Accueil Côte d'Ivoire Affrontements à Béoumi : voici le nouveau bilan officiel

Affrontements à Béoumi : voici le nouveau bilan officiel

BILAN AFFRONTEMENTS BEOUMI – Combien de personnes ont péri dans ce conflit interethnique qui a secoué la ville la semaine dernière ? A cette heure, il est difficile de donner une estimation exacte, d’abord parce que le conflit n’est pas encore totalement réglé. Selon un rapport du conseil des droits de l’homme, le conflit a fait près d’une centaine de blessés.

La crise à Béoumi a donné lieu à de nouvelles violences intercommunautaires en Côte d’Ivoire, une crise qui a pour épicentre une simple dispute entre deux conducteurs. Dans un rapport remis il y’a quelques jours au président de la République, la commission nationale des droits de l’homme a dressé le bilan actuel des affrontements intercommunautaire survenus il y’a une semaine à 60 kilomètres de Bouaké. Si le rapport de la CNDHCI revoit à la baisse le nombre de morts dans ce conflit, elle mentionne en revanche qu’environ une centaine de personnes ont été blessés au cours des violences survenues il y’a une semaine dans la ville.

Le bilan des affrontements à Béoumi varie au fil des jours. Au second jour du conflit, le préfet de la ville annonçait que trois personnes avaient trouvé la mort lors des heurts entre malinké et baoulé (kodê). Et ce bilan a très vite grimpé malgré les médiations en cours, puisqu’à ce jour le nouveau bilan des affrontements à Béoumi fait état d’une dizaine de morts. Lors de la remise du rapport d’activité au président de la République, la commission nationale des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, présidée par Namizata Sangaré, est revenu sur le bilan des récentes violences interethniques dans la ville : «Le mercredi 15 mai 2019, à Béoumi, suite à un accident de la circulation entre un véhicule de transport en commun de voyageurs communément appelé « Massa » et une « moto-taxi », une vive altercation éclate entre les deux conducteurs de ces engins, après la destruction volontaire de certains accessoires de la « moto-taxi » par l’apprenti du chauffeur du « Massa ». Cet acte va déclencher une bagarre rangée entre les conducteurs de « moto-taxi » et les apprentis de « Massa ». Le décès du conducteur de moto-taxi fait virer ladite altercation en un affrontement communautaire entre Malinké et Kôdê. Le Préfet du département de Béoumi a institué le 16 mai 2019 un couvre-feu de 18h à 6h.  Le bilan fait état de neuf (09) morts et quatre-vingt-dix-neuf (99) blessés, de nombreuses populations déplacées et environ trois cents (300) personnes ont trouvé refuge à l’hôpital général de Béoumi pendant les affrontements». Si les affrontements de Béoumi ont attiré l’attention de tous, rappelons que la Côte d’Ivoire est confrontée, depuis le début de l’année, à une série de conflits intercommunautaires.

> Lire aussi  Retour de Gbagbo et Blé Goudé: «des affaires de crimes les attendent à Abidjan», Doumbia Major

Récurrence des conflits intercommunautaires

«Le 12 avril 2019, à Agboville, suite à l’agression d’un jeune lycéen d’ethnie Abbey, Bedou Enoch, retrouvé la veille grièvement blessé devant le lycée Moderne d’Agboville, des affrontements entre jeunes Abbey et jeunes Malinké, font état de nombreuses personnes, non parties au conflit, victimes d’agressions physiques, de coups et blessures ainsi que des destructions de biens. Du 11 au 13 avril 2019, à N’douci, un conflit oppose jeunes Abbey et jeunes Malinké au marché de la ville pour le contrôle de fumoirs. Le 14 mai 2019, à Sipilou, suite à une bavure policière ayant occasionné le décès d’un jeune conducteur de moto-taxi, les populations se soulèvent et saccagent des biens publics et privés. Le 18 mai 2019, à Abengourou, un conflit foncier opposant deux tendances de la communauté musulmane vire à l’affrontement faisant des blessés graves.», note la CNDHCI dans son rapport d’activité remis au chef de l’état. A moins de deux ans de la prochaine présidentielle, nombres d’ivoiriens continuent de nourrir des inquiétudes pour cette élection très attendue, des inquiétudes renforcées par la récurrence des violences intercommunautaires cette année.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.