in

Liberté provisoire à Hubert Oulaye, la réconciliation en marche ?

C’est dans une liesse de joie que les partisans du FPI ont célébré la remise en liberté provisoire accordée au professeur Hubert Oulaye, l’un des anciens ministres de Laurent Gbagbo. Mais l’accusé reste toujours à la disposition de la justice dans le cadre du procès intenté contre lui pour l’assassinat d’une dizaine de casques bleus de l’ONU il y’a de cela six ans.

Une libération saluée par les cadres du FPI

C’est ce jeudi 8 juin que l’ex-ministre ivoirien Hubert Oulaye sortira de prison après que la demande de liberté provisoire introduite par son avocat ait été acceptée par la justice ivoirienne. Comme de nombreux proches de l’ancien régime, l’ancien ministre de la fonction publique était en détention en attendant l’ouverture de son procès. Mais dans la soirée du mercredi, son avocat, Me Dadje Rodrigue a annoncé à la presse que la chambre d’accusation n’avait soulevé aucune objection à sa requête introduite pour son client :

« Je vous annonce que la Chambre d’accusation vient de faire droit à ma demande de mise en liberté provisoire de mon client, le ministre Hubert Oulaye.»,

a-t-il déclaré avant d’ajouter que l’ancien ministre de la fonction publique ne rentrera à son domicile que demain matin, c’est à dire ce jeudi 8 juin. Cette décision de la justice ivoirienne a été saluée par de nombreux partisans et cadres du FPI, qui estiment toujours que bon nombres de leurs camarades sont détenus sans raisons comme des prisonniers politiques. Mais comme cela a été indiqué la liberté accordée au professeur Hubert Oulaye n’est que provisoire, en attendant bien sur son procès qui devrait démarrer au cours de ce mois de juin à en croire certaines sources.

Une liberté provisoire amplement justifiée

D’après le procureur général Ally Yao, Hubert Oulaye était en plein droit de bénéficier de la liberté provisoire, étant donné qu’il a présenté toutes les garanties. Selon le procureur général, la cour d’accusation a pris cette décision afin qu’il (Hubert Oulaye, ndlr) se présente aux prochaines assises pour répondre en toute liberté des charges retenues contre lui. « L’instruction étant achevée », souligne le procureur Ally Yao, il n’y avait donc aucune raison pour la chambre d’accusation de maintenir l’ancien ministre en détention jusqu’à l’ouverture de son procès annoncée pour ce mois de juin, d’autant plus qu’il est revenu d’exil pour se mettre à la disposition de la justice de son pays, a-t-il poursuivi. L’ancien proche de Laurent Gbagbo est poursuivi par la justice ivoirienne pour son rôle présumé dans l’assassinat de 11 soldats de l’ONU en 2011 à l’ouest de la Côte d’Ivoire. Etant donné qu’il ne peut pas se soustraire de la justice, indique le procureur général, Hubert Oulaye s’est vu accorder la liberté provisoire après deux années de détention à la prison de Dabou. Si sa liberté provisoire a été saluée par de nombreux cadres du FPI, son acquittement dans le procès intenté contre lui pour assassinat et complicité d’assassinat sera sans doute un énorme pas vers la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire.

1 Point ou Zéro ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Classement FIFA 2017 : Le top 10 des pays africains au mois de juin

L’ONU se mêle de l’enquête sur les caches d’armes de Bouaké