in

Les 7èmes Journées de l’Administration agricole délocalisée (JAAD) commémorées à Bouaké

La journées de l’Administration agricole délocalisée (JAAD) à vu le lancement de sa 7èmes éditons célébritées à Bouaké, sur le thème “Agir pour l’avenir, la faim zéro, en 2030 c’est possible”

Administration agricole

Cette commémoration a eu pour cadre le Centre culturel Jacques Aka de Bouaké en présence du la cérémonie s’est tenue en présence du préfet de Gbêkê, Tuo Fozié et de l’ensemble du corps préfectoral de la région, le représentants du MINADER (ministère de l’agriculture et du développement durable ) le directeur de cabinet, Coulibaly Siaka Minayaha et de nombreux acteurs de la chaîne des valeurs agricoles de la zone ainsi que des partenaires techniques et financiers de la Côte d’Ivoire agricole. Cette commémoration s’étendra du mercredi 17 au samedi 20 octobre 2018. Plusieurs communications ont été exposés, la première portant sur la présentation du thème de la JMA 2018 a servi de cadre pour Mme Ziéhi Antoinette de la FAO de présenter des actions menées par des agences du système des Nations unies (FAO, PAM, OMS, UNICEF, FIDA) pour réaliser cet objectif 2 des ODD. La 2ème communication intitulée “Problématique de la ressource en eau dans la réalisation de l’objectif Faim zéro”, dite par S. Philippe du PAM, a donné la situation de l’eau potable dans le monde où trois personnes sur 10 n’y ont pas accès. Ensuite la “La contribution du genre dans réalisation de l’objectif Faim zéro” animée par Mme Kakou Marie-Rachel de la cellule Genre du Ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER) a été une tribune pour situer l’importance de l’appui à accorder aux femmes pour parvenir à la sécurité alimentaire. Et enfin “La sensibilisation à la constitution des Organisations interprofessionnelles agricoles (OIA)” et “L’AFOR et les enjeux de la politique foncière rurale de la Côte d’Ivoire” prononcées respectivement par Mme Mireille Konan-Azoh du MINADER et M. Coulibaly Nahouo Amadou de l’Agence foncière rurale ont achevé la série de communications. Pour le directeur de cabinet du Minader Coulibaly minayaha siaka directeur de cabinet du ministre chargé de l’agriculture et du développement durable (Minader) à tenu à préciser la particularité de cette 7ème édition :”cette édition a un caractère tout particulier du fait que le centre urbain du pays ici représente un pôle économique très important pour le développement agricole, au niveau agricole le premier maillon de la chaîne des valeurs c’est la recherche et qui dit recherche dit science, raison pour laquelle pour nous en parlant d’administration délocalisée, qui regroupe toutes nos structures centrées et déconcentrées, qui se mettent à la disposition des acteurs du monde rural à commencer par le corps préfectoral et tous les autres acteurs qui agissent dans le monde rural”.

Coulibaly Minayaha siaka directeur de cabinet MINADER et le préfet de région Gbêkê Tuo Fozié.

A t’il expliqué. Poursuivant ” il fallait qu’on commence effectivement par ce qui permet à cette administration d’être opérationnelle c’est-à-dire la science et c’est ce qui a justifié la proclamation de ces commissions et tout d’abord nous allons une conférence sur ce qui concerne le foncier. Au début de la chaîne des valeurs et à partir de ce que la science retrouve nous passons à la technologie et qui nous permet en tant que technicien sur le terrain de donner satisfaction et à nos parents. La mission que notre ministère a c’est entre autres de moderniser l’agriculture et dans ces génériques globales il y a plusieurs thématiques à développer et ces thématiques programmées sont importantes pour booster la modernisation de l’agriculture, effectivement cela rentre dans la vision de monsieur le ministre de l’agriculture du fait qu’ il faut faire en sorte que nous ayons une agriculture qui soit à la fois moderne, attractive et surtout durable c’est à dire qui respecte l’environnement”. A t’il dit. pour lui, notre agriculture a besoin d’organisation :”notre agriculture est caractérisée ici par de petits producteurs donc difficile de pouvoir aider donc ces producteurs pris individuellement, c’est pour cela que pour nous le volet organisation professionnelle agricole c’est à dire les Opa puis la mise en place des interprofessionnel qui constituent une chaîne qui regroupe à la fois les producteurs les transformateurs et les distributeurs qui est une interprofessionnel. Ne ne peut pas tout faire il faut les organiser et ensuite les aider à être de véritables professionnels qui pourront prendre leur destin en mains”.A t’il terminé

Résultat élection : Contestation par RHDP

Côte d’ivoire : le RHDP conteste leurs défaites aux régionales 2018

Amadou Bamba appel au calme

Bouaké régionales 2018 : dans le Gbêkê, le RHDP se veut saisir la cour suprême