Accueil Côte d'Ivoire Denis Kah Zion : «des journalistes sont pourchassés, tués»

Denis Kah Zion : «des journalistes sont pourchassés, tués»

Liberté d’expression – Les journalistes ivoiriens subissent-ils des pressions dans l’exercice de leurs fonctions ? C’est en tout cas les révélations faites par Denis Kah Zion, le patron du quotidien d’information Le Nouveau Réveil. Il y’a quelques semaines, le patron de ce journal proche de l’opposition, en l’occurrence du Pdci, confiait dans un communiqué avoir subi des menaces de la part du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, lors d’une récente tournée de ce dernier dans l’ouest du pays.

Les journalistes en Côte d’Ivoire courent de grands dangers si l’on en croit les révélations de Denis Kah Zion, le patron du quotidien Le Nouveau Réveil. Egalement maire PDCI de la commune de Toulépleu, l’élu ivoirien confiait à l’attaché de presse de l’Ambassade américaine que des hommes de médias étaient pour certains contraints à l’exil, tandis que d’autres étaient pourchassés et même tués, dans l’exercice de leurs fonctions. Pour permettre aux hommes de médias d’exercer leur métier en toute quiétude, le maire et patron du Nouveau réveil, quotidien proche de l’opposition ivoirienne, a appelé les Etats-Unis à intervenir diplomatiquement en Côte d’Ivoire. Le patron du nouveau réveil a récemment fait la une de certains journaux pour avoir affirmé que le premier ministre ivoirien l’avait publiquement menacé lors d’une visite dans la commune de Toulépleu, commune dont il est le maire. Kah Zion a aussi salué l’ambassade américaine pour les efforts consentis en vue du renforcement des capacités des journalistes ivoiriens.

Les révélations de Denis Kah Zion à l’attachée de presse de l’Ambassade américaine donnent froid dans le dos. Selon le patron du nouveau réveil, il serait devenu aujourd’hui impossible, voire difficile de d’exercer le métier de journalisme en Côte d’Ivoire en toute quiétude. Maire de la commune de Toulépleu, le patron du nouveau réveil a révélé à l’attachée de presse de l’Ambassade américaine que des journalistes seraient pourchassés en Côte d’Ivoire, contraignant d’autres hommes de médias à aller en exil : «Les menaces planent à tout moment. Certains journalistes sont pourchassés, tués et sont même obligés de vivre en exil alors qu’en réalité, chacun fait son travail. Nous souhaitons vivement que vous interveniez à votre manière, diplomatiquement auprès des autorités compétentes afin que la question de sécurisation des journalistes et des sièges des journaux soit bien gerée». Ces révélations faites à Marion Wohlers, interviennent quelques semaines après un communiqué intriguant rendu public par le maire de la commune de Toulépleu. Selon Denis Kah Zion, le premier ministre ivoirien aurait tenu les propos suivants à son égard publiquement, et ce en présence de plusieurs ministres de son gouvernement : «Le Nouveau Réveil », ton journal s’attaque tous les jours au président Alassane Ouattara, il me charge de te dire que tu es libre de faire ton travail, mais qu’il n’acceptera plus les attaques gratuites et méchantes contre sa personne. En venant ici à Toulépleu, il m’a demandé et il a surtout insisté que je te porte ce message qui, j’espère, a été bien entendu et bien compris. Merci».

Pour un renforcement des capacités des journalistes ivoiriens

«Un journaliste, fût-il le meilleur, a toujours besoin d’un renforcement des capacités et cela, je voudrais vous en remercier car le Centre culturel américain fait beaucoup pour mettre à la disposition des journalistes ivoiriens les outils nécessaires à travers les fascicules, les formations, les séminaires, les ateliers. Mais nous souhaitons que cela se multiplie davantage. On ne cesse jamais d’apprendre. Si vous cessez d’apprendre au niveau du journalisme, vous perdez toutes les bonnes notions et le travail ne peut être apprécié comme il se devrait», indique Denis Kah Zion dans son échange avec l’attachée de presse de l’ambassade américaine. Concernant les menaces dont il aurait fait l’objet durant la visite du premier ministre, Anne Oulotto, présente dans la délégation de Gon, a démenti les propos tenus par Kah Zion : «C’est archi-faux. Le maire n’a pas été menacé par le Premier ministre Amadou GON Coulibaly. Le maire n’a pas dit la vérité.», a rapporté la ministre de la salubrité.

> Lire aussi  Présidence CEI: Coulibaly Kuibert remplace Youssouf Bakayoko

Vous pouvez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.