in

Brigitte Macron en pèlerinage à la Mecque

Brigitte Macron: Tout le monde n’a pas l’insouciance et l’audace de Melania Trump. Il est temps de dire : « Make France great again ! »

L’Arabie Saoudite est l’un des Etats les plus conservateurs au monde, peut-être même l’Etat le plus conservateur de la planète. Fréquemment le royaume sunnite est accusé de tordre le cou aux droits de l’homme. Les personnes les plus discriminées sont les homosexuels et les femmes. Séance de lapidation, pendaison, le fouet public, telles sont les souffrances subies par ces catégories sociales. Le royaume est tellement aligné sur le rigorisme religieux que mêmes les Brigitte Macron est astreinte à se conformer aux lois en vigueur.

Brigitte Macron était en pèlerinage à la Mecque ce vendredi. En visite en Arabie Saoudite avec son époux, elle aurait choisi de se voiler la tête. Personne ne l’y aurait obligée, selon les versions officielles. Pas si sûr, enfin au regard de ce qu’on sait de ce royaume ! Contrairement donc à Melania Trump, la première Dame des Etats Unis, Brigitte Macron à décider de ne pas fâcher l’hôte. Malheureusement pour elle, la critique n’est pas toujours loin. Elle l’aurait bien méritée.

Dès le départ on se la joue Melania Trump

Brigitte visite pays arabe
En terre sainte, les lois sont appliquées partout, y compris dans les prises photos. Un centimètre fait toute la différence.

La première Dame de France qui fait partie maintenant des femme les plus influentes serait arrivée en Arabie Saoudite toute décontractée. Pour ne pas se faire encore griller à cause des comparaisons avec Melania Trump, elle aurait décidé de faire de même. Une récente mesure du royaume d’Arabie Saoudite l’a d’ailleurs confortée dans son attitude. Il s’agit de la loi qui autorise désormais les femmes d’être au volant d’une voiture. On a vite fait de saluer cette décision comme une révolution humaine. Malheureusement rien n’a vraiment bougé. Le royaume des pays du golf reste tout aussi rigoureux sur la tenue des femmes en public.

En terre sainte, les lois sont appliquées partout, y compris dans les prises photos. Un centimètre fait toute la différence.
Les habitudes ont la peau dure et ce n’est pas le couple présidentiel français qui dira le contraire. Il faut toujours garder la distance pour respecter les convenances.

Madame votre voile svp

La visite d’Etat s’est prolongée avec les mêmes notes. Les guides insistent, il faut mettre le voile, absolument pour respecter les préceptes du prophète. Mais Brigitte n’en veut faire qu’à sa tête ou disons ne veut copier que Melania pour éviter la langue pendue de la presse française. Quelle Amazone, quelle bravade !

La négociation, il faut toujours en user avant de tirer le glaive. Négocier ce n’est vraiment pas une faiblesse.

En Arabie Saoudite on ne badine pas avec les lois islamiques

Aux grands maux, les grands moyens. Les guides religieux se font plus pressants, discrètement. Ils agitent un épouvantail qui met tout le monde d’accord.

« Quelle est la différence entre l’Etat Islamique et l’Arabie Saoudite ? »

demande le guide principal. Devant l’incompréhension de Brigitte Macron il répond :

« C’est que le premier est illégal et le second parfaitement légal ».

C’est en ce moment-là qu’elle comprit tout et demanda vite le voile qu’on lui tendait depuis.

Quelques fois un seul mot, un seul regard, une seule moue peut mettre fin à la volonté la plus tenace.

Tout est bien qui finit bien

Après cette anecdote on ne peut que se murer dans un silence absolu. C’est pourquoi Brigitte Macron a continué de porter le voile partout où elle s’est rendue après. Rien qu’à voir sa mine, on comprend bien que quelque chose c’était passé. Mais quoi ? La garde présidentielle ne pouvait le savoir. Maintenant elle avait l’impression d’être une douce et pieuse musulmane.

Tout le monde n’a pas l’insouciance et l’audace de Melania Trump. Il est temps de dire :

« Make France great again ! »

Tout est question d’habitude

Brigitte Macron expérimente enfin les mœurs d’un pays lointain permet de comprendre le silence de ceux ou celles qu’on considère comme des opprimés passifs.

Finalement la première Dame de France se serait accommodée à cette tenue. Par la suite elle aurait paradé avec dans tous ses déplacements et l’on a cru que c’était là un nouveau style pour la circonstance. Le point positif de cette histoire c’est que pour une femme on ne la traitera pas de s’habiller trop court, trop « gamine ».

Expérimenter enfin les mœurs d’un pays lointain permet de comprendre le silence de ceux ou celles qu’on considère comme des opprimés passifs.

Debordeau fait un coup d’Etat à DJ Arafat avec « Robot Maccador »

OM : le ciel tombe sur la tête de Patrice Evra