Alliance FPI – PDCI : un journaliste met en garde le parti de Bédié

par Kohan Kioshiko
0 Commentaire

PRESIDENTIELLE IVOIRIENNE 2020 – Pour empêcher le RHDP d’avoir un troisième mandat, le front populaire ivoirien et le Pdci Rda, ont décidé de s’unir avant la prochaine échéance électorale. Sur le plan idéologique, cette alliance semble à première vue non-envisageable, pour ne pas dire impossible.

L’alliance entre le FPI et le PDCI est toujours en discussion officiellement. Et bien avant l’aboutissement de ce front commun face au RHDP, les deux partis de l’opposition affichent leur optimisme. La plateforme stratégique de l’opposition souhaitée par Henri Konan Bédié, ancien allié du président Ouattara, devrait permettre aux opposants ivoiriens de fédérer une force commune pour l’alternance en 2020. Techniquement, les deux poids lourds de cette plateforme seront de loin le parti d’Henri Konan Bédié et celui de Laurent Gbagbo. Selon un célèbre journaliste ivoirien, ce projet de coalition entre les deux partis de l’opposition cache encore de nombreux mystères. A en croire cet homme de média, le front populaire ivoirien ne chercherait pas seulement à s’unir au parti de Bédié pour voir le RHDP tomber.

Face au RHDP, les opposants politiques ivoiriens sont condamnés à se fédérer pour espérer créer une surprise lors de la prochaine présidentielle. Si le parti unifié a réussi à se renforcer en recrutant plusieurs cadres du Pdci (ce qui continue toujours), le parti de Bédié n’a pas pour autant renoncer à présenter sa candidature en 2020. Mais bien avant cette candidature, Henri Konan Bédié multiplie les discussions avec le FPI tendance Gbagbo en vue d’une alliance solide contre le pouvoir en place l’année prochaine. Et les choses avancent bien dans ce sens puisqu’une délégation du PDCI a déjà été reçue par Laurent Gbagbo en Belgique, et vice versa. Mais l’idée de cette alliance entre ces deux poids lourds de l’opposition semble à priori impossible idéologiquement. En dépit d’une coalition qui se profile à l’horizon, le journaliste ivoirien Venance Konan met en garde le Pdci contre une surprise désagréable que pourrait lui réserver son futur allié de circonstance : «On en a vu un aspect dans notre pays durant la crise postélectorale de 2010-2011… Mais ce qui est intéressant à noter est que celui qui boit du petit lait en ce moment est le Front populaire ivoirien (FPI). Pendant qu’il tente de résoudre ses contradictions internes, à savoir les dissidences et antagonismes entre différents courants (courant Affi, courant Assoa Adou, courant Simone Gbagbo, courant Don Mello qui pointe le bout du nez), les palabres entre les différents foyers du grand chef, la question de son retour, le FPI a trouvé quelqu’un pour porter son message. Comme tu es très occupé et que je tiens à faire alliance avec toi, prête-moi ta palabre. C’est ce que le PDCI semble avoir dit au FPI. Et ce dernier compte les points en soufflant de temps en temps sur les braises allumées par le PDCI. En attendant de ramasser la mise. Le PDCI n’a pas encore compris que si le FPI l’aide à faire tomber le pouvoir actuel, ce ne sera certainement pas pour l’y installer. Affaire à suivre.», prévient le patron de Fraternité Matin.

> Je regarde  Six journalistes arrêtés dans l’affaire des primes des forces spéciales

Une alliance de circonstance

«Nous avons donc décidé, Fpi-Pdci, de travailler ensemble pour sauver la Côte d’Ivoire. Le Fpi reste Fpi et le Pdci reste le Pdci, mais on va travailler ensemble pour la Côte d’Ivoire. Donc, nos petits problèmes individuels, il faut faire l’effort de les oublier, parce que le problème de la Côte d’Ivoire est plus grand que nos problèmes. Nous-mêmes, on risque de ne plus exister si on continue de considérer nos petites divergences», a déclaré le secrétaire exécutif du PDCI RDA, lors d’un déplacement dans la ville de Gagnoa à l’ouest du pays.

Vous pouvez aussi aimer

>