in

Get Out : film sortie Afrique et France

Synopsis du film Get Out : un thriller qui nous plonge dans les abîmes du cauchemar

Quand un jeune noir en couple avec sa compagne blanche décide de se présenter aux parents de celle-ci, la coutume veut qu’il soit l’objet d’un racisme féroce qui mettra en mal leur innocente union. Mais Get Out nous propose, sinon autre chose, du moins plus que ce clivage ; il nous plonge dans l’expérience même de l’effroyable.

Une descente dans les profondeurs abyssales de l’horreur

Chris Washington (Daniel Kaluuya) un jeune afro américain file le parfait amour avec Rose (Allison Williams) une jeune fille de race blanche quand celle-ci décide de le présenter à ses parents Mr & Mme Armitage. En chemin, le couple frôle un mystérieux accident et alors que Chris ne conduisait pas, c’est à lui qu’on demande les pièces d’identités. Dès lors l’on peut se dire que le profil raciste classique des films revendicateurs est activé. Mais que non. Dès leur arrivée au domicile des parents de la jeune fille, ce n’est pourtant pas le racisme de ceux-ci qui frappent le plus même si d’emblée elle fut présente, mais c’est une sorte d’ambiance mystérieuse, un air de quelque chose qui cloche. Le jeune homme ne tardera pas à le savoir par la suite. A l’origine de la révélation, une séance d’hypnose avec sa belle-mère Missy Armitage (Catherine Keener), hypno-thérapeute, qui proposera au jeune de l’aider à se libérer de son addiction à la cigarette. Dès cet instant le film prend une autre tournure et le jeune afro-américain constate que d’étranges disparitions ont lieu dans le secteur. Il s’engage alors dans une lutte sans merci, dans la maison des horreurs, pour échapper à l’enfer que lui a réservé sa belle-famille.

1 Point ou Zéro ?

1 point
Upvote Downvote

Total votes: 1

Upvotes: 1

Upvotes percentage: 100.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Braquage à l’ancienne : quand des pépés dévalisent une banque !

Le chanteur de Gaza