in

Ellen Johnson Sirleaf, 1ère femme à diriger un Etat africain

En Afrique, la fonction présidentielle a toujours été une charge assurée par les hommes. Mais une dame est arrivée à se démarquer des hommes et se bat pour son pays. Ellen Sirleaf Johnson est la fierté de son pays et du continent africain. C’est pour cela nous vous invitons à aller à la rencontre de cette belle dame dont l’Afrique cite en exemple incessamment.

Née le 29 octobre 1938 à Monrovia(Libéria), fille de Jahmale Carney Johnson qui fut adopté par une famille américano-libérienne. Elle fut diplômé au collège of West africa(Monrovia) puis une université méthodiste. A l’âge de 17 ans, elle se marie à John Sirleaf et eut des enfants ensuite elle partit aux Etats-Unis pour étudier. Mariée à un homme plus âgé qu’elle et aussi alcoolique, ce dernier lui fait des scandales à la maison et même à son travail. Après plusieurs scènes, elle divorce de lui en 1961 lorsqu’il lui pointa une arme en présence de son fils. Après son divorce, elle retourne aux Etats-Unis pour terminer ses études et acquiert des diplômes celui de sciences en comptabilité en 1964 et celui d’économie à l’université de Colorado en 1970 et un master en administration publique en 1971.

Comment Ellen Sirleaf a-t-elle gravi les échelons ?

Après ses études cette dame est secrétaire d’état aux finances de 1972 à 1978 puis ministre des finances entre 1979 et1980. En 1980, Ellen part en exil à cause du coup d’état provoqué par Samuel Doe qui fit assassiner le président Richard William Tolbert. En 1985, elle fut condamnée à 10 ans de prise à cause de son opposition contre le régime politique de Samuel Doe d’où l’on lui attribue le nom de « Dame de fer » et celui-ci lui permit de quitter le pays. Cette dame repart encore aux Etats-Unis pour une carrière d’économiste puis exerça à la Banque mondiale et à la Citibank puis est à la charge du PNUD africain (programme de nations unies pour le développement). En 1997, elle prend la décision de financer la campagne de Taylor Charles Ghankay qui fit une erreur pour elle. Ellen se présente comme candidate présidentielle en 2005, elle passe le 1er tour en octobre 2005. Au second tour elle est confrontée à George Weah le 08 novembre puis remporte la campagne avec 59,4% lors des résultats le 23 novembre 2005. Elle est la première femme élue présidente et prête serment devant le président de la cour suprême le 16 janvier 2006 et prend fonction de ses charges. Ensuite elle fit lever le mot d’ordre sur les exportations de diamants et confirme les membres de l’Onu dans son pays le 17 mars 2006. Ellen reçoit de la part du président des Etats-Unis Georges W. Bush la médaille présidentielle de la liberté le 5 novembre 2007 puis le prix Nobel de la paix le 7 octobre 2011. Après son premier mandat, elle décide de se lancer pour un deuxième mandant qu’elle remporte devant son adversaire Winston Tubman avec 37,4%. Elle fit investie le lundi 16 janvier 2012 pour un second mandat à la tête de son pays le Libéria. En octobre 2014 suite à l’épidémie contre le virus Ebola, elle lance un appel international mais 2 mois avant elle fait bannir des ministres de son pays qui ont refusé de venir en aide à leur pays.

Retrait de l’ONUCI en Côte d’Ivoire : l’opération va coûter 50 millions de dollars à l’état ivoirien

Cybercriminalité en Côte d’Ivoire : bientôt la fin des escroqueries sur Internet ?