Accueil Côte d'Ivoire Prix du cacao : le FPI de Gbagbo attaque Ouattara

Prix du cacao : le FPI de Gbagbo attaque Ouattara

Jeunes cultivateur cote d'ivoire

Fixation du prix du Cacao – Pour la nouvelle campagne lancée, le gouvernement a décidé de fixer le prix du kilogramme à 825 francs Cfa. Si l’on observe une nette amélioration du tarif bord champ garanti aux paysans, la déception est cependant au rendez-vous pour certains, d’autant plus que le président ivoirien, dans une interview accordée à la RTI à la veille de la fête de l’indépendance, avait souligné que les fèves seront commercialisées au prix de 1000fcfa pour le Kg. Dans un communiqué relatif sur la nouvelle campagne en cours, le front populaire ivoirien, tendance Laurent Gbagbo, a déploré le non-respect de l’engagement pris par le président ivoirien lors de son entretient sur les antennes nationales, à moins de deux mois de l’ouverture de la nouvelle campagne.

Le gouvernement a consenti une hausse sur le prix de vente du cacao ivoirien pour la campagne 2019-2020. Le tarif bord champs fixé pour cette nouvelle campagne s’élève à 825 francs Cfa, un tarif en hausse comparé à celui de la précédente campagne cacaoyère. Dans son entretien sur les antennes nationales, le président ivoirien s’engageait pourtant à garantir aux paysans la somme de 1000 fcfa pour le Kg des fèves, un engagement qui ne sera visiblement pas tenu par le chef de l’Etat. Et le front populaire ivoirien n’a pas mis du temps à réagir au prix fixé par le gouvernement pour la nouvelle campagne.

Le prix du cacao en Côte d’Ivoire pour la nouvelle campagne 2019-2020 n’atteindra pas les 1000 francs Cfa promis par le chef de l’Etat. En lieu et place du montant annoncé par le chef de l’Etat au mois d’août, le tarif bord champs garanti aux paysans ivoiriens s’est établi à 825fcfa pour le Kg du cacao. Si la promesse du président ivoirien n’a pas été respectée, le prix minimum garanti aux paysans est en hausse cette année, comparé à l’année dernière où les paysans ont vendu leurs fèves au tarif de 750 fcfa pour le kilogramme. A l’annonce du prix bord champs de la nouvelle campagne, le nouveau ministre de l’agriculture a adressé ses remerciements au chef de l’Etat pour la revalorisation du prix d’achat du cacao auprès des producteurs.  Dans un communiqué diffusé ce mercredi, le front populaire ivoirien tendance Laurent Gbagbo a déploré la non application du prix annoncé par le président ivoirien il y’a environ deux mois : «C’est avec consternation que le Front Populaire Ivoirien (FPI) dirigé par le Président Laurent Gbagbo a appris, au terme du Conseil des ministres tenu le 2 octobre 2019, le montant du prix minimum garanti bord champ du kilogramme de cacao aux producteurs pour la campagne principale 2019-2020, fixé à 825 FCFA… La fixation du nouveau prix bord champ des fèves de cacao, constitue une grosse déception pour les valeureux paysans qui, une dizaine d’années auparavant, vendaient leurs récoltes cacaoyères à un prix bord champ de 1 000 FCFA, concédé par le gouvernement du Président Laurent Gbagbo, dans un contexte de guerre et de troubles sociopolitiques.», rappelle le responsable de la politique financière du FPI tendance Gbagbo. Et le front populaire craint que ce tarif revu à la baisse (comparé à la promesse du président) impacte la nouvelle campagne en cours, en favorisant une croissance des réseaux de contrebande du cacao.

> Lire aussi  Gratuité des cartes nationales d’identité : le RHDP bloque l’amendement d’Alain Lobognon

Un tarif mieux intéressant ailleurs

«Ainsi, dans le deuxième pays producteur mondial de cacao, au Ghana, le prix d’un kilogramme de fèves pour la campagne 2019-2020 est fixé à 8,24 Ghana-cédis, soit environ 920 FCFA (cf la revue Commodafrica, article « Afrique de l’Ouest – Cacao » paru le 1er octobre 2019). Le différentiel de prix du cacao d’environ cent francs CFA observé entre le Ghana et la Côte d’Ivoire pourrait fragiliser l’accord sur la commercialisation du cacao signé récemment entre ces deux pays, notamment au niveau de la lutte contre les contrebandes transfrontalières.», rappelle le front populaire ivoirien dans son communiqué relatif à la nouvelle campagne de commercialisation du cacao en Côte d’Ivoire.

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.