune Afrique L’Intelligent c’est aussi les dossiers chauds de l’actualité l’économique et politique d’où certaines frictions avec les dirigeants du continent. L’on se souvient encore de l’affaire Guillaume Soro dans le coup d’Etat manqué au Burkina Faso. Pour avoir divulgué de graves accusations à l’encontre du président de l’Assemblée Nationale, le journal a été verbalement attaqué par les personnalités mouillées dans ce dossier. D’un autre côté, Jeune Afrique L’Intelligent est aussi soupçonné de soutenir certains pouvoirs ou certains hommes politiques influents. Vomi par certains, tenu en respect par d’autres, le média fait son petit chemin dans l’actualité africaine.

Sommaire :

Histoire du magazine et du site internet

L’aventure Jeune Afrique L’Intelligent a commencé en 1960 avec la vague d’indépendance des anciennes colonies d’Afrique francophone. Quatre ans avant, en 1956, la Tunisie devenait une République autonome, la première des colonies françaises d’Afrique. Le premier président de cet ancien protectorat français est Habib Bourguiba qui désignera, le 15 avril 1956, Béchir Ben Yahmed comme secrétaire d’Etat à l’Information. Brillant homme politique, mais un peu trop jeune, il ne siégera pas à l’Assemblée nationale tunisienne cette même année. En septembre 1957, il démissionne du gouvernement pour des dissensions avec la politique du président Habib Bourguiba. Le 17 octobre 1960, il fonde Afrique Action, un quotidien d’analyse politique et socio-économique. Le 21 octobre 1961 Afrique Action devient Jeune Afrique et conservera ce nom pendant plusieurs décennies. En mai 1962, Béchir Ben Yahmed émigre à Rome la capitale italienne avant de rejoindre Paris à la fin de l’année 1964. En 1997, l’hebdomadaire se met au numérique en lançant le site www.jeuneafrique.com. Au fil des années, la rédaction de ce site s’émancipera de celle du magazine afin d’offrir aux internautes une actualité venant d’Afrique et en temps réel. Quant au magazine, il continue de produire des numéros hebdomadaires et souvent des hors-séries. Ces hors-séries concernent la banque et les entreprises africaines en général. Depuis le début des années 2000, le magazine Jeune Afrique L’Intelligent se spécialise de plus en plus dans la politique et l’économie, sans doute pour répondre à la trajectoire émergente de l’Afrique portés par de nouveaux décideurs comme les richissimes Nigérian Aliko Dangoté et Sud-Africain Nicky Oppenheimer. D’autres domaines ont fait leur entrée, ces dernières années, dans les pages du magazine, à savoir la culture, les médias et le showbiz. La rédaction s’intéresse plus particulièrement aux personnalités africaines de la diaspora qui ont un impact certain sur l’essor du continent.

Organisation de Jeune Afrique

Constitué de deux équipes de plus en plus indépendantes, Jeune Afrique L’Intelligent s’est bâti une réputation qui n’est pas surfaite, selon nous. Les deux équipes du groupe sont dédiées, l’une au magazine et l’autre au site internet. Le groupe Jeune Afrique L’Intelligent est aujourd’hui en partie sous la supervision des Ben Yahmed, fils du père Béchir Ben Yahmed. Crée en 1960, le groupe est d’abord géré par le fondateur avant de passer aux mains de Français Soudan, un homme réputé très proche des présidents africains et l’on imagine bien pourquoi. A ce jour, cet ancien journaliste français est le directeur de la rédaction, mais le directeur de publication est Marwane Ben Yahmed. De son côté, après être parti de Jeune Afrique L’Intelligent, Béchir Ben Yahmed crée La Revue pour l’intelligence du monde dont il est le directeur et le rédacteur en chef. Amir Ben Yahmed, l’un des fils du fondateur, est quant à lui directeur général du groupe. Après un demi-siècle d’existence, Jeune Afrique L’Intelligent est clairement apparu comme le carrefour de l’information croustillante du continent africain. Si le journal et le site internet sont des spécialistes de l’actualité africaine, c’est sans doute parce que le média dispose d’une équipe riche de journalistes, de correspondants et de spécialistes de questions africaines. Ces derniers sont bien introduits dans les cercles les plus restreints des régimes africains. Le quotidien aurait même le pouvoir de faire et de défaire les présidents africains rien qu’à la plume.

audience et diffusion

Hebdomadaire devenu mensuel, Jeune Afrique L’Intelligent est aujourd’hui un site de référence sur le continent africain. Premier magazine panafricain il traite de questions politiques, économiques, culturelles et écologiques ayant trait à l’Afrique. En 2014, la diffusion totale payée du site internet s’élevait à 53 475 en moyenne. En 2017, en revanche, la diffusion totale payée chutait à 44 478 en moyenne. Même si les chiffres sont à la baisse, le site internet du groupe reste, en Afrique, le premier média en ligne d’expression francophone. Le Groupe Jeune Afrique L’Intelligent doit ce rang à l’intérêt que lui portent les populations africaines très friandes d’informations justes et vraies.

Les thématiques développées par le média

Jeune Afrique L’Intelligent est très présent en Afrique avec de nombreux journalistes et correspondants de plusieurs nationalités. Ceux-ci sont éparpillés partout sur tout le continent afin d’avoir la primeur de l’information. Reconnaissable entre mille à son logo, la carte de l’Afrique, et aux tons clairs de son site, Jeune Afrique L’Intelligent écume tous les sujets classiques d’un site d’actualité. Nous citerons la politique, l’économie, la société, la culture, le sport, l’emploi et la formation. Comme nous l’avions dit plus haut, la rédaction de Jeune Afrique L’Intelligent est fortement portée vers des sujets d’économie et de politique. C’est ce qui transparait clairement sur son site internet, l’un des tout premiers d’Afrique. Quoique du même groupe, le magazine et le site internet ne reprennent pas les mêmes informations pour ne pas être redondants. Ainsi, la page web se focalise davantage sur l’actualité en temps réel ou l’actualité africaine du jour. Quant au magazine, il se consacre plus généralement au gros dossier, en d’autres termes aux enquêtes et aux biographies. Ce magazine parait chaque mois dans les kiosques à journaux des pays d’Afrique de l’ouest et du centre. Fort de ces gros dossiers, Jeune Afrique L’Intelligent Mag figure parmi la presse en papier la plus consommée en Afrique. C’est donc normalement que le magazine a une place de choix dans la titrologie en Côte d’Ivoire.

Jeune Afrique au cœur des critiques

Le média panafricain esy l’un des rares médias a pesé dans la politique africaine ces dernières années. Le quotidien fondé par Béchir Ben Yahmed est aujourd’hui bien introduit dans les milieux politiques au point où, quand il veut sombrer, les dirigeants du quotidien se portent à son chevet comme pour les meubles. C’est ainsi que l’ancien dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali, déposé par la révolution de 2011, s’était porté au secours de Jeune Afrique L’Intelligent à la fin des années 1997. Il sauva le média panafricain de la faillite en injectant plusieurs millions de dinars dans l’entreprise par l’usage de prête-noms. « Aider Jeune Afrique n’est pas un souhait, c’est une consigne présidentielle » avait-il dit pour justifier son acte. Le directeur de la publication de Jeune Afrique L’Intelligent est soupçonné, par ailleurs, d’entretenir des relations spéciales avec les présidents africains. Pis, l’organe de presse, qui se dit indépendant, ne serait pas aussi indépendant que cela. Des chefs d’Etat comme Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire auraient des parts d’action au sein de l’entreprise. Cette situation fait dire à beaucoup d’observateurs que Jeune Afrique L’Intelligent est un outil de propagande au service de quelques Chefs d’Etat africains bien introduits à Elysée. En 2016, début janvier, Jeune Afrique L’Intelligent avait révélé l’existence d’enregistrements audio incriminant Guillaume Soro dans le coup d’Etat manqué au Burkina Faso en 2015. Dans cet enregistrement audio, une voix est présentée, par Jeune Afrique, comme celle du Président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire. Celui qu’on a présenté comme Guillaume Soro donnait des conseils sur la manière de réussir un coup d’Etat en se servant de l’exemple ivoirien. Le PAN ivoirien rejeta en bloc cette accusation et tenta de se faire passer pour la victime politique du média panafricain. Cet épisode n’est qu’un chapitre du long feuilleton querelleux entre Jeune Afrique et pouvoirs africains.

Koaci.com : au cœur de l’un des plus puissants médias d’Afrique francophone

Parti unifié : Billon, Bictogo, KKB et Meité Sindou à couteaux tirés